Ricciardo : Red Bull veut lutter avec Mercedes et Ferrari

À la veille du Grand Prix de Russie, Daniel Ricciardo a indiqué qu’il espérait que Red Bull allait pouvoir reprendre du terrain sur Mercedes et Ferrari.

Après un GP de Bahreïn lors duquel il a subi le restart après la voiture de sécurité, qui l’a fait dégringoler de la troisième à la sixième place, pour finalement terminer au cinquième rang, l’Australien espère que cette mauvaise gestion pneumatique ne sera plus qu’un lointain souvenir, notamment grâce aux essais de Bahreïn la semaine dernière.

"Je ne suis pas inquiet. Je pense que nous en avons tiré des leçons. Les essais du mardi nous ont permis de tester certaines choses, et je ne m'attends pas à me retrouver dans cette position de nouveau. Sur ce circuit, les pneus ne sont pas forcément au rendez-vous au premier tour, mais en course, ça devrait aller."

Mais les grands progrès, pour remonter dans la hiérarchie, ne sont pas attendus avant au moins le Grand Prix d’Espagne, quand la première évolution majeure arrivera. "Je vais utiliser le mot ‘espérer’. J'espère qu'elle sera plus rapide. Nous voulons être dans une lutte à trois avec Mercedes et Ferrari. J'espère quelque chose qui nous mettra dans cette lutte."

"En qualifications, ici, nous étions à une seconde et demie de la pole l'an dernier, puis à Barcelone nous étions à une demi-seconde, et à Monaco, nous avons fait la pole. Il nous faut un peu de tout. Nous avons eu un peu de temps pour étudier Ferrari avant qu'ils ne prennent le large. Ils sont forts, Mercedes aussi, ils ont plus de grip à l'arrière. C'est là que nous perdons du temps."

"J’ai bon espoir que ce soit mieux que maintenant. Nous ne pouvons demander qu'une amélioration. Faire ce premier pas est important. Si cela nous met à une demi-seconde, nous serons en position de frapper."

"Le pilote n'a rien à se reprocher, je n'ai rien oublié. Nous savons pouvoir faire mieux. L'équipe a beaucoup appris des essais et des dernières courses, avec le feedback de Max [Verstappen] et le mien. Nous savons sur quoi nous focaliser. C'est pourquoi nous apportons ces évolutions à Barcelone. Il faut du temps pour produire ces pièces. À Barcelone, nous devrions être performants. En tant que pilote, je me sens bien."

Au sujet du moteur Renault, qui a encore une marge de progression assez importante, il faudra attendre Montréal et travailler pour que le châssis de la RB13 comble une partie de l’écart seul, ou presque. "L'unité de puissance a légèrement évolué depuis l'Australie, pas une évolution à proprement parler, mais nous avons gagné un bon dixième. Pour Montréal, nous espérons trouver quelques dixièmes. Nous essayons de renforcer le châssis et l'unité de puissance. La grande évolution n'est pas encore arrivée."

Enfin, il livre une analyse concise des particularités de la piste de l’Autodrome de Sotchi. "Le manque d'adhérence rend ce circuit unique. Beaucoup de virages se prennent à fond, et il n'y a pas de banking positif, donc on glisse facilement. Freiner au virage 13 est très délicat, ça peut être une opportunité de dépassement."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Russie
Circuit Sochi Autodrom
Pilotes Daniel Ricciardo
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités
Tags sotchi