Mercedes déjà prêt à récupérer Russell comme réserviste

La place de George Russell chez Williams est fragilisée malgré son contrat pour 2021. Va-t-il se retrouver pilote de réserve Mercedes ?

Mercedes déjà prêt à récupérer Russell comme réserviste

C'est un scénario désormais familier. Il y a deux ans, Renault était revenu sur son engagement verbal et le recrutement d'Esteban Ocon (protégé de Mercedes) pour 2019, sautant sur l'opportunité de faire signer Daniel Ricciardo, et le Français s'était retrouvé sur la touche, contraint de passer la saison au poste de pilote de réserve Mercedes.

Désormais, c'est George Russell qui est en danger chez Williams, malgré son contrat de trois ans signé pour la période 2019-2021. L'écurie ayant été rachetée par Dorilton Capital, elle chercherait désormais à s'octroyer les services de Sergio Pérez, qui a perdu son baquet chez Racing Point.

La physionomie du marché des transferts ne laisse que peu de doutes : si Williams se sépare de Russell, il sera très difficile pour le Britannique de retrouver un autre volant, malgré des performances époustouflantes – il a notamment infligé un 33-0 à ses coéquipiers Robert Kubica et Nicholas Latifi en qualifications depuis le début de sa carrière en Formule 1.

Lire aussi :

Mercedes maintient ainsi sa confiance à son poulain et s'assurera de lui proposer un plan B. "Si George restait sur le carreau, je serais ravi de le recruter dans notre écurie, car nous aurions un pilote de réserve sensationnel", s'extasie Toto Wolff, directeur de l'écurie à l'étoile. "Je lui ferais un programme d'essais génial et le préparerais de la meilleure manière pour qu'il revienne en force en 2022." Comme l'a fait Esteban Ocon, de retour sur la grille cette saison, même si ses performances avec Renault ne sont pas encore au niveau des attentes.

Lire aussi :

Esteban Ocon, Renault F1 Team R.S.20, et George Russell, Williams FW43

Ocon, justement, ne peut que compatir avec le sort de Russell. "C'est clair que c'est compliqué", commente le Français. "Je ne fais que lire la presse, donc je ne suis pas vraiment conscient de ce qui se passe, mais j'espère vraiment que George pourra rester en Formule 1."

"Niveau performance, il fait de l'excellent travail dans cette Williams. Il fait de son mieux. Il n'y a rien de mauvais à dire sur lui, sur ce qu'il fait. Ce ne serait pas justifié qu'il ne soit pas sur la grille l'an prochain. Mais la Formule 1 est ainsi. Elle peut être cruelle, parfois. J'en ai payé le prix fin 2018, pour 2019. J'espère que ce ne sera pas le cas pour lui."

Bien entendu, le sort de Russell n'est pas encore scellé. Si Red Bull venait à se séparer d'Alexander Albon et à recruter Pérez, le jeune Anglais pourrait être sauvé. Dans le cas contraire, Toto Wolff tient à préciser que la relation entre Mercedes et Williams restera inchangée.

"Je respecte totalement l'indépendance de Williams, comme toute autre équipe, et ils ont besoin de prendre leurs décisions", souligne-t-il. "Parfois, les décisions financières prennent le pas sur les décisions sportives, et parfois, même les décisions sportives doivent être équilibrées, car ce n'est pas toujours clair et net. Donc non, cela ne dégraderait pas notre relation. Ce serait décevant, mais je m'en remettrais."

Wolff précise également que la facture moteur envoyée par Mercedes à Williams est indépendante de la présence de Russell dans l'écurie ou non. "Je vais augmenter le tarif de 300% le jour où ils le virent", s'esclaffe-t-il. "Malheureusement, je ne peux pas, car nous avons un contrat de cinq ans avec eux sur les unités de puissance, et ces choses-là sont séparées."

"Au cas où quelqu'un aimerait l'idée, je plaisantais, pour les 300%. Les contrats sont valides, nous les respecterons, c'est comme ça que nous faisons les choses chez Mercedes. Je suis satisfait des trois clients [Williams, Racing Point et McLaren, ndlr] que nous avons pour l'an prochain."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires

Voir aussi :

Ocon devance Ricciardo : "C'est bon signe pour la fin de saison"
Article précédent

Ocon devance Ricciardo : "C'est bon signe pour la fin de saison"

Article suivant

Ferrari : "Les voitures de Vettel et Leclerc sont identiques"

Ferrari : "Les voitures de Vettel et Leclerc sont identiques"
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021