Mercedes déjà prêt à récupérer Russell comme réserviste

La place de George Russell chez Williams est fragilisée malgré son contrat pour 2021. Va-t-il se retrouver pilote de réserve Mercedes ?

Mercedes déjà prêt à récupérer Russell comme réserviste
Charger le lecteur audio

C'est un scénario désormais familier. Il y a deux ans, Renault était revenu sur son engagement verbal et le recrutement d'Esteban Ocon (protégé de Mercedes) pour 2019, sautant sur l'opportunité de faire signer Daniel Ricciardo, et le Français s'était retrouvé sur la touche, contraint de passer la saison au poste de pilote de réserve Mercedes.

Désormais, c'est George Russell qui est en danger chez Williams, malgré son contrat de trois ans signé pour la période 2019-2021. L'écurie ayant été rachetée par Dorilton Capital, elle chercherait désormais à s'octroyer les services de Sergio Pérez, qui a perdu son baquet chez Racing Point.

La physionomie du marché des transferts ne laisse que peu de doutes : si Williams se sépare de Russell, il sera très difficile pour le Britannique de retrouver un autre volant, malgré des performances époustouflantes – il a notamment infligé un 33-0 à ses coéquipiers Robert Kubica et Nicholas Latifi en qualifications depuis le début de sa carrière en Formule 1.

Lire aussi :

Mercedes maintient ainsi sa confiance à son poulain et s'assurera de lui proposer un plan B. "Si George restait sur le carreau, je serais ravi de le recruter dans notre écurie, car nous aurions un pilote de réserve sensationnel", s'extasie Toto Wolff, directeur de l'écurie à l'étoile. "Je lui ferais un programme d'essais génial et le préparerais de la meilleure manière pour qu'il revienne en force en 2022." Comme l'a fait Esteban Ocon, de retour sur la grille cette saison, même si ses performances avec Renault ne sont pas encore au niveau des attentes.

Lire aussi :

Esteban Ocon, Renault F1 Team R.S.20, et George Russell, Williams FW43

Ocon, justement, ne peut que compatir avec le sort de Russell. "C'est clair que c'est compliqué", commente le Français. "Je ne fais que lire la presse, donc je ne suis pas vraiment conscient de ce qui se passe, mais j'espère vraiment que George pourra rester en Formule 1."

"Niveau performance, il fait de l'excellent travail dans cette Williams. Il fait de son mieux. Il n'y a rien de mauvais à dire sur lui, sur ce qu'il fait. Ce ne serait pas justifié qu'il ne soit pas sur la grille l'an prochain. Mais la Formule 1 est ainsi. Elle peut être cruelle, parfois. J'en ai payé le prix fin 2018, pour 2019. J'espère que ce ne sera pas le cas pour lui."

Bien entendu, le sort de Russell n'est pas encore scellé. Si Red Bull venait à se séparer d'Alexander Albon et à recruter Pérez, le jeune Anglais pourrait être sauvé. Dans le cas contraire, Toto Wolff tient à préciser que la relation entre Mercedes et Williams restera inchangée.

"Je respecte totalement l'indépendance de Williams, comme toute autre équipe, et ils ont besoin de prendre leurs décisions", souligne-t-il. "Parfois, les décisions financières prennent le pas sur les décisions sportives, et parfois, même les décisions sportives doivent être équilibrées, car ce n'est pas toujours clair et net. Donc non, cela ne dégraderait pas notre relation. Ce serait décevant, mais je m'en remettrais."

Wolff précise également que la facture moteur envoyée par Mercedes à Williams est indépendante de la présence de Russell dans l'écurie ou non. "Je vais augmenter le tarif de 300% le jour où ils le virent", s'esclaffe-t-il. "Malheureusement, je ne peux pas, car nous avons un contrat de cinq ans avec eux sur les unités de puissance, et ces choses-là sont séparées."

"Au cas où quelqu'un aimerait l'idée, je plaisantais, pour les 300%. Les contrats sont valides, nous les respecterons, c'est comme ça que nous faisons les choses chez Mercedes. Je suis satisfait des trois clients [Williams, Racing Point et McLaren, ndlr] que nous avons pour l'an prochain."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires

Voir aussi :

Ocon devance Ricciardo : "C'est bon signe pour la fin de saison"

Ferrari : "Les voitures de Vettel et Leclerc sont identiques"