Les vibreurs de Losail font des dégâts inattendus

Les écuries ne s'attendaient pas à souffrir autant sur les vibreurs de Losail, qui n'ont pas épargné certaines monoplaces lors des essais libres du Grand Prix du Qatar.

Les vibreurs de Losail font des dégâts inattendus

La découverte du tracé de Losail a parfois été brutale pour les écuries, vendredi, lors des premiers essais libres du Grand Prix du Qatar. La faute à des vibreurs impitoyables avec les monoplaces, qui ont souffert en raison des hautes vitesses de passage. Plusieurs équipes ont accumulé les dégâts, la plus touchée étant Haas F1, qui a même dû changer le châssis de Nikita Mazepin à l'issue de la première séance et priver ainsi le Russe de la deuxième.

"Je crois que certains ont endommagé leur fond plat, et nous avons endommagé le châssis puis nous l'avons changé, ce qui a pris toute la journée puisqu'en gros on change toute la voiture", confirme Günther Steiner, directeur de Haas. "Il [Mazepin] est juste passé sur les vibreurs, il n'était pas hors trajectoire ou quoi que ce soit ; il respectait les règles, il est juste passé sur les vibreurs et ça a frotté. Et il a dit qu'il le ressentait bien au niveau du dos. Nous avons discuté avec Michael [Masi, directeur de course], il a dit qu'il s'agissait de vibreurs standards de la FIA."

Sur un circuit qui n'avait jamais accueilli la catégorie reine, la FIA a fait installer des vibreurs répondant aux spécifications habituellement utilisées sur d'autres tracés du calendrier. Néanmoins, plusieurs facteurs exacerbent leur rudesse envers les monoplaces, à commencer par la nature très rapide du tracé.

"Les vibreurs sont assez durs ici", constate Andreas Seidl, directeur de McLaren. "Nous avons vu plusieurs voitures dans le paddock aujourd'hui [vendredi], y compris les nôtres, avec des dégâts au niveau de la carrosserie après avoir roulé sur ces vibreurs. Nous devons donc vraiment garder un œil là-dessus pour la suite du week-end. C'est un circuit rapide et je pense que lorsque l'on touche les vibreurs, c'est violent. En plus, c'est un circuit qui permet également de prendre certains risques pour élargir car il ne vous stoppe pas complètement. Les pilotes prennent aussi probablement un peu plus de risques, ce qui cause un danger supplémentaire pour les pièces."

Daniel Ricciardo lors des EL2 vendredi à Losail.

Daniel Ricciardo lors des EL2 vendredi à Losail.

Günther Steiner pense justement que la journée de vendredi aura servi de leçons pour les pilotes afin de mesurer leur agressivité avec les vibreurs. "Je crois que tous les pilotes seront désormais prudents", avance-t-il.

Outre Haas et McLaren, on a également vu Aston Martin subir plusieurs dégâts matériels en passant sur les vibreurs de Losail, à la fois avec Sebastian Vettel et Lance Stroll.

"Les deux pilotes et les ingénieurs aiment le circuit", confie Otmar Szafnauer, directeur de l'écurie britannique. "À part certains vibreurs agressifs qui semblent endommager les voitures lorsqu'on les touche à des vitesses excessives. Nous avons subi des dégâts en EL1, auxquels nous ne nous attendions pas. Nous devons être vraiment prudents pour pouvoir gérer correctement nos pièces de rechange. Aileron avant, fond plat, pièces de carbone : je ne crois pas que nous soyons les seuls, nous en avons vu d'autres heurter durement les vibreurs, ce que nous n'aimons pas. Mais le circuit en lui-même est bon."

Lire aussi :

partages
commentaires
GP du Qatar F1 - Programme TV et guide d'avant-course
Article précédent

GP du Qatar F1 - Programme TV et guide d'avant-course

Article suivant

Comment expliquer les réparations à répétition chez Red Bull ?

Comment expliquer les réparations à répétition chez Red Bull ?
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021