Magnussen : "Grosjean est plus rapide que Button, aucun doute !"

partages
commentaires
Magnussen :
Par : Benjamin Vinel
6 janv. 2019 à 19:15

Kevin Magnussen n'en démord pas : Romain Grosjean est le plus rapide des coéquipiers qu'il ait connus en Formule 1.

Kevin Magnussen a commencé sa carrière avec McLaren aux côtés de Jenson Button lors de la saison 2014, une année sabbatique étant ensuite suivie par la campagne 2016 chez Renault avec Jolyon Palmer pour coéquipier. Il évolue désormais au sein de l'écurie Haas, où il est associé à Romain Grosjean depuis 2017.

Lire aussi :

Selon Magnussen, si le Champion du monde 2009 est l'équipier le plus complet qu'il ait connu, son partenaire actuel a en revanche l'avantage en matière de talent pur.

"Si l'on regarde le package complet – l'humain, l'alchimie, les temps au tour, etc – Jenson est le meilleur coéquipier que j'aie eu", indique le Danois au journal B.T. "Mais Romain est plus rapide que Jenson, aucun doute ! Sur un tour, Romain est exceptionnellement rapide quand tout se passe bien pour lui."

Cette fameuse rapidité de Grosjean, Magnussen l'a tout particulièrement subie après la trêve estivale, où le Français lui a infligé un 8-1 en qualifications et un 16-11 au nombre de points.

"Romain a rebondi après une période difficile et on aurait pu croire que j'avais fait un pas en arrière", commente le pilote Haas. "Mais ce n'était pas le cas. Il était simplement revenu à son plus haut niveau. Il est clair qu'avec l'évolution [de la VF-18], Romain a eu une voiture qui lui convenait très bien. Dans l'ensemble, elle était meilleure, mais contrairement à Romain, je savais piloter l'ancienne aussi. En fait, j'ai du mal à comprendre pourquoi ça changeait tant les choses pour Romain."

Kevin Magnussen, Haas F1 Team et Romain Grosjean, Haas F1 Team dans le paddock
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18, et Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18

Auparavant, Haas a perdu de précieux points, notamment lorsque les deux VF-18 ont abandonné à cause de roues mal fixées alors qu'elles évoluaient dans le top 5 en Australie, ou quand Grosjean a causé des accidents à Bakou et à Barcelone, par exemple.

"Je pense que cela nous a coûté, mais il n'était pas le seul responsable", déclare le directeur d'équipe Günther Steiner dans les colonnes de Racer. "Il a bien rebondi, ce qui est assez impressionnant, et nous espérons continuer comme ça. Il m'a promis qu'il avait trouvé la clé, je lui ai dit de ne pas la perdre car nous en avons besoin !"

Lire aussi :

Mais qu'en dit le principal intéressé ? Grosjean a dû prendre son mal en patience face aux foudres qui se sont abattues sur lui. "Bien sûr, c'était frustrant", reconnaît le Franco-Suisse pour Motorsport.com. "C'était agaçant, c'était dur. J'ai été très critiqué. Mais je savais que quand les choses iraient dans mon sens, tout serait résolu et je serais de retour. Il y a eu quelques erreurs, un peu de malchance, tout ça mis ensemble. Des erreurs que je n'aurais pas dû commettre avec mon expérience."

"Bref, c'est toujours la façon de réagir qui est importante, la façon de rebondir. En sport, en général, il n'y a pas de moyenne. Soit c'est bon, soit c'est mauvais, mais la moyenne n'est jamais vraiment une option."

Grosjean a finalement conclu la saison 2018 avec 37 points au compteur, son meilleur total depuis qu'il a rejoint Haas.

Propos recueillis par Khodr Rawi

Article suivant
Charger les commentaires