Multi 21, la "vengeance" de Vettel sur Webber

Le 24 mars 2013, une lutte fratricide opposait les pilotes Red Bull pour la victoire au Grand Prix de Malaisie. C'était l'apogée de la rivalité entre Sebastian Vettel et Mark Webber.

Multi 21, la "vengeance" de Vettel sur Webber

La saison 2013 fut la cinquième et ultime de la collaboration de Sebastian Vettel et Mark Webber chez Red Bull, collaboration qui avait déjà été tendue par le passé alors que Vettel remportait trois premiers titres mondiaux quand son coéquipier devait se contenter de deux troisièmes places au championnat. Avec 25 victoires à neuf entre 2009 et 2012, le rapport de force était clairement à l'avantage de l'Allemand.

Lire aussi :

Le Grand Prix de Malaisie était la deuxième manche de la saison 2013, et Mark Webber et Sebastian Vettel ont dominé l'épreuve. Après leur quatrième et dernier arrêt au stand, les deux pilotes Red Bull menaient avec neuf secondes d'avance sur les Mercedes de Lewis Hamilton et Nico Rosberg ; l'injonction "Multi 21" a alors été adressée à Vettel pour lui demander de ne pas attaquer son coéquipier afin d'assurer le doublé, 2 étant le numéro de Webber et 1 celui du triple Champion du monde en titre. Ce dernier a refusé d'obtempérer, a attaqué son partenaire et lui a chipé la victoire. Webber était furieux.

"Il ne nous était pas toujours bénéfique de nous battre avec acharnement, car les pneus en souffraient trop, et en Malaisie, nous avions eu cette exacte discussion juste avant", écrivait l'Australien dans son autobiographie en 2015. "J'ai su en deux tours que Seb allait prendre les choses en main, bien que j'aie été rassuré via la radio sur le fait que j'étais censé gagner."

"J'ai commencé à défendre, mais en raison de nos runs de qualifications, il avait des pneus neufs et pas moi. Ma première tentative en Q2 avait été trop conservatrice et j'avais fait un tour chronométré supplémentaire ; j'avais donc des pneus qui avaient déjà fait trois tours, alors que ceux de Seb étaient tout neufs. Peut-être se disait-il qu'il devrait pouvoir exploiter ces pneus au mieux, au lieu qu'on lui dise de lever le pied ? Quel qu'ait été son mode de pensée, quand il m'a dépassé, j'étais en colère mais surtout très triste que l'écurie ait atteint cette situation déplorable."

Mark Webber, Red Bull Racing

Vettel avait la "gueule de bois" depuis le Brésil 2012

D'après Christian Horner, directeur de Red Bull Racing depuis la fondation de l'écurie en 2005, la situation a empiré à cause du talent supérieur de Vettel par rapport à Webber et d'un incident qui avait failli coûter le titre 2012 au fer de lance de l'équipe.

"À l'époque, il était très difficile pour Mark d'accepter que Sebastian était simplement plus rapide – et je pense que s'il y repensait maintenant avec recul et honnêteté, [il l'admettrait]", a déclaré Horner au podcast officiel de la F1. "Par conséquent, Mark était prêt à tout pour essayer de le déstabiliser. Notre équipe tentait de normaliser la situation, mais de temps en temps, une bombe explosait et la situation était de plus en plus dure."

"Cela a probablement culminé fin 2012 lorsque Sebastian combattait Alonso pour le titre, et Mark l'a tassé contre le muret des stands au départ au Brésil, manche décisive du championnat, ce qui a eu pour conséquence l'accrochage avec Bruno Senna et le tête-à-queue. Sebastian était dans une colère noire."

Lire aussi :

"Il avait encore la gueule de bois en Malaisie, littéralement deux courses plus tard, malgré quatre ou cinq mois d'écart. Mark était en tête, Sebastian en pneus neufs derrière lui. Les pneus étaient très fragiles, nous leur disions de maintenir les positions, et Sebastian s'est dit : 'Je vous emmerde'."

Lorsqu'il lui est demandé s'il s'agissait bel et bien d'une vengeance pour Vettel, le Britannique répond : "C'est sûr à 100%. [Vettel] l'a dit à [Webber] après la course, ou quand ils se sont vus en Chine. Cela ne pouvait probablement pas être plus tendu."

