C'est l'heure de vérité pour Renault e.dams

C'est avec seulement sept points au compteur et à la neuvième place du championnat des équipes que Renault e.dams aborde l'E-Prix de Marrakech, en espérant y afficher un meilleur niveau de performance.

B.V., Marrakech - Il est rare de voir Renault e.dams en fond de classement, mais c'est bel et bien ce qui s'est produit à Hong Kong en décembre dernier. Le meilleur temps de Sébastien Buemi en EL1 et EL3 ne s'était pas confirmé ; entre un niveau de performance moins convaincant et des erreurs commises çà et là, l'écurie française n'a pas concrétisé.

"Les résultats de Hong Kong ont été très décevants, très durs à accepter pour nous", reconnaît Alain Prost pour Motorsport.com. "On n'a pas l'habitude de faire un week-end aussi mauvais, c'est sûr. Ça fait partie de la course, il faut l'accepter. On n'a pas fait un bon travail en termes de mise au point, de réglages. Deux erreurs de pilote au moment où ils étaient tous les deux pratiquement en train de faire le meilleur temps."

"Il y a eu pas mal d'analyses de faites, après. Il y a quand même eu de petites choses qu'on aurait pu faire un peu mieux. On a remis un peu les choses à plat. Attendons de voir ce que l'on fait ici sur un tracé qui nous conviendra, je pense, un petit peu mieux. Essayons de repartir de l'avant."

C'est donc dans l'incertitude concernant le potentiel de sa monoplace que Renault e.dams aborde l'E-Prix de Marrakech, Alain Prost n'étant pas convaincu que les deux premières courses en aient été représentatives.

Lorsque nous lui demandons si la voiture est au niveau de performance attendu, Prost répond : "Justement, je pense que c'est ça la meilleure question et le plus gros dilemme. Hong Kong, c'est certainement le tracé le plus compliqué pour nous. Il y a eu des moments pendant les essais où la voiture était très performante – Seb avait fait le meilleur temps, Nicolas était en train de faire le meilleur temps pour la pole quand il touche le mur – et d'autres beaucoup moins, notamment en course. On comprend un peu ça.

"Par contre, ce que l'on ne sait pas, c'est comment on est vraiment par rapport à la concurrence. Les autres ont beaucoup progressé, mais on ne peut pas imaginer que tout le monde a progressé au point de nous mettre 14e sur la grille, ce n'est pas ça, ce n'est pas la vérité. C'est ça la vraie question."

"Il ne faut pas oublier que l'année dernière à Hong Kong, on était cinquième et neuvième sur la grille. Il y a quand même une petite logique. Mais on n'a pas tout compris, on n'a pas très bien géré. C'est pour ça qu'on a un peu plus d'inquiétude pour ici. Peut-être qu'ici on sera dominateurs comme on l'était l'année dernière, on ne sait pas encore très bien."

En cas de nouvel échec à Marrakech, ce serait la première fois que l'équipe Renault e.dams, habituée aux avant-postes, ne remporte aucune des trois premières courses de la saison depuis la création de la Formule E.

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule E
Événement E-Prix de Marrakech
Circuit Circuit International Automobile Moulay El Hassan
Pilotes Alain Prost
Équipes DAMS
Type d'article Actualités