Quartararo : "Quand on est sur la moto on ne pense pas à la douleur"

Malgré une grosse frayeur ce matin, Fabio Quartararo a décroché sa quatrième pole position de la saison et se dit prêt à se battre pour le podium.

Charger le lecteur audio

Déjà touché à la hanche droite hier, Fabio Quartararo a pris un nouveau choc aujourd'hui, cette fois à la hanche gauche. "Maintenant c'est équilibré !" plaisantait-il à l'issue de cette deuxième journée du Grand Prix d'Aragón.

Le Français pouvait avait d'autant plus facilement retrouvé le sourire qu'il a réussi à aller chercher la pole position, la meilleure façon possible pour lui d'oublier sa frayeur du matin et d'aller de l'avant. Désormais, plus que son corps amoché, c'est sa gestion pneumatique et la manière dont il pourra tenter de contenir un Maverick Viñales particulièrement performant qui occupent ses pensées en vue de la course...

Lire aussi :

Quelle journée ! On n'était pas sûrs de te voir après les EL3. Comment as-tu géré les qualifs dans ces conditions ?

Vous savez, quand on tombe mal, on pense toujours au pire. Je n'arrivais pas bien à bouger la jambe, j'arrivais à marcher mais j'avais très mal, et alors on pense à tout. Quand je suis arrivé au centre médical, je me sentais déjà mieux et je savais qu'il n'y avait rien de cassé. Ils m'ont juste fait des examens de contrôle. C'est douloureux, mais en EL4 j'ai vu qu'on pouvait avoir un gros potentiel pour les qualifs.

J'ai eu mal à la jambe et, avec le froid, je ne sentais pas mes doigts. J'ai eu un peu peur parce sur le moment c'était vraiment douloureux. Heureusement, sur la moto je n'ai pas aussi mal. J'ai réussi à faire de très bons EL4, 16 tours ça n'était pas trop mal. Je ne m'attendais pas à ce que les qualifs se passent aussi bien parce que je ne me sentais pas si bien que ce ça depuis le début du week-end, mais je suis content d'avoir fait un bon tour.

En général, je peux être content de cette journée, parce que ça a été une matinée difficile mais un super après-midi ! On verra demain. Mon rythme n'est pas mauvais et je pense que je peux réussir à faire une très bonne course. Je n'ai pas un super rythme, mais je pense pouvoir me battre pour le podium.

Que s'est-il passé dans la chute ?

Il faisait froid. C'était étrange parce que j'ai fait une sorte de stoppie, ensuite j'ai perdu l'avant, l'arrière a raccroché et j'ai fait un highside au freinage. Je crois que c'est la première fois que je fais une figure freestyle comme celle-ci ! Le plus important c'est que j'aille bien, mais avec ce froid c'est toujours étrange. [...] En EL1 aussi j'ai eu une chute dans le même style, j'ai perdu l'avant tôt au freinage.

Je pense n'avoir rien fait de mal. Ça n'est pas comme si j'avais freiné 20 mètres plus tard et plus fort. J'ai fait, peut-être pas exactement la même chose [que d'habitude], mais j'ai juste mis 1bar de pression de plus dans ce virage et je suis tombé. Les conditions étaient vraiment piégeuses, il faut toujours être très précis. Ce matin, je voulais pousser un peu en pneus usés et malheureusement je suis tombé. Mais je n'ai pas vraiment fait quoi que ce soit de mal, on n'a même pas monté de pneu neuf soft pour pousser et faire un time attack parce qu'on savait que notre place en Q2 était plutôt sûre. J'ai juste piloté normalement, sans attaquer à la limite.

Tes blessures vont-elles te pousser à adapter ton style de pilotage pour la course ?

Hier, c'était la hanche droite, mais rien de comparable avec aujourd'hui. Quand j'étais sur la moto, ce n'est que dans le tour de sortie et le tour de rentrée au stand que je me suis senti mal, mais quand j'ai fait les EL4 c'était une douleur constante, ça n'était pas trop mauvais. Quand je pilote je n'ai pas trop mal et c'est le plus important. J'ai plus mal quand je marche, par contre quand j'ai les cuirs et le casque j'oublie tout. Ça n'est rien de méchant, juste un peu douloureux quand je sors de la concentration que j'ai sur la moto.

Tu arriveras à couvrir la distance de la course ?

Demain ma condition physique sera OK. C'est douloureux, bien sûr, mais je n'aurai pas de problème pour finir la course. Je dois juste penser aux pneus, ce sera le principal problème demain, plus que ma hanche. Physiquement ça ira.

Quand on est sur la moto on ne pense pas à la douleur, juste à essayer d'obtenir le meilleur résultat possible. Compte tenu de la position dans laquelle je suis aujourd'hui, alors qu'il reste cinq courses et que je suis toujours en tête du championnat, je ne peux penser qu'à finir la course et faire de mon mieux. Ça va aller !

Ton rythme a semblé très bon en EL4. Est-ce que tout est prêt pour demain ou bien as-tu besoin de changements ?

Notre choix de pneus n'est pas clair et on a encore beaucoup de choses à faire, à la fois sur la moto et en termes de pilotage. Je suis rapide dans les dix derniers tours, mais ensuite j'ai plus de mal que Maverick, qui s'est montré beaucoup plus constant que moi l'après-midi et très rapide. Mon ingénieur et mon chef mécano sont déjà en train de tout analyser pour voir où on peut progresser. Dans ces conditions, je pense qu'il est très important de bien analyser les choses, parce que même si je me sens très bien sur la moto ça n'est pas aussi bien que ce que je voudrais. On verra demain. Le medium avant ne semble pas mal vu ce qu'a fait mon coéquipier.

Les deux premières lignes de la grille de départ

P. Pilote Moto Temps Écart
1 France Fabio Quartararo Yamaha 1'47.076  
2 Spain Maverick Viñales Yamaha 1'47.122 0.046
3 United Kingdom Cal Crutchlow Honda 1'47.305 0.229
4 Italy Franco Morbidelli Yamaha 1'47.317 0.241
5 Australia Jack Miller Ducati 1'47.413 0.337
6 Spain Joan Mir Suzuki 1'47.679 0.603

partages
commentaires
Qualifs - La pole n'échappe pas à Quartararo !
Article précédent

Qualifs - La pole n'échappe pas à Quartararo !

Article suivant

Pol Espargaró agacé par Márquez : "Ça a failli tourner à la tragédie"

Pol Espargaró agacé par Márquez : "Ça a failli tourner à la tragédie"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021