MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
1 jour

Zarco : Changer la KTM ou "tout révolutionner" niveau pilotage

partages
commentaires
Zarco : Changer la KTM ou "tout révolutionner" niveau pilotage
Par :
19 mai 2019 à 16:58

Johann Zarco estime qu'il arrive bientôt à la croisée des chemins : choisir d'essayer de s'adapter à la KTM demeure une décision difficile à prendre pour celui qui estime que des changements techniques peuvent accompagner sa propre adaptation.

G.N., Le Mans - Qualifié quatorzième sur la grille de départ du Grand Prix de France MotoGP 2019, Johann Zarco a finalement rallié l'arrivée une position plus haut seulement, sans avoir été en mesure de pouvoir adopter le rythme permettant d'envisager le top 10, son objectif au départ. Après avoir ressenti des choses positives samedi sous la pluie, le Français a été plus secoué en course, sur piste sèche, et admet qu'il lui faudra encore évoluer avec la moto, alors que son équipier Pol Espargaró semble lui trouver la recette.

Johann, 13e à l'arrivée. Est-ce une des périodes les plus compliquées de ta carrière sportive, et comment relