Qualifs - Leclerc éblouit Hamilton et Vettel !

Charles Leclerc a signé une nouvelle pole position, à Singapour, au volant de sa Ferrari, en prenant le meilleur dans son ultime tour lancé sur un Sebastian Vettel monté en puissance en Q3, mais tout de même aussi battu par Lewis Hamilton.

Q1 - Déceptions pour Grosjean et Kvyat

La nuit est belle sous les 1600 projecteurs du tracé de Marina Bay et attend les pilotes pour les qualifications du Grand Prix de Singapour par 30°C dans l'air et 35°C en piste. Alors que tous les teams, dont Ferrari et Red Bull, chaussent déjà les pneus tendres les plus rapides, Mercedes fait exception et réalise ses premiers chronos avec Bottas et Hamilton en mediums : Leclerc prend ainsi logiquement les commandes de la séance avec un 1'38"014 le plaçant 0"360 devant Vettel, Verstappen (+0"516), Bottas (+0"609) et Hamilton (+0"749).

L'utilisation des pneus jaunes par Mercedes à ce stade de la séance, après en avoir déjà mis en EL3, signifie cependant que l'allocation du composé medium devient réduite à peau de chagrin pour les Flèches d'Argent, qui ne laissent d'ailleurs pas douter du fait qu'elles utiliseront les tendres en Q2 : ils sont même chaussés dès la fin de Q1, permettant aux deux pilotes Mercedes de s'emparer des commandes de séance, Bottas prenant le dessus sur Hamilton pour 0"248 et laissant la première Ferrari à 0"697.

Derrière, Robert Kubica enregistre une nouvelle défaite interne contre son équipier George Russell. Dur après-midi pour Grosjean, seulement 18e, ainsi que Stroll et Kvyat, battu par Gasly et éliminé dans les derniers instants par un Pérez qui devra tout de même composer avec une pénalité sur la grille de départ.

Éliminés en Q1 : Kvyat, Stroll, Grosjean, Russell, Kubica

P. Pilote Moteur Tours Temps Écart
1 Finland Valtteri Bottas Mercedes 6 1'37.317  
2 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 6 1'37.565 0.248
3 Monaco Charles Leclerc Ferrari 5 1'38.014 0.697
4 Germany Sebastian Vettel Ferrari 5 1'38.374 1.057
5 Netherlands Max Verstappen Honda 3 1'38.540 1.223
6 United Kingdom Lando Norris Renault 8 1'38.606 1.289
7 Spain Carlos Sainz Jr. Renault 7 1'38.882 1.565
8 Germany Nico Hülkenberg Renault 6 1'39.001 1.684
9 France Pierre Gasly Honda 6 1'39.085 1.768
10 Thailand Alexander Albon Honda 4 1'39.106 1.789
11 Italy Antonio Giovinazzi Ferrari 8 1'39.272 1.955
12 Australia Daniel Ricciardo Renault 6 1'39.362 2.045
13 Finland Kimi Räikkönen Ferrari 8 1'39.454 2.137
14 Mexico Sergio Pérez Mercedes 8 1'39.909 2.592
15 Denmark Kevin Magnussen Ferrari 8 1'39.942 2.625
16 Russian Federation Daniil Kvyat Honda 7 1'39.957 2.640
17 Canada Lance Stroll Mercedes 8 1'39.979 2.662
18 France Romain Grosjean Ferrari 8 1'40.277 2.960
19 United Kingdom George Russell Mercedes 7 1'40.867 3.550
20 Poland Robert Kubica Mercedes 6 1'41.186 3.869

Q2 - Plus que les autos du top 5 au championnat en Q3 !

Les Mercedes sortent immédiatement de la pitlane en début de séance : les pilotes du team à l'étoile désirent se trouver devant en piste et éviter tout trafic et risque de drapeau jaune ou rouge comme le tracé de Singapour peut en produire. Ils sont ainsi les premiers à établir un chrono, Hamilton prenant les commandes en 1'37"061, avant que Leclerc ne le déloge en P1 en améliorant de 0"131. Quatrième à 0"375, Vettel finalise son premier tour lancé derrière les deux machines de Brackley.

Attendu avec curiosité depuis les EL3, lors desquels il avait semblé avoir perdu son bon rythme du début de week-end, Verstappen rassure sur la capacité de Red Bull à se mêler à la fête en se positionnant P3, à 0"159. Dans le même temps, Räikkönen frotte son Alfa Romeo contre le mur et s'impose un passage aux stands. En fin de séance, les Ferrari se replacent avec autorité aux commandes, tandis que derrière, Magnussen confirme malgré lui que le week-end s'annonce difficile pour Haas. Le Danois est éliminé, tout comme Räikkönen, Gasly, Giovinazzi et Pérez.

Éliminés en Q2 : Pérez, Giovinazzi, Gasly, Räikkönen, Magnussen.

P. Pilote Moteur Tours Temps Écart
1 Monaco Charles Leclerc Ferrari 11 1'36.650  
2 Germany Sebastian Vettel Ferrari 11 1'36.720 0.070
3 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 12 1'36.933 0.283
4 Netherlands Max Verstappen Honda 9 1'37.089 0.439
5 Finland Valtteri Bottas Mercedes 12 1'37.142 0.492
6 United Kingdom Lando Norris Renault 13 1'37.572 0.922
7 Thailand Alexander Albon Honda 10 1'37.865 1.215
8 Spain Carlos Sainz Jr. Renault 13 1'37.982 1.332
9 Australia Daniel Ricciardo Renault 12 1'38.399 1.749
10 Germany Nico Hülkenberg Renault 12 1'38.580 1.930
11 Mexico Sergio Pérez Mercedes 14 1'38.620 1.970
12 Italy Antonio Giovinazzi Ferrari 14 1'38.697 2.047
13 France Pierre Gasly Honda 12 1'38.699 2.049
14 Finland Kimi Räikkönen Ferrari 14 1'38.858 2.208
15 Denmark Kevin Magnussen Ferrari 14 1'39.650 3.0

Q3 - Vettel monte en puissance, Leclerc relève le défi ! 

On retrouve chacune des deux Ferrari, Mercedes, Red Bull, McLaren et Renault pour la Q3 et ce qui s'annonce comme une lutte intéressante pour les 5 premières positions de la grille.

Tandis que Bottas et Vettel ont le champ libre devant eux à différents endroits de la piste, Hamilton aborde son tour d'installation avec un espace encombré devant lui sur sa première tentative. Le premier tour de Vettel est très propre et récompensé par un brillant 1'36"437, sur lequel Hamilton et Bottas se cassent les dents à une seconde pleine ! Dans le seul dernier secteur, Hamilton concède plus de six dixièmes à la référence établie par le pilote Ferrari. Seuls Leclerc, à 0"354, et Verstappen (+0"380) s'approchent quelque peu de la référence du quadruple Champion du monde.

Mercedes a tout à faire pour se placer sur la première ligne ou même s'assurer de prendre le départ devant Verstappen sur la seconde tentative. Vettel dispose une nouvelle fois de l'avantage de la position de piste de tête pour protéger sa pole provisoire, tandis que Mercedes attend cette fois un bon moment pour sortir du garage et disposer aussi d'une piste claire, derrière. L'Allemand ne se montre pas aussi rapide que sur sa première sortie et avorte son tour. Leclerc, en revanche, est en avance dans le premier secteur et demeure 0"085 devant Vettel au terme du second... et du troisième ! Le Monégasque signe une nouvelle pole position, avec une marge de de 0"191 sur Hamilton, qui déloge lui aussi Vettel. Bottas, cinquième, échoue derrière Verstappen, et partira aux côtés d'Albon sur la ligne. "Best of the Rest", Sainz mènera Ricciardo, Hülkenberg et Norris sur la grille de départ.  

P. Pilote Moteur Tours Temps Écart
1 Monaco Charles Leclerc Ferrari 7 1'36.217  
2 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 7 1'36.408 0.191
3 Germany Sebastian Vettel Ferrari 5 1'36.437 0.220
4 Netherlands Max Verstappen Honda 6 1'36.813 0.596
5 Finland Valtteri Bottas Mercedes 6 1'37.146 0.929
6 Thailand Alexander Albon Honda 6 1'37.411 1.194
7 Spain Carlos Sainz Jr. Renault 6 1'37.818 1.601
8 Australia Daniel Ricciardo Renault 6 1'38.095 1.878
9 Germany Nico Hülkenberg Renault 6 1'38.264 2.047
10 United Kingdom Lando Norris Renault 6 1'38.329 2.112

Programme et horaires du Grand Prix F1 de Singapour 2019

Programme et horaires du Grand Prix MotoGP d'Aragon 2019

partages
commentaires
Pérez sera pénalisé sur la grille de départ à Singapour

Article précédent

Pérez sera pénalisé sur la grille de départ à Singapour

Article suivant

La grille de départ du GP de Singapour

La grille de départ du GP de Singapour
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021