Williams - Une baisse de régime qui "revigore" !

partages
commentaires
Williams - Une baisse de régime qui
Valentin Khorounzhiy
Par : Valentin Khorounzhiy
8 janv. 2017 à 08:30

Williams Racing a connu une saison 2016 indéniablement décevante.

Les ingénieurs ramènent la voiture de Valtteri Bottas, Williams FW38 Mercedes au garage
Valtteri Bottas, Williams FW38
Claire Williams, directrice adjointe de Williams
Felipe Massa, Williams FW38
Felipe Massa, Williams F1 Team
Valtteri Bottas, Williams F1 Team
Valtteri Bottas, Williams FW38 bloque une roue au freinage
Felipe Massa, Williams FW38
Valtteri Bottas, Williams
Felipe Massa, Williams FW38
Des étincelles s'envolent de la voiture de Valtteri Bottas, Williams FW38

Après avoir occupé la troisième place du championnat des constructeurs pendant deux saisons de rang, la légendaire écurie britannique a chuté au cinquième rang de la hiérarchie mondiale, avec environ moitié moins de points qu'en 2014 et en 2015. Aussi va-t-il falloir s'assurer de ne pas répéter les mêmes erreurs lors de la nouvelle ère technique à venir.

"Il nous faut étudier nos domaines de faiblesse et Frank [Williams] a toujours dit que la performance, c'était l'aéro, l'aéro, l'aéro", déclare la directrice d'équipe Claire Williams dans les colonnes d'Autosport.

"Il y a des défauts fondamentaux quant à la performance de la voiture, concernant cet aspect, mais je ne souhaite pas montrer du doigt un département en particulier. L'équipe entière peut progresser dans plusieurs domaines. Si nous faisions les choses comme il faut, nous gagnerions le championnat du monde ; or, ce n'est pas le cas."

La FW38 a connu les problèmes devenus typiques de Williams sur les circuits lents, à savoir un manque de rapidité chronique dans les virages à faible vitesse. Ni Valtteri Bottas, ni Felipe Massa ne se sont classés dans le top 8 à Monaco, en Hongrie ou à Singapour.

"Notre voiture n'a pas le niveau de performance et le rythme dont nous avons besoin", poursuit Claire Williams. "Nous avons cette situation, chez Williams, où notre voiture convient à certains circuits plus qu'à d'autres et nous devons y mettre un terme, nous devons essayer de faire une voiture qui est équilibrée sur toutes les caractéristiques."

"Nous avons connu une petite baisse de régime cette année, mais cela nous revigore. Nous ne nous reposions pas sur nos lauriers, mais cela pousse à étudier avec encore plus d'acharnement les domaines où il faut progresser, et c'est ce que nous faisons."

Des évos qui n'ont pas marché

La saison 2016 de Williams n'avait pourtant pas si mal commencé. Après sept Grands Prix, l'écurie était solidement installée au quatrième rang du championnat avec 39 points d'avance sur Force India, mais l'équipe anglo-indienne a progressivement refait son retard pendant que Williams chutait dans la hiérarchie. La Q3 a même échappé à la structure de Grove à plusieurs reprises en fin de saison.

En cause, des évolutions qui n'ont pas porté leurs fruits, comme l'expliquait Valtteri Bottas : "C'était aux alentours de la mi-saison. Vers la fin de la saison européenne, les évolutions dont nous espérions qu'elles nous feraient gagner du terrain n'était pas si mal, mais certaines grosses évolutions ne se sont pas avérées largement meilleures. Si l'on commence à résoudre ces problèmes, cela prend du temps, et ce temps est perdu pour le développement de la voiture suivante. Puis l'équipe a décidé de se focaliser sur 2017 et c'était le tournant. L'échec des évolutions."

"Il faut vraiment que quelque chose change. Nous avons compris que quelque chose ne s'était pas passé comme prévu en termes d'évolutions, elles auraient dû être meilleures en théorie, mais ne l'ont pas été. Or, ce n'était pas le cas en 2015, ni l'année précédente."

"Quelque chose a donc mal fonctionné, et c'est vraiment un gros point à améliorer, surtout en 2017 quand les voitures seront nouvelles et que le rythme de progression de toutes les équipes sera élevé. Je pense qu'en 2017, de la première à la dernière course, il va y avoir d'énormes développements et si une équipe se développe moins que les autres, ce sera délicat."

Valtteri Bottas ne devrait toutefois plus se poser la question des évolutions de Williams, puisqu'il va certainement rejoindre Mercedes pour remplacer Nico Rosberg. C'est Felipe Massa que l'on va probablement retrouver aux côtés d'un Lance Stroll dont la manne financière va donner de l'aisance à l'écurie en termes de développements.

Article suivant
Ecclestone - Vettel n’est pas responsable de l’échec de Ferrari

Article précédent

Ecclestone - Vettel n’est pas responsable de l’échec de Ferrari

Article suivant

Pérez - Je ne suis pas reconnu à ma juste valeur

Pérez - Je ne suis pas reconnu à ma juste valeur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Valtteri Bottas Boutique
Équipes Williams
Auteur Valentin Khorounzhiy
Type d'article Actualités