Pour Espargaró, Valence sonne la fin du calvaire de 2018

Le pilote Aprilia aborde la dernière manche d'une saison 2018 cauchemardesque. Il entend néanmoins rebondir dès que possible, en début de semaine prochaine, avec la tenue des premiers essais officiels.

Pour Espargaró, Valence sonne la fin du calvaire de 2018
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini

W.Z., Valence - À l'heure de solder les comptes en cette fin d'exercice 2018, le bilan est peu flatteur pour Aleix Espargaró et Aprilia. Bonne dernière du classement des constructeurs, la marque italienne voit s'achever ce week-end une campagne particulièrement difficile où les problèmes techniques sont venus se conjuguer à un manque de performance criant en piste.

Dans ces conditions, le présent exercice a bien vite été délaissé pour essayer de rectifier le tir pour l'an prochain, et les dernières manches disputées ont été utilisées comme autant de terrains d'essais grandeur nature.

Lire aussi :

Avec un franc succès, puisqu'Espargaró a lutté pour une entrée dans le top 10 aussi bien en Australie, où il a fini neuvième, qu'en Malaisie, où il a dû se contenter de la 11e place.

"Lors des trois dernières courses en Asie, nous avons un peu progressé, c'était la première fois de la saison que je prenais du plaisir à piloter", confirme ainsi l'Espagnol. "Nous avons également récolté beaucoup de données avec une nouvelle moto différente. J'espère finir la dernière course en me battant pour le top 10. Cela ne va pas changer ma position au classement, mais au moins cela me permettrait d'aborder un peu mieux 2019."

Une année à oublier sur le plan sportif

Ces récents bons résultats sont en effet le maigre pain blanc (auxquels on ajoutera une remarquable sixième place obtenue en Aragón) du numéro 41 cette année. Pour le reste, 2018 restera sans doute comme l'année de la contre-performance pour l'ibère, mais aussi des blessures, qu'il s'agisse de lui ou de son frère.

La naissance de son deuxième enfant en début d'année semble ainsi être le seul aspect positif de l'année pour Espargaró, qui a connu par la suite une série de déconvenues. "J'ai eu de la chance d'avoir un enfant cette année, car cela me donne beaucoup d'énergie positive", explique-t-il. "Pour le reste, cela a été une année difficile car je n'ai pas été compétitif. J'ai été très lent cette année, et donc je n'ai pas pu vraiment déconnecter quand je rentrais chez moi, être heureux et détendu. Cela mis à part j'ai eu aussi des blessures, j'ai dû me faire opérer en Allemagne pendant dix jours, et mon frère a également eu des blessures très angoissantes. Sous tous les aspects cela a été difficile, hormis sur le plan familial."

Lire aussi :

L'Espagnol espère donc que 2019 sera l'année de la résurgence pour les troupes de Noale, avec les arrivées d'Andrea Iannone et de Bradley Smith, respectivement comme pilote titulaire et pilote essayeur.

Au niveau technique, Espargaró espère surtout que l'an prochain lui permettra de toucher une RS-GP qui fasse davantage corps avec lui. "Il ne s'agit pas du pilote ou de la moto, c'est un mix", reprend-il. "Lorsque le pilote et la moto sont sur la même longueur d'ondes, comme c'est le cas cette année de Marc, cela se voit : quand il bouge sur la moto, lorsqu'il accélère, son corps, et l'équilibre et toutes ces choses, vous pouvez voir qu'ils ne font qu'un."

partages
commentaires
La liste des inscrits MotoGP 2019 dévoilée
Article précédent

La liste des inscrits MotoGP 2019 dévoilée

Article suivant

Rins vise un cinquième podium 2018 pour battre Zarco

Rins vise un cinquième podium 2018 pour battre Zarco
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021