Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
2 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
16 jours

Ricciardo : "Aucune preuve tangible" du niveau de Renault

partages
commentaires
Ricciardo : "Aucune preuve tangible" du niveau de Renault
Par :
27 févr. 2019 à 15:25

Daniel Ricciardo espère que Renault se positionne au moins en tête du groupe de chasse derrière les écuries de pointe, mais la recrue star du Losange peine encore à définir le niveau de compétitivité qui sera affiché en ouverture de la saison. Les réponses attendront Melbourne !

Embarqué dans sa nouvelle aventure chez Renault, Daniel Ricciardo n'a cessé d'insister sur le long chemin à parcourir pour aider l'équipe à atteindre ses objectifs. Au fil des journées d'essais, une vision plus claire de ce qui l'attend pourrait s'affiner, mais les zones d'ombre demeurent trop importantes, dans les rangs français comme ailleurs.

Voir aussi :

Ce mercredi, le pilote australien s'est acquitté de 72 tours au volant de la R.S.19. Passée la traditionnelle collecte de données aéro du petit matin, il s'est concentré sur les longs relais afin de poursuivre l'apprentissage et la compréhension d'une monoplace qui dispose de "quelques pièces supplémentaires" par rapport à la semaine passée, sans qu'elle soit pour autant transfigurée. "De ce point de vue, je ne m'attendais à rien d'important, mais juste à être plus à l'aise", précise Ricciardo. "J'ai quasiment fait une simulation de course ce matin, donc ça offre davantage de tours pour essayer de comprendre où nous en sommes." 

Une tentative bien délicate que celle de réussir à se situer dans la hiérarchie, qui plus est au beau milieu d'une concurrence qui semble plus homogène que jamais. "On dirait bien que ce milieu de peloton est très serré", rappelle une énième fois l'ancien pensionnaire de Red Bull. Ainsi, dégager des certitudes relève presque de la loterie, alors que Renault a pour objectif, a minima, de se détacher de ce fameux milieu de grille.

Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S. 19

"Je suppose que les trois équipes de pointe ont toujours un peu de marge sur les autres, mais je ne sais pas", hésite Ricciardo. "Si l'on regarde le chrono de Sainz [mercredi matin], et même si c'est avec les pneus les plus tendres, ça reste un 1'17"1. C'est rapide. Mais encore une fois, nous ne sommes pas tous en piste au même moment avec les mêmes quantités de carburant. Si quelqu'un fait un chrono à 10h, et quelqu'un d'autre à 11h, c'est complètement différent."

"En réalité, nous ne saurons pas avant les qualifications à Melbourne, quand tout le monde aura la même charge de carburant, les mêmes pneus et les mêmes conditions de piste. Mais pour le moment, je dirais que ce milieu de grille est serré. Tout le monde est capable d'aller sous les 1'17."

"C'est une supposition, mais j'aimerais croire que nous sommes à l'avant [du milieu de grille]. Néanmoins, il n'y a aucune preuve tangible. Notre objectif est d'abord et avant tout d'être quatrième ou mieux, mais l'équipe essaie vraiment de combler l'écart avec les trois premiers. Comme vous le savez, il est important donc ça ne se fera pas du jour au lendemain."

La fiabilité doit être assurée

Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S. 19, avec des capteurs aéro

Depuis la relance d'une écurie d'usine fin 2015, Renault a multiplié les investissements financiers et humains pour mettre en place peu à peu toutes les pièces du puzzle qui composent une écurie de pointe. Un travail de longue haleine qui est loin d'être achevé, et dont l'efficacité conditionnera inévitablement la concrétisation par des résultats en 2019.

Lire aussi :

"En discutant avec Nico [Hülkenberg] et en comprenant comment était l'équipe l'an dernier, je sais que le rythme de développement n'était pas toujours aussi rapide que ce qu'ils auraient aimé", insiste Ricciardo. "C'est autre chose cette année, il faut comprendre ce dont la voiture a besoin mais aussi voir comment faire ça plus vite. L'équipe se bâtit une infrastructure, elle grandit, ils corrigent ces choses-là mais cela dictera peut-être aussi comment on peut s'éloigner des autres ou les rattraper."

Avant de penser aux étapes de performance qu'il va falloir franchir en début de saison à travers ce développement, la base doit être la plus saine possible pour y parvenir. "Disons que nous sommes toujours conservateurs pour le moment", admet Ricciardo. "Nous essayons d'abord d'être à la pointe en matière de fiabilité et d'engranger les tours. Tout ce que j'ai entendu était positif, et je n'ai pas entendu quoi que ce soit qui le contredise, mais c'est probablement la même situation. En qualifications à Melbourne, nous saurons à quel point nous avons progressé."

Article suivant
Vettel : Trouver la cause du crash est une "priorité absolue"

Article précédent

Vettel : Trouver la cause du crash est une "priorité absolue"

Article suivant

Alonso veut rester impliqué en F1, "juste au cas où"

Alonso veut rester impliqué en F1, "juste au cas où"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement Essais hivernaux de Barcelone II
Catégorie Mercredi
Pilotes Daniel Ricciardo Boutique
Équipes Renault F1 Team
Tags rs19
Auteur Basile Davoine