Ricciardo a perdu jusqu'à 2 secondes par tour

Daniel Ricciardo a vécu un Grand Prix du Qatar pénible, à cause d'un besoin d'économie de carburant qui n'était en fait pas nécessaire.

Ricciardo a perdu jusqu'à 2 secondes par tour
Charger le lecteur audio

Parti depuis une lointaine 14e place après avoir été éliminé dès la Q2 samedi en qualifications, Daniel Ricciardo a bouclé son Grand Prix du Qatar hors des points, au terme d'une course qui ne lui a pas permis de remonter comme il l'espérait. L'Australien a rallié l'arrivée en 12e position dimanche, plombé par une "erreur système" qui a forcé son équipe à lui imposer une économie de carburant très tôt dans l'épreuve. McLaren lui a ensuite permis de reprendre un rythme plus normal, mais le mal était fait.

"Après le départ, nous avons économisé du carburant super tôt en course", explique Daniel Ricciardo. "J'ai commencé à faire ce qui me semblait déjà être beaucoup, et ça ne suffisait pas. Alors Tom [Stallard, ingénieur de course] a dit : 'Tu dois en faire plus, tu dois en faire plus. Ça ne suffit pas, bla bla bla'. À tel point que je pense qu'à certains moments, nous perdions probablement deux secondes par tour en économisant du carburant. Et du coup, les freins refroidissaient, les pneus refroidissaient et je perdais aussi du grip, c'était une sorte de spirale destructrice."

"Nous avons économisé du carburant pendant quelque chose comme la moitié de la course et ça nous a repoussés loin, très loin. Je n'avais jamais eu à économiser autant et si tôt dans une course. J'étais en roue libre dans chaque virage et ça ne suffisait jamais assez. Après, je ne sais pas ce qui s'est passé avec le système, ou s'ils ont eu une autre lecture, mais Tom m'a dit : 'D'accord, on arrête, on attaque'. Et j'ai répondu : 'Attends, plus d'économie de carburant'. Et il a dit : 'Non, juste de l'attaque'. J'étais très dérouté."

"C'est clairement une erreur système et c'est dommage parce que lorsque je pouvais attaquer, j'ai le sentiment que je pouvais atteindre le chrono référence du moment. Mais j'imagine que nous nous sommes retrouvés à la merci d'une erreur avec la lecture."

Avant même cette économie de carburant extrême et inutile, Daniel Ricciardo avait connu un envol difficile, perdant des positions après avoir eu du mal à trouver le bon point de freinage au premier virage. "L'impulsion en elle-même n'était pas mauvaise mais il y avait Charles [Leclerc] et [Lance] Stroll, j'étais un peu au milieu et je ne pouvais pas voir le virage 1."

"Quand tu es à l'arrière, c'est assez dur de voir au milieu du peloton, donc tu cherches un peu les repères de freinage, pour avoir une référence de quand freiner. Je ne pouvais pas les voir. Donc j'ai tenu autant que j'ai pu puis j'ai levé le pied. Au bout du compte, j'ai levé le pied beaucoup trop tôt et il y avait beaucoup de monde à l'extérieur avec la voie libre. Je n'étais tout simplement pas dans une excellente position. Je ne sais vraiment pas ce que j'aurais pu faire à cet instant, mais je vais revoir ça."

Privé de points pour la troisième fois consécutive, le pilote australien préfère néanmoins "voir le bon côté des choses" malgré la situation comptable : "Je suis heureux que ça ne se soit pas produit dans une position où l'on jouerait le podium, car ça aurait été la chose la plus douloureuse qui soit, mais ça nous a vraiment privé de toute chance de marquer des points".

Lire aussi :

partages
commentaires
Ferrari "très inquiet" des pneus pendant la course
Article précédent

Ferrari "très inquiet" des pneus pendant la course

Article suivant

Stats Qatar 2021 - Alonso, 27e quadra sur un podium !

Stats Qatar 2021 - Alonso, 27e quadra sur un podium !
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021