Le départ de Ricciardo lié à "son inquiétude des années qui passent"

Cyril Abiteboul estime que le départ de Daniel Ricciardo chez McLaren a traduit chez l'Australien une véritable inquiétude vis-à-vis du temps qui passe et du nombre d'années lui restant en Formule 1.

Le départ de Ricciardo lié à "son inquiétude des années qui passent"

Le départ de Daniel Ricciardo alors qu'il n'a pas encore entamé sa seconde saison avec Renault a fait l'effet d'une bombe au mois de mai dernier, moins de deux ans après l'annonce choc de son choix de quitter Red Bull Racing pour rejoindre l'écurie française, à l'été 2018. L'Australien, après une campagne 2019 décevante non pas tant sur le plan personnel que collectif, a ainsi fait le choix de rejoindre à partir de 2021 McLaren, structure qui a terminé quatrième du championnat l'an passé en étant équipée de blocs hybrides français et qui passera à une motorisation Mercedes l'an prochain. 

Pour Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault F1, la décision prise par son pilote star a découlé d'une différence d'approche avec l'équipe concernant l'avenir à court et moyen termes. "La découverte de l’information, c’était un processus qui selon moi n’était pas notre calendrier", a expliqué le dirigeant français sur Canal+, dans le cadre de l'émission "En Pole". "Nous n’étions pas dans le même timing, très clairement. Il voulait aller suivant son rythme, on n’était pas sur le même rythme, j’ai envie de dire pas sur la même unité de temps, pas sur la même planète."

Lire aussi :

Une divergence qui a sans doute été renforcée, selon Abiteboul, par la manière dont la crise liée à la pandémie de COVID-19 a influencé le futur proche de la F1, notamment sur le plan réglementaire, et de l'écurie Renault. "Mars, peu de jours après le retour d’Australie, les discussions se nouent autour du calendrier, des impacts sur cette saison, et puis effectivement des premières décisions réglementaires, le fait de décaler d’un an le règlement 2021 à 2022. Je sais qu’il accuse le coup, que ça a un impact dans sa tête, je ne mesure pas nécessairement à quel point, et puis des discussions avec les gens qui le représentent, je ne rentrerai pas dans les détails."

"Mais effectivement, nous on était très concentrés sur cette crise, deux usines à gérer, une crise économique également qui se profile, beaucoup de discussions sur le plan réglementaire, des échanges également avec la direction de Renault sur toutes les circonstances et les conséquences de tout ceci. Et effectivement Daniel qui est sur un timing différent, avec une vraie forme d’activisme liée à son inquiétude des années qui passent. C’est ça que j’ai découvert, que je n’avais pas mesuré : c’est quelqu’un qui compte déjà sur le nombre d’années qui lui reste, entre guillemets, en Formule 1 […] et voilà, je pense qu’il était dans une situation [où il avait] envie de prendre une décision pour prendre une décision. Et la décision qui pouvait être prise, c’était effectivement de bouger. Je n’ai pas plus d’analyse à faire."

Lire aussi :

Pour Abiteboul, les résultats en deçà des attentes en 2019 ont forcément pesé dans la balance, traduisant une certaine forme d'impatience. "Oui, je pense, mais à un moment, quand on prend des décisions, il faut savoir les assumer, il faut baisser la tête, y compris dans les moments de difficulté, dans les moments de doute. Encore une fois, je pense que les pilotes qui ont marqué ce sport, ce sont également des pilotes qui ont su aussi être stables."

"Et quand je dis ça, il n’y a pas de jugement sur Daniel – et je lui souhaite vraiment le meilleur même si pour l’instant le meilleur c’est avec nous, il sera plus tard temps de lui souhaiter le meilleur avec d’autres, on a des choses à faire ensemble – mais effectivement la patience est à l’image de ce qui peut se passer en piste. La gestion d’une carrière, c’est d’une certaine façon la répétition de tout ce qui se passe en piste, et ce sont des choses que l’on doit travailler ensemble cette année."

Ricciardo "ne peut pas se permettre une année ratée"

Interrogé justement sur ce qu'il attend de Ricciardo en cette saison 2020 qui s'annonce raccourcie, Abiteboul met en avant le fait que c'est tout l'édifice Renault qui doit progresser. "J’attends mieux de l’ensemble de l’équipe et Daniel est un élément important de l’équipe mais il conduit une voiture qui se doit de faire mieux. Il y a eu un travail intense cet hiver, je pense qu’on a eu le meilleur hiver depuis notre retour mais effectivement il doit y avoir aussi un petit peu moins d’impatience dans l’ensemble. Je parlais d’impatience dans les décisions de gestion de carrière, il y a aussi de la patience à savoir avoir en piste quand ça compte."

Lire aussi :

Il n'a en tout cas pas de doutes sur le fait que la motivation du septuple vainqueur de Grand Prix ne sera pas altérée, l'Australien ne pouvant selon lui pas se permettre de rater la saison à venir. "Je veux le croire. J’ai confiance dans son professionnalisme, mais c’est également quelqu’un d’intelligent : il sait qu’il est aussi dans la construction d’une carrière. Cette construction, c’est probablement ce qui a habité, peut-être, ses nuits sans sommeil en Australie quand il a dû réfléchir et peser le pour et le contre des différentes options."

"Et il a bien évidemment en tête qu’il ne peut pas se permettre une année ratée à titre individuelle. Il sait qu’il a à côté de lui un pilote de qualité [Esteban Ocon], il sait aussi, je pense, que l’équipe a progressé avec sa monoplace. Même si son avenir est ailleurs, il ne peut pas se permettre qu’un jugement puisse être porté négativement sur sa prestation en piste cette année."

partages
commentaires

Voir aussi :

Horner s'attend au retour des controverses de l'hiver en Autriche

Article précédent

Horner s'attend au retour des controverses de l'hiver en Autriche

Article suivant

Une évolution du moteur Mercedes en Autriche

Une évolution du moteur Mercedes en Autriche
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021