Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
EL1 dans
2 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
9 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
EL1 dans
30 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
37 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
51 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
58 jours

Williams loin derrière : "Il n'y a pas de miracles"

partages
commentaires
Williams loin derrière : "Il n'y a pas de miracles"
Par :
23 mai 2019 à 16:31

Le Grand Prix de Monaco s'annonce déjà comme un long chemin de croix pour une écurie Williams en grande difficulté.

Lors de cette première journée d'essais du Grand Prix de Monaco, toutes les écuries sont parvenues à tourner en 1'12 ou moins. Toutes, à l'exception de Williams, dont les pilotes George Russell et Robert Kubica n'ont pu faire mieux que 1'15"052 et 1'15"146 respectivement.

Lire aussi :

La légendaire écurie britannique est donc reléguée à plus de deux secondes de l'équipe la plus proche, Renault, et ce n'est malheureusement pas une surprise. "Avec notre manque d'adhérence et nos difficultés quant à l'appui général et l'adhérence de la voiture, Monaco n'est pas le circuit le plus facile où piloter", confirme Kubica, qui est monté sur le podium à deux reprises en Principauté, en 2008 et en 2010.

"Malheureusement, la sensation n'est pas géniale, mais c'était prévu. On espère toujours une bonne surprise, mais il n'y a pas de miracles. Quand on manque d'adhérence en général, ça se voit encore plus à Monaco, et c'en est encore plus difficile d'attaquer et d'avoir suffisamment de confiance pour pouvoir tirer quelque chose du pilotage."

Robert Kubica, Williams Racing
George Russell, Williams Racing FW42

Les défauts de la FW42 seraient donc mis en exergue sur un tracé monégasque qui requiert beaucoup de grip mécanique, notamment son comportement instable. "Nous étions probablement plus lents que nous ne le voulions et peut-être [plus lents] que nous ne nous y attendions, mais à Monaco, il faut avoir confiance dans la voiture – une voiture constante – et cela nous manque actuellement. Je ne suis pas très surpris", reconnaît Russell, qui avait vécu un calvaire sur cette piste en F2 l'an passé : une panne au début des essais libres, une qualification en fond de grille et deux abandons.

Lire aussi :

"Il faut tirer le meilleur de cette mauvaise situation, j'imagine. Continuer à apprendre : Monaco est un circuit très spécifique, et si nous faisons un pas en arrière ce week-end, nous ne serons pas trop déçus car ça n'a pas grand-chose à voir avec le reste de l'année. Le rythme était bien meilleur à Barcelone sur un circuit représentatif, donc nous n'allons pas tirer trop de conclusions de Monaco." Les deux pilotes croisent donc les doigts pour que ce week-end ne soit qu'un mauvais moment à passer.

Propos recueillis par Oleg Karpov

Article suivant
Des débris ont abîmé le radiateur de Verstappen

Article précédent

Des débris ont abîmé le radiateur de Verstappen

Article suivant

Hamilton leader avec une F1 digne du "rêve de tout pilote"

Hamilton leader avec une F1 digne du "rêve de tout pilote"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica , George Russell
Équipes Williams
Auteur Benjamin Vinel