Renault - La mauvaise relation avec Red Bull freine les progrès

partages
commentaires
Renault - La mauvaise relation avec Red Bull freine les progrès
Par : Basile Davoine
22 nov. 2015 à 14:45

Renault pense que l’effondrement de sa relation avec Red Bull a joué un rôle important dans le manque de progrès effectués avec la version évoluée de son unité de puissance. 

Red Bull Racing, Renault Sport F1
Cyril Abiteboul, Directeur Général Renault Sport F1
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing dans le Parc Fermé
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11

Le constructeur français a proposé une nouvelle spécification de son V6 turbo hybride dès le Grand Prix des États-Unis, mais celle-ci a finalement été utilisée pour la première fois la semaine dernière au Brésil. Seul Daniel Ricciardo en a bénéficié, subissant du même coup une pénalité de dix places sur la grille de départ. Au terme d’un week-end compliqué, durant lequel il a rapidement fait savoir que le nouveau bloc n’était pour le moment pas meilleur que la version précédente, l’Australien a terminé hors des points. 

La nouvelle spécification n’était pas pleinement exploitée, avec des composants évolués qui sont encore à introduire et à tester. À Interlagos, c’est seulement le moteur à combustion (ICE) qui était concerné par les développements préparés par Renault, et une autre étape peut encore être franchie. Renault estime quoi qu’il en soit que rien n’a été facilité par les relations tumultueuses entretenues avec Red Bull. 

"C’est vrai que l’histoire récente et incertaine avec Red Bull a relâché la collaboration technique qu’il y avait entre nos équipes respectives", explique Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1. "Notre dialogue a quasiment cessé."

"C’était juste [de faire cela] seulement pour l’année prochaine, mais peut-être que nous aurions dû être un peu plus prudents pour ne pas le faire cesser cette année. Cela signifie que nous n’avons pas maximisé l’amélioration de la performance sur le moteur, car si l’on change un élément de l’unité de puissance il faut penser à l’effet que cela a sur les autres éléments."

"Je crois qu’il y a plus à venir des [nouveaux] éléments que ce que nous avons vu, et une fois encore nous n’utilisons pas tous le matériel qui est désormais disponible. Alors il y a une légère déception mais il y a plus à venir et plus à expliquer."

Nouvelle stratégie à Abu Dhabi?

Renault va notamment repenser la manière dont sera utilisée son évolution pour le dernier Grand Prix de la saison, la semaine prochaine à Abu Dhabi. La possibilité de revenir à l’ancienne spécification n’est d’ailleurs pas exclue, si cela s’avère nécessaire. 

"Nous devons regarder les conclusions du week-end du Brésil sur le moteur d’une voiture, comprendre où nous sommes, et prendre certaines décisions pour Abu Dhabi quant à savoir si nous continuons au même niveau, en essayant de pousser pour passer un cap supplémentaire, ou si nous revenons en arrière si ce n’est pas satisfaisant pour le moment. Mais c’est davantage en lien avec le fait d’apprendre pour l’année prochaine."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Prochain article Formule 1
Lopez - L'accord entre Renault et Lotus est "presque" conclu

Article précédent

Lopez - L'accord entre Renault et Lotus est "presque" conclu

Article suivant

Ferrari - Impératif de devancer Mercedes en 2016

Ferrari - Impératif de devancer Mercedes en 2016

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités