Pourquoi McLaren a rejoint Williams dans la quête d'investisseurs

McLaren est ouvert à la vente d'une partie des actions de son écurie : cette information fait suite à une autre survenue le mois dernier, selon laquelle Williams est non seulement à la recherche de nouveaux investisseurs mais également prêt à vendre la totalité de son équipe.

Pourquoi McLaren a rejoint Williams dans la quête d'investisseurs

Le fait que deux écuries historiques se retrouvent en difficulté financière est malheureusement une mise en cause directe de l'état dans lequel se trouve la Formule 1. Le COVID-19 a aggravé les choses dans la mesure où les revenus ont diminué et que ce sera encore le cas un certain temps, mais les deux sociétés naviguaient déjà en eaux troubles. Toutes les deux ont fait face à une tempête. Ce sont toujours de grandes équipes en matière de personnel et de frais généraux, mais ces dernières années elles n'ont pas été compétitives. Cela a une incidence directe sur les revenus qu'elles reçoivent de la F1, et naturellement elles sont devenues moins attrayantes pour les sponsors.

En outre, toutes les deux ont décroché leurs plus grands succès lorsqu'elles étaient des équipes d'usine pour des constructeurs majeurs, avec tous les bénéfices techniques et financiers que cela comporte. Elles paient aujourd'hui le prix d'avoir recours à des unités de puissance clientes. Par le passé, c'est le coût des moteurs qui a tué des écuries bien établies comme Arrows et Prost. L'équipe française avait signé un contrat avec Ferrari pour 2001-2003 qui l'engageait à payer 28, 30 puis 32 millions de dollars sur les trois ans, soit un montant faramineux à l'époque. Le contrat n'a même pas atteint la deuxième année car l'écurie a fait faillite.

Lire aussi :

Près de vingt ans plus tard, les coûts de fourniture moteur ont baissé et représentent une part bien moindre du budget global d'une équipe. Néanmoins, cela reste une somme importante, et le statut de client symbolise en quelque sorte la manière dont la perception des deux équipes a changé au fil des ans. Pour McLaren, le fait d'avoir mis fin à l'accord d'usine avec Honda et de voir Red Bull Racing réussir avec le motoriste japonais par la suite ne fait qu'empirer la situation.

Ross Brawn, le patron sportif de la F1, a bien résumé les choses dernièrement lorsqu'il a souligné que les performances en piste avaient forcément une incidence économique.

"La réalité fait que la F1 est brutale, on vous juge toutes les deux semaines en piste, ou toutes les semaines comme ce sera le cas ces prochains mois !", disait-il à Motorsport.com. "Il est impossible de se cacher. Franchement, si vous terminez dernier comme c'est le cas pour eux [Williams] depuis quelques années, il y a des conséquences. Ils ont malheureusement atteint ce stade désormais."

"Quiconque s'impliquera devra examiner les raisons fondamentales pour lesquelles ils n'ont pas pu être performants afin de savoir si ce n'est qu'une question financière ou si cela vient de la structure ou de l'approche qu'ils ont empruntée. Honnêtement, je ne sais pas. Mais cette compréhension est nécessaire. Ce pourrait être uniquement économique, et avec un soutien financier supplémentaire ils pourraient alors être plus compétitifs. Il faut que quelqu'un essaie de comprendre ce qui se passe." 

Brawn a insisté sur le fait que rien ne pouvait remplacer les résultats : "Les deux équipes ont connu de mauvaises performances. Si McLaren avait remporté des titres mondiaux et se retrouvait dans l'état qui est le leur actuellement, on dirait qu'il y a quelque chose qui ne va pas en F1. Mais en réalité, McLaren n'a pas été performant ces dernières années et, comme je le disais, la F1 est brutale. Rien n'est gratuit en F1, et si vous êtes à ce niveau pendant plusieurs années, vous en payez les conséquences, vous perdez des sponsors, vous perdez des primes et ça devient un cercle vicieux."

