Quand Brawn compare Schumacher à Hamilton

Auteur d'une carrière étincelante en tant qu'ingénieur puis directeur d'équipe en Formule 1, avec neuf titres des constructeurs à la clé, Ross Brawn a côtoyé des pilotes parmi les plus grands de l'Histoire, notamment les deux plus couronnés : Michael Schumacher et Lewis Hamilton, qui ont été sacrés 13 fois à eux deux.

Quand Brawn compare Schumacher à Hamilton

Brawn a travaillé avec Michael Schumacher de 1991 à 2006 chez Benetton puis Ferrari, avant d'attirer Lewis Hamilton chez Mercedes en 2013. Celui qui occupe le poste de manager sportif de la Formule 1 depuis 2017 et le rachat du championnat par Liberty Media peine à départager les deux grands champions avec qui il a collaboré.

Lire aussi :

"Ils ont tous deux un talent immense ; on le voit à ce qu'ils font dans la voiture et à ces moments où réalisent des exploits inattendus", analyse Brawn, relayé par le site officiel de la F1. "Certains tours qualificatifs réalisés par Lewis ont laissé l'équipe bouche bée. Michael était pareil. Parfois, il n'y a que ces pilotes qui en sont capables."

"Lewis mérite tous les championnats qu'il a remportés. Il s'est placé dans la bonne équipe au bon moment et est à son meilleur niveau. Il ne commet pas d'erreurs et est un pilote fantastique. Ses performances sont exceptionnelles. Ce n'est pas comme si Lewis gagnait par chance. Il gagne parce qu'il fait du travail fantastique, et il faut lui en attribuer le mérite."

Ross Brawn, manager sportif de la F1

Lorsque commencera une saison 2020 retardée par la pandémie due au nouveau coronavirus, Lewis Hamilton pourrait égaler les sept titres mondiaux de Schumacher et surpasser son record de 91 victoires, qui paraissait jadis inaccessible – fin 2006, l'Allemand était le seul à avoir remporté plus de 51 Grands Prix dans l'Histoire.

Quoi qu'il en soit, Brawn ne manque pas de souligner que Hamilton et Schumacher vivent des carrières peu similaires à une quinzaine d'années d'intervalle, bien que s'étant côtoyés en piste de 2010 à 2012 : "C'étaient des époques différentes, une concurrence différente, des types de voiture différents et des personnalités relativement différentes – très différentes."

"Lewis est incroyablement professionnel, motivé et dévoué, mais Michael avait un intense sens du détail vis-à-vis de la voiture, dont Lewis n'a pas besoin. Michael a débuté à une époque où la technologie actuelle n'existait pas. L'étude des données était très grossière ; l'implication du pilote était bien plus forte. Maintenant, le pilote sort de la voiture et l'ingénieur dispose d'une analyse du comportement de la voiture dans chaque virage. Le pilote n'a donc pas grand-chose à dire."

"La première fois que j'ai travaillé avec Michael, nous avions une feuille avec le numéro des virages et il fallait qu'il explique où est-ce qu'il avait du sous-virage ou du survirage, puis nous analysions ça. Maintenant, il suffit que le pilote allume sa radio, et ils ont l'analyse. Ce qui est attendu et requis du pilote est donc relativement différent. Michael avait cette intensité et cette implication dans la voiture, dont Lewis n'a pas besoin. Je ne sais donc pas comment il s'en sortirait, ayant débuté à une époque où ce n'est pas nécessaire."

partages
commentaires
Faut-il modifier la piste de Melbourne ?

Article précédent

Faut-il modifier la piste de Melbourne ?

Article suivant

Macron prolonge le confinement, le GP de France compromis

Macron prolonge le confinement, le GP de France compromis
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Lewis Hamilton
Auteur Benjamin Vinel
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021
Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins Prime

Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins

Aston Martin peut-elle se sortir du trou dans lequel la réglementation aérodynamique de 2021 l'a envoyée ? Cette question, l'écurie britannique ne peut pas encore y répondre. En revanche, les récentes performances de Mercedes offrent un signe d'encouragement.

Formule 1
11 avr. 2021