Norris sur la déroute de Russie : "Si c'était ma seule chance ?"

L'an dernier, Lando Norris laissait filer sa première victoire en Formule 1 dans les derniers tours du Grand Prix de Russie. Une déroute qui vient parfois le hanter.

Norris sur la déroute de Russie : "Si c'était ma seule chance ?"
Charger le lecteur audio

Lorsqu'il se met à pleuvoir au 46e des 53 tours du Grand Prix de Russie 2021, c'est assurément une mauvaise nouvelle pour Lando Norris, qui mène l'épreuve avec une seconde d'avance sur la Mercedes de Lewis Hamilton après avoir signé la pole position. Le jeune Britannique touche au but et peut remporter une première victoire en Grand Prix ; malgré une première sortie de piste dès le 48e passage, il persévère et se ferme comme une huître à la moindre évocation d'un éventuel changement de pneus.

Hamilton finit par rentrer au stand, alors que Norris part trois fois à la faute dans la 51e boucle et doit finalement se résigner à faire de même. À l'arrivée, tout le temps perdu le place au septième rang.

Un an plus tard, le pilote McLaren – qui avait accepté à contre-cœur, lors de la course précédente à Monza, de ne pas attaquer son coéquipier Daniel Ricciardo pour la victoire – s'interroge : son heure viendra-t-elle un jour ? "Ce que je me demande, c'est si c'était ma seule chance", confie-t-il dans le podcast Beyond The Grid. "Je déteste penser à ça, car j'ai aussi envie de croire que notre écurie va gagner des courses dans quelques années. Mais on ne sait jamais en Formule 1, c'est le problème. On ne sait jamais où l'on peut être, ou ce qui va se passer."

"Il y a quelques fois où je me demande si c'était ma seule chance de gagner une course de Formule 1 dans ma carrière. Est-ce que les gens en parleront dans 20 ans ? 'Tu aurais dû gagner cette course en Russie, blablabla'. Mais je n'y pense que très rarement, j'y ai pensé deux ou trois fois. Le reste du temps, je me dis que notre heure viendra dans deux ou trois ans."

Lando Norris, McLaren MCL35M, dans les stands

Norris a fini par rentrer au stand, mais il était trop tard

Avec le recul, Norris reconnaît que la manière dont il s'exprimait à la radio n'était pas optimale, même s'il estime que la victoire n'a pas été perdue à cause d'une communication défaillante.

"La manière dont je dis les choses à la radio est très différente de la manière dont j'ai l'impression de les dire dans la voiture", explique l'Anglais. "Je m'entends à la radio et je me dis : 'Pourquoi est-ce que je crie ? Pourquoi est-ce que je m'exprime comme un bébé ?'."

"Il faut que je fasse attention à dire les choses différemment, mais si c'était à refaire et que je disais les choses différemment, je ne pense pas que cela changerait le résultat. Je ne pense pas que ce soit le problème. Mais il y a certainement, de temps en temps, des choses que je dis qui sont interprétées différemment et entraînent des décisions de l'écurie – me faire rentrer au stand ou non, par exemple. J'imagine que j'y pense davantage désormais, en raison de cette situation."

Quoi qu'il en soit, à seulement 22 ans, le fer de lance de McLaren aura probablement d'autres opportunités à l'avenir.

Lire aussi :
partages
commentaires
Webber : Alpine n'a financé que 20% de la carrière de Piastri
Article précédent

Webber : Alpine n'a financé que 20% de la carrière de Piastri

Article suivant

Sans Porsche, Wolff observe la "stratégie très audacieuse" de Red Bull

Sans Porsche, Wolff observe la "stratégie très audacieuse" de Red Bull