Lando Norris - "Une saison parfaite" et un pied chez McLaren

En remportant trois titres en monoplace l'an passé, Lando Norris s'est clairement établi comme l'un des pilotes les plus prometteurs en formules de promotion. Motorsport.com a rencontré ce jeune homme de tout juste dix-sept ans.

Lando Norris - "Une saison parfaite" et un pied chez McLaren
Charger le lecteur audio

Motorsport.com - Lando, vous êtes relativement peu connu du grand public. Venez-vous d'une famille qui aime le sport automobile, ou êtes-vous simplement devenu passionné ?

Lando Norris - C'est moi qui ai accroché, pour être honnête. Personne dans ma famille n'aime vraiment le sport auto. Ils regardent un peu la Formule 1, mais personne n'est impliqué en sport auto, que ce soit du côté de mon père ou de ma mère. C'est moi qui ai voulu en faire, j'ai commencé quand j'avais sept ans en bambino en karting. J'ai parcouru un long chemin depuis lors pour en arriver là où je suis désormais.

En effet, vous avez remporté la MSA Formula en 2015, puis trois titres en 2016 : Toyota Racing Series, Eurocup FR2.0 et FR2.0 NEC, sans oublier que vous êtes le pilote qui a marqué le plus de points par course dans votre campagne partielle en British F3 !

C'était une saison parfaite. J'ai remporté tous les championnats dans lesquels j'étais engagé à 100%. En British F3, j'ai simplement appris davantage sur des circuits différents face à d'autres concurrents. Voilà, ce n'était pas facile. C'était beaucoup de travail de faire tout ça, mais j'ai pris beaucoup de plaisir dans l'ensemble.

Vous avez participé à environ 60 courses en un an. N'était-ce pas trop fatigant, malgré toutes ces victoires ?

Oui, c'était beaucoup, mais ce n'était pas trop mal. Je me suis quand même suffisamment reposé pour les courses principales. L'Eurocup était vraiment ma priorité. Mais la saison a été longue !

Vous avez également remporté le prestigieux McLaren Autosport BRDC Award.

C'était une superbe fin à ce qui était déjà une superbe saison. C'était très difficile. La GT et la DTM étaient des expériences nouvelles pour moi. La F2 était à un niveau supérieur à la F3. C'était une bonne expérience, c'était dur face à trois très bons concurrents, mais j'ai gagné. C'était une excellente saison dans l'ensemble.

Lando Norris, Josef Kaufmann Racing
L'Eurocup FR2.0 était la priorité de Norris en 2016. Bilan : 15 courses, 12 podiums, 5 victoires !

Maintenant que vous avez remporté l'award, vous travaillez dans le simulateur McLaren. Cela signifie-t-il que vous faites partie de leur programme de jeunes pilotes ?

Je ne pense pas. J'ai le droit d'utiliser les infrastructures pour m'entraîner, et c'est vraiment quelque chose sur quoi je dois progresser, avec des personnes très professionnelles. L'aspect de la préparation physique peut me faire beaucoup progresser pour les championnats à venir comme le GP2, le GP3 et la Formule 1, car il faut être très affûté. De ce côté-là, je suis à un bon niveau, mais j'ai encore beaucoup de progrès à faire pour être au même niveau qu'un pilote de Formule 1.

Sur le simulateur, je peux les aider sur ce qu'ils ont besoin d'améliorer. Je travaille avec des gens super et je progresse pour l'avenir.

Allez-vous demander des conseils à Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne ?

C'est sûrement moi qui vais leur donner des conseils ! [Il s'esclaffe. Sennan Fielding et Toby Sowery, qu'il a vaincus pour l'Award et qui observent leur compatriote, pouffent de rire.] Je plaisante. Pour l'avenir, je peux certainement leur poser des questions. Je suis sûr qu'ils seront là quand j'y serai, s'ils n'ont pas de course au programme.

Je travaille avec Oliver Turvey [pilote de développement, ndlr] sur le simulateur, donc je vais pouvoir apprendre des choses de lui également. Je vais rencontrer des gens et apprendre des choses, c'est toujours utile.

Cette année, vous courez en F3 Europe avec Carlin, qui a connu une saison 2016 catastrophique. N'êtes-vous pas inquiet ?

Non. Certes, cela va certainement être dur. Ils n'ont pas fait une bonne saison 2016, mais ils sont passés de zéro pilote à trois très bons pilotes à la fin de la saison [il fait référence à son arrivée chez Carlin avec Jake Hughes et Dan Ticktum pour le dernier meeting, ndlr].

Je pense qu'à Macao, avec António Félix da Costa notamment, nous avons montré la rapidité de la voiture. António a gagné à Macao, ce n'est pas facile du tout. Nous avons montré que la voiture avait vraiment un bon rythme, mais ce sera certainement difficile de battre Prema, qui est très performant depuis quatre ou cinq ans. De ce côté, ce sera dur, mais je suis sûr qu'avec mes coéquipiers, nous pouvons améliorer la voiture ensemble et commencer à gagner des courses, avec espoir.

Pensez-vous pouvoir vous hisser au niveau des redoublants ?

Je pense. Pour mon premier meeting à Hockenheim, je ne me suis pas si mal débrouillé, j'étais le plus rapide dès ma première séance d'essais libres, c'était une surprise ! Maintenant que j'ai fait deux meetings en F3 [avec Macao], je peux aborder cette saison avec plus de confiance et en étant plus à l'aise dans la voiture, dans l'objectif d'être plus haut dans le classement. Je suis confiant, mais il va falloir attendre.

Lando Norris, Carlin Dallara Volkswagen
Une remontée de la 26e à la 11e place au Grand Prix de Macao... de bon augure pour la suite ?
partages
commentaires
Pourquoi les bacs à graviers disparaissent en Formule 1
Article précédent

Pourquoi les bacs à graviers disparaissent en Formule 1

Article suivant

Quand Renault se félicite des progrès "impressionnants" de Honda

Quand Renault se félicite des progrès "impressionnants" de Honda
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021