Podium : vainqueur Sebastian Vettel, Red Bull Racing, deuxième Mark Webber, Red Bull Racing

"Aucun respect" pour Webber

Webber ne s'est jamais senti réellement soutenu par Horner par rapport à son coéquipier, même s'il faisait confiance au directeur technique, Adrian Newey, et entretenait une excellente relation avec le propriétaire de l'écurie, Dietrich Mateschitz. Ce dernier n'était toutefois pas du tout impliqué dans la gestion du team au quotidien. Après avoir clairement exprimé son mécontentement à l'issue du Grand Prix de Malaisie, Webber a tenté de régler lui-même ses comptes avec Vettel, sans succès.

"Ma rencontre suivante avec Seb était le jeudi du Grand Prix de Chine", relatait-il. "Cette conversation a été le moment le plus décevant de toute notre relation. Il a dit qu'il était agacé par ce que j'avais dit sur le podium en Malaisie, et que bien qu'il me respecte en tant que pilote, il n'avait aucun respect pour moi en tant qu'homme. C'était une phrase lourde de sens à mes yeux. Je me suis contenté de répondre : 'Alors on a un problème. C'en est assez'."

"Je m'étais accroché à la conviction que nous pourrions trouver un terrain d'entente, mais je ne pouvais m'empêcher de croire que quelqu'un l'avait influencé pour provoquer un tel revirement. Christian [Horner] a ensuite affirmé que Sebastian se vengeait ainsi de Silverstone 2011 [où Webber avait ignoré une consigne similaire, ndlr] et du Brésil 2012. J'aurais pu remonter bien plus loin que ça !"

Ayant le sentiment que Horner souhaitait simplement contenter Helmut Marko, conseiller de Red Bull en sport automobile, dont la préférence pour Vettel paraissait claire, Webber a également tenté d'obtenir des explications via Ann Neal, sa compagne, qui gérait sa carrière.

"Lorsqu'Ann a ensuite insisté auprès de Christian pour savoir pourquoi l'équipe n'avait jamais réprimandé ni sanctionné Seb pour l'incident du Multi 21, il a dit que l'écurie avait reçu une lettre de deux pages de l'avocat de Seb quelques jours après la course malaisienne, indiquant qu'ils avaient enfreint son contrat en lui donnant 'une consigne d'équipe déraisonnable'. Red Bull Racing était clairement dans l'embarras : ils ont fini par donner la prime de victoire aux deux pilotes, et ce n'était pas une petite somme !"

Le GP de Malaisie 2013 en photos

Cliquez sur les flèches pour passer d'une image à l'autre

Mark Webber, Red Bull Racing RB9 et Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9
Mark Webber, Red Bull Racing RB9 et Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9
1/7

Photo de: Hazrin Yeob Men Shah

Mark Webber, Red Bull Racing RB9 et Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9
Mark Webber, Red Bull Racing RB9 et Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9
2/7

Photo de: Hazrin Yeob Men Shah

Mark Webber, Red Bull Racing RB9 et Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9
Mark Webber, Red Bull Racing RB9 et Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9
3/7

Photo de: Hazrin Yeob Men Shah

Mark Webber, Red Bull Racing RB9 et Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9
Mark Webber, Red Bull Racing RB9 et Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9
4/7

Photo de: Hazrin Yeob Men Shah

Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9, Mark Webber, Red Bull Racing RB9
Sebastian Vettel, Red Bull Racing RB9, Mark Webber, Red Bull Racing RB9
5/7

Photo de: LAT Images

Podium : vainqueur Sebastian Vettel, Red Bull Racing, deuxième Mark Webber, Red Bull Racing
Podium : vainqueur Sebastian Vettel, Red Bull Racing, deuxième Mark Webber, Red Bull Racing
6/7

Photo de: Hazrin Yeob Men Shah

Le vainqueur Sebastian Vettel, Red Bull Racing, le deuxième Mark Webber, Red Bull Racing
Le vainqueur Sebastian Vettel, Red Bull Racing, le deuxième Mark Webber, Red Bull Racing
7/7

Photo de: LAT Images

partages
commentaires
La F1 débutera "cet été" avec un calendrier de "15 à 18 courses"

Article précédent

La F1 débutera "cet été" avec un calendrier de "15 à 18 courses"

Article suivant

Vasseur : "La F1 n'est pas le centre du monde"

Vasseur : "La F1 n'est pas le centre du monde"
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021