Lando Norris, McLaren MCL35

La quête de nouveaux investisseurs chez McLaren est directement liée à la volonté de retrouver un bon niveau de performance. La société mère, McLaren Group, cherche de nouvelles rentrées d'argent, ce n'est pas un secret, et maintenir un constructeur de supercars en bonne santé financière pendant la crise du COVID-19 n'a pas été une tâche facile. En parallèle, l'écurie de course, qui représente 20% des recettes globales du groupe, a un besoin très spécifique de liquidités supplémentaires. Cela permet d'expliquer pourquoi le projet de vente n'implique que McLaren Racing, sans la distraction d'un actionnariat dans la société mère et dans le secteur des voitures de route.

La saison 2021 sera aussi importante en dehors que sur la piste, car c'est l'année durant laquelle toutes les équipes travailleront d'arrache-pied sur leur programme R&D en vue de la nouvelle réglementation entrant en vigueur en 2022. Celui qui sera à la traîne aura besoin d'un certain temps pour rattraper le retard pris. Le report d'un an de cette nouvelle réglementation fait qu'elle se préparera en présence du plafond budgétaire mis en place en 2021, ce qui ne devait pas être le cas initialement. En théorie, les équipes disposeront potentiellement toutes du même niveau de ressources lorsqu'elles aborderont cette année cruciale de développement.

Lire aussi :

Cependant, pour une écurie de milieu de grille, compter sur la réduction de voilure qui touchera Mercedes, Ferrari et Red Bull Racing ne suffira pas. Il faut s'assurer d'avoir les fonds nécessaires pour utiliser les 145 millions de dollars de budget pour 2021, qui tomberont à 140 M$ en 2022 puis 135 M$ pour la période 2023-2025. Il faut être en situation de dépenser à la limite, surtout en 2021, sous peine d'être condamné à des années de médiocrité. En d'autres termes, McLaren ne veut pas seulement survivre et participer mais veut saisir l'opportunité d'un nivellement des forces pour rebondir et retrouver toute sa compétitivité. Puis, si les résultats suivent, l'argent suivra naturellement avec une plus grande part de revenus de la F1 et des sponsors.

Personne ne sait quelle sera la situation économique de la F1 ces deux prochaines années suite au COVID-19, ni dans quelle mesure les revenus générés par les Grands Prix, la télévision et les sponsors retrouveront leur niveau d'avant la crise. Il y a toutefois des signaux positifs. L'abaissement du plafond budgétaire et d'autres mesures ont été décidés à un moment raisonnablement opportun, et les nouveaux Accords Concorde promettent une répartition plus équitable des revenus de la F1. Mais les choses ont-elles changé trop tard ?

"Je pense qu'il y a désormais un modèle viable pour la plupart des équipes", estime Cyril Abiteboul, directeur de Renault F1, auprès de Motorsport.com. "Il arrive peut-être un peu tard, à un moment où certaines équipes ont peut-être accumulé des dettes suite aux dernières saisons. Je ne pense pas seulement à Williams, même si ce sont eux qui font parler d'eux, mais je suis certain que c'est le cas pour de nombreux autres. Ce dont nous parlons, c'est de la manière dont les équipes vont gérer l'héritage des années précédentes."

"En regardant vers l'avenir, il y a clairement un modèle viable. Si l'on fait du bon travail au niveau du sponsoring, s'il y a de bonnes performances, on voit qu'il y a quasiment la perspective d'atteindre l'équilibre entre le plafond budgétaire et les recettes. C'est un changement de modèle complet, car soudainement on transforme une entreprise qui est historiquement et de longue date déficitaire en une entreprise qui pourrait générer du profit."

Ainsi, quiconque s'intéresse à Williams et McLaren doit le faire pour le long terme et avec la conviction que la F1 va rebondir. Il sera fascinant de voir qui sera prêt à relever ce défi, quelle que soit l'équipe.

Lando Norris, McLaren MCL34, leads Robert Kubica, Williams FW42
partages
commentaires
Haas gèle le développement tant que les revenus sont incertains

Article précédent

Haas gèle le développement tant que les revenus sont incertains

Article suivant

Le légendaire photographe de Ferrari en F1 a été fait chevalier par la République italienne

Le légendaire photographe de Ferrari en F1 a été fait chevalier par la République italienne
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021