Franco Morbidelli résigné, mais pas abattu

Limité en ligne droite et gêné par le manque de grip de Barcelone dans les virages, Franco Morbidelli a su se contenter de sa neuvième place au Grand Prix de Catalogne, estimant qu'il n'avait pas le potentiel pour faire mieux.

Franco Morbidelli résigné, mais pas abattu

Franco Morbidelli a passé l'hiver porté par son titre de vice-Champion du monde et le statut de favori que bon nombre de ses adversaires lui attribuaient pour 2021. Le retour à la réalité a été brutal, avec un début de championnat qui a très vite démontré que la donne avait changé. Au guidon d'une machine qui n'a que peu évolué depuis 2019, le pilote italien souffre particulièrement de son manque de vitesse de pointe, un déficit qui s'est révélé cruel lors des récentes courses au Mugello et à Barcelone.

Cinquième sur la grille de départ du Grand Prix de Catalogne, il n'était déjà plus que dixième à la fin du premier tour et 14e une boucle plus tard. La vitesse qu'il a pu exprimer en essais n'était plus qu'un lointain souvenir lorsqu'est venue l'heure de la confrontation directe avec des machines plus évoluées et plus puissantes qui ont mis en lumière les limites de sa propre moto. Finalement neuvième à l'arrivée, Morbidelli a pris les choses avec philosophie et une certaine résignation, admettant avec franchise son impuissance sans pour autant se laisser aller à la colère.

"Il me faut être content. Quand on manque autant de vitesse de pointe, qu'à chaque fois que l'on met les gaz dans les phases initiales de la course on n'est pas assez rapide pour pouvoir s'échapper ou exprimer assez de vitesse pour rouler seul, il est pratiquement impossible d'avoir l'ambition de se battre. Je dois donc m'estimer content de cette position, car à mon avis c'est le maximum que l'on pouvait faire", expliquait-il à l'issue de la course, après avoir affiché une pointe à 14,2 km/h de la meilleure du plateau.

"Mes sensations ont été similaires à ce qu'elles ont été pendant les essais. Le grip était clairement un peu moins bon et peut-être que j'en ai souffert un peu plus, mais simplement parce que je dois faire tout le boulot en virage. Je n'y vois donc rien de bizarre", a-t-il analysé. "Je pense avoir tiré le maximum du package. Si je regarde la course de l'année dernière, le temps est globalement le même, juste une seconde plus lent, donc je pense avoir tiré le maximum du package. Je ne pense pas que j’aurais pu faire plus sur cette course."

Lire aussi :

Relégué trop loin des luttes pour les meilleures places, Franco Morbidelli n'a pas attiré les projecteurs à lui, si bien qu'il n'a pas été possible de voir comment il a rapidement rétrogradé, mais lui s'est montré très transparent sur les difficultés qu'il a rencontrées dans les premières minutes de la course.

"Quand vous avez aussi peu de puissance et que les autres peuvent exploiter un avantage sur vous, surtout dans les premiers tours, évidemment ils le font. J'ai perdu beaucoup de places à l'accélération. J'ai perdu six places en ligne droite, trois en une seule fois, puis deux dans un autre tour… J'ai perdu beaucoup de positions. C'est déconcertant de rétrograder autant en aussi peu de temps, mais je ne saurais pas comment faire autrement", a-t-il admis.

"Bien sûr, avant la course, j'espère qu'il va se passer quelque chose de fantastique parce que l'espoir fait vivre. Avoir de l'espoir et y croire, cela aide beaucoup avant la course. Alors on y croit, évidemment, on pense pouvoir bien faire ou en tout cas on l'espère. Mais en course, sur une piste comme celle-ci, on retrouve la réalité. Ceci dit, cette réalité n'est pas si mauvaise, parce qu'à mon avis un top 10 ça n'est pas mal du tout."

Loin de ses ambitions, Franco Morbidelli n'apparaît pas pour autant abattu et il assure qu'il n'est pas découragé avant les prochaines courses. "L'envie est toujours là. Je m'appuie sur l'envie que j'ai en tant que professionnel, donc j'ai envie de reprendre la piste au Sachsenring, de m'entraîner au maximum, de récupérer au maximum. Je n'ai pas l'intention de baisser les bras."

partages
commentaires

Voir aussi :

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Article précédent

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Article suivant

Viñales agacé de voir ses déclarations montées en épingle

Viñales agacé de voir ses déclarations montées en épingle
Charger les commentaires
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021