Qualifs - Stroll se joue des conditions et de Verstappen !

Lance Stroll a pris une superbe et inattendue pole position au Grand Prix de Turquie 2020 de F1, lors d'une séance courue dans des conditions humides et interrompue par deux drapeaux rouges !

Qualifs - Stroll se joue des conditions et de Verstappen !

Quelques minutes avant le début des qualifications, un chien errant est repéré sur le tracé d'Istanbul. Une chose habituelle sur la piste turque. Les conditions du tracé restent humides au moment de démarrer les qualifications.

Q1 - Drapeaux rouges et conditions dantesques

Les pilotes se pressent à la sortie des stands pour démarrer rapidement le roulage et mettre les gommes en température en enchaînant les tours ; il y a un mélange de pneus intermédiaires et pluie. Verstappen, en inters, est le premier pilote à partir en tête-à-queue après être passé hors piste ; il se plaint de ne pas avoir d'adhérence. Le premier temps inscrit est celui de Norris, dans les 2'07, Bottas signant le meilleur chrono à l'issue de cette première salve, avec 2'07"001.

C'est alors que de la forte pluie est annoncée. Ocon prend les commandes en 2'06 en pneus pluie, huit dixièmes devant Bottas, 1,3 seconde devant Stroll et 1,4 devant Hamilton. Les erreurs et sorties se multiplient, heureusement sans trop de gravité : Kvyat est notamment en tête-à-queue à la sortie du dernier virage alors que Gasly part en glisse dans le virage 7.

Lire aussi :

Les conditions sont telles désormais que la direction de course décide de brandir le drapeau rouge, alors qu'il reste moins de sept minutes de roulage en Q1. Leclerc, Grosjean, Gasly, Russell et Latifi sont dans la zone rouge à ce stade, Verstappen n'ayant que 0"007 d'avance sur le Monégasque. Durant l'interruption, le Safety Car est envoyé inspecter la piste et des balayeuses sont dépêchées pour tenter de réduire la quantité d'eau dans certains virages.

La séance reprend à 13h55, heure française, sur un tracé où la quantité d'eau a grandement diminué. Une file se crée avec notamment les deux Red Bull et les deux Ferrari. Räikkönen part en tête-à-queue dès la sortie des stands, sans gravité. Alors que les pilotes entament leurs tours lancés, dans des conditions précaires, Grosjean est piégé au premier virage, part à la faute et se retrouve bloqué dans les graviers, ce qui déclenche un nouveau drapeau rouge, à 3:30 de la fin de Q1.

Cette interruption est courte, la séance reprenant à 14h03. La piste s'étant encore considérablement améliorée, Verstappen qui bénéficie d'une visibilité idéale explose le meilleur temps en 1'57"4. Les drapeaux jaunes se multiplient dans ces derniers instants et rendent les améliorations difficiles, d'ailleurs la direction de course va enquêter de près sur les temps mais après la séance. Au petit jeu des améliorations tardives, Leclerc s'en sort alors que Hamilton est à la limite mais passe. Latifi est sorti de piste également, ce qui nécessite l'intervention d'un véhicule de levage.

Éliminés en Q1 : Magnussen, Kvyat, Russell, Grosjean et Latifi.

Q2 - Ferrari boit la tasse

La séance reprend alors que la voiture de Latifi n'est pas totalement évacuée... et qu'un drapeau jaune est toujours brandi au virage 8. Les choses rentrent dans l'ordre mais cela traduit évidemment l'urgence à terminer la séance alors que la luminosité décline. Les choix de pneus varient de nouveau entre intermédiaires et pluie. Norris inscrit le premier temps en 2'00"6 mais il est annulé ; Albon réalise 2'00"0.

Lire aussi :

Les temps s'abaissent rapidement : Verstappen réalise 1'57"1, Albon 1'56"7 et Stroll 1'55"7. À moins de six minutes, Verstappen réalise 1'53"4, six dixièmes devant Pérez et 1,5 seconde devant les Mercedes. Les pneus pluie semblent être le bon choix sur cette piste qui s'améliore et rapidement tous les pilotes les montent.

Quatre minutes avant la fin de séance, Verstappen franchit la ligne avec un 1'52"0, 1"7 et 1"8 devant Bottas et Hamilton. Le Néerlandais continue d'améliorer en 1'50"2 ce temps lui permet de compter en fin de Q2 1,9 seconde d'avance sur Albon, 2,4 sur Hamilton et 3,0 sur Stroll. En revanche, la désillusion est grande pour les Ferrari qui ont beaucoup roulé dans les conditions humides mais échouent en Q2, avec Vettel 12e et Leclerc 14e.

Éliminés en Q2 : Norris, Vettel, Sainz, Leclerc et Gasly.

