Prost : "Ricciardo va faire passer Renault dans une autre dimension"

Alain Prost ne cache pas qu'un pilote de la trempe de Daniel Ricciardo doit propulser Renault à un autre niveau en Formule 1. Mais l'écurie française fait également face à une courbe de progression qui ne peut pas être aussi franche qu'elle le voudrait.

Prost : "Ricciardo va faire passer Renault dans une autre dimension"

Alors que Cyril Abiteboul a évoqué l'enthousiasme provoqué dès le mois d'août dernier à Enstone et Viry-Châtillon en apprenant le recrutement de Daniel Ricciardo, Alain Prost confirme l'effet catalyseur que devrait avoir l'Australien. Dans une structure qui entame la quatrième année de son projet depuis son retour avec un team d'usine, avoir convaincu un pilote qui évoluait dans l'une des trois écuries de pointe est un tournant qui n'a échappé à personne.

L'année 2019 n'aura vraisemblablement rien d'un long fleuve tranquille pour un Ricciardo habitué aux podiums (29) et aux victoires (7) depuis 2014, mais le pilote de 29 ans a déjà répété plusieurs fois qu'il connaissait le sacrifice à faire pour relever ce nouveau défi. Avant même de savoir ce que vaudra la future Renault F1, présentée le 12 février prochain, le nouveau pilote vedette va faire se tourner inévitablement les projecteurs vers sa nouvelle écurie. Pour ensuite la faire passer "dans une autre dimension", selon Alain Prost.

Lire aussi :

"Nous sommes très heureux des pilotes que nous avions en 2018, c'est la première chose que nous devons dire", rappelle en premier lieu le conseiller spécial de Renault, interrogé par Motorsport.com. "Nous sommes ravis de Carlos [Sainz, désormais parti chez McLaren]. Mais il est certain que Daniel apportera, non pas une motivation supplémentaire car nous n'en avons pas besoin, mais il sera d'une grande aide pour rendre l'équipe encore meilleure. Il va nous donner certaines informations, il va faire passer l'équipe dans une autre dimension."

La courbe de progression ne peut pas être directe

Changer de dimension et de statut, cela implique le devoir de fournir à Daniel Ricciardo et son coéquipier Nico Hülkenberg les meilleures armes possibles pour, dans un premier temps, se rapprocher des avant-postes occupés par Mercedes, Ferrari et Red Bull Racing. Pas une mince affaire, comme le rappelle Alain Prost, qui estime toutefois que le constructeur français est sur la bonne voie avec ce qui a été accompli en 2018 sur la piste comme en dehors.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18

"En fait, si l'on regarde toutes les équipes, il y a toujours des hauts et des bas", souligne le quadruple Champion du monde. "Nous n'étions peut-être pas là où nous le voulions durant l'été, pour différentes raisons, mais nous sommes revenus. C'était un peu mieux côté moteur, et côté châssis, il y a peut-être des choses où nous avons manqué certaines opportunités. Mais nous voulions être quatrièmes, les meilleurs derrière le trio de tête, et nous voulions être plus proches d'eux."

"C'est difficile d'y parvenir, car nous avons pris une décision afin de nous préparer de la meilleure manière possible pour la saison prochaine : ne pas faire trop de développement, particulièrement autour du moteur. Nous avons donc fait exactement ce que nous voulions jusqu'à présent. Désormais, la prochaine étape est d'être plus proche des équipes de pointe la saison prochaine."

Si Renault se doit de maintenir une courbe de progression perceptible, le projet du Losange étant de pouvoir jouer le titre mondial dans les années à venir, l'évolution ne peut être limpide et sans heurt d'après le Professeur.  

"On ne peut pas être sur une pente ascendante et lisse, il y a toujours des marches", prévient-il. "Peut-être que nous étions un peu déçus par certaines courses [en 2018], c'est certain, mais la bonne nouvelle est que l'équipe a été en mesure de revenir. Je dirais que c'est la réponse. C'est vraiment difficile de faire un pas de plus vers là où ils [les top teams] sont. Ce qui est parfois difficile à accepter, c'est que Ferrari particulièrement, et Mercedes, ont fait de gros progrès avec le moteur. Nous avons donc dû évoluer, et nous le ferons vraiment la saison prochaine."

Propos recueillis par Adam Cooper  

partages
commentaires
Verstappen salue des TIG "constructifs" en Formule E

Article précédent

Verstappen salue des TIG "constructifs" en Formule E

Article suivant

Andretti estime qu'il fallait conserver Räikkönen aux côtés de Vettel

Andretti estime qu'il fallait conserver Räikkönen aux côtés de Vettel
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021