Q3 - Stroll marche sur l'eau

La plupart des pilotes sortent en pneus pluie, sauf Ocon et Pérez en intermédiaires. Verstappen, parti premier, signe le premier temps de référence en 1'52"3, Stroll se rapprochant à 1"5. Mais Pérez fait parler le choix des intermédiaires, en réalisant 1'52"0, même s'il part à la faute dans l'entame de son second tour. Alors qu'il semblait en passe d'améliorer grandement, Verstappen choisit de son côté de passer par les stands pour mettre les gommes vertes. Mercedes, Stroll et Giovinazzi font de même.

Verstappen n'est pas satisfait de cette monte pneumatique alors que Pérez améliore encore en 1'49"3 alors que Stroll prend la seconde place provisoire à 2,1 seconde. Verstappen parvient à s'intercaler à 1,3 seconde mais c'est Stroll qu'il faut surveiller, il signe 1'47"765 ! Les Mercedes sont bien loin du compte et les yeux se tournent alors vers Verstappen mais le Néerlandais échoue à deux dixièmes du temps de la Racing Point ! La pole est pour Stroll !

Le Canadien exulte mais il reste évidemment à clarifier les temps signés alors que des drapeaux jaunes étaient de sortie lors des différentes sessions. Beau tir groupé en tout cas de Racing Point qui place également Pérez dans le top 3, derrière les écarts sont énormes avec Albon à 2,6 secondes, Ricciardo à 3,8 et Hamilton à 4,7.

Turkey Grand Prix de Turquie - Qualifications

Q1

P. Pilote Tours Temps Écart
1 Netherlands Max Verstappen 10 1'57.485  
2 Thailand Alexander Albon 10 1'59.431 1.946
3 Finland Kimi Räikkönen 11 2'01.249 3.764
4 Germany Sebastian Vettel 9 2'03.356 5.871
5 Monaco Charles Leclerc 9 2'04.464 6.979
6 France Pierre Gasly 9 2'05.579 8.094
7 Australia Daniel Ricciardo 10 2'05.598 8.113
8 France Esteban Ocon 10 2'06.115 8.630
9 Finland Valtteri Bottas 9 2'07.001 9.516
10 United Kingdom Lando Norris 9 2'07.167 9.682
11 Italy Antonio Giovinazzi 10 2'07.341 9.856
12 Canada Lance Stroll 7 2'07.467 9.982
13 Spain Carlos Sainz Jr. 10 2'07.489 10.004
14 United Kingdom Lewis Hamilton 8 2'07.599 10.114
15 Mexico Sergio Pérez 7 2'07.614 10.129
16 Denmark Kevin Magnussen 10 2'08.007 10.522
17 Russian Federation Daniil Kvyat 8 2'09.070 11.585
18 United Kingdom George Russell 9 2'10.017 12.532
19 France Romain Grosjean 7 2'12.909 15.424
20 Canada Nicholas Latifi 9 2'21.611 24.126

Q2

P. Pilote Tours Temps Écart
1 Netherlands Max Verstappen 8 1'50.293  
2 Thailand Alexander Albon 8 1'52.282 1.989
3 United Kingdom Lewis Hamilton 8 1'52.709 2.416
4 Canada Lance Stroll 8 1'53.372 3.079
5 Italy Antonio Giovinazzi 9 1'53.431 3.138
6 France Esteban Ocon 9 1'53.657 3.364
7 Finland Valtteri Bottas 7 1'53.767 3.474
8 Finland Kimi Räikkönen 9 1'53.793 3.500
9 Mexico Sergio Pérez 8 1'54.097 3.804
10 Australia Daniel Ricciardo 9 1'54.278 3.985
11 United Kingdom Lando Norris 9 1'54.945 4.652
12 Germany Sebastian Vettel 9 1'55.169 4.876
13 Spain Carlos Sainz Jr. 8 1'55.410 5.117
14 Monaco Charles Leclerc 9 1'56.696 6.403
15 France Pierre Gasly 8 1'58.556 8.263

Q3

P. Pilote Tours Temps Écart
1 Canada Lance Stroll 7 1'47.765  
2 Netherlands Max Verstappen 8 1'48.055 0.290
3 Mexico Sergio Pérez 6 1'49.321 1.556
4 Thailand Alexander Albon 8 1'50.448 2.683
5 Australia Daniel Ricciardo 7 1'51.595 3.830
6 United Kingdom Lewis Hamilton 7 1'52.560 4.795
7 France Esteban Ocon 7 1'52.622 4.857
8 Finland Kimi Räikkönen 7 1'52.745 4.980
9 Finland Valtteri Bottas 7 1'53.258 5.493
10 Italy Antonio Giovinazzi 7 1'57.226 9.461
partages
commentaires
Grosjean prêt à "mettre sa peur de côté" en IndyCar
Article précédent

Grosjean prêt à "mettre sa peur de côté" en IndyCar

Article suivant

Drapeaux jaunes : Magnussen furieux, enquête en cours à Istanbul

Drapeaux jaunes : Magnussen furieux, enquête en cours à Istanbul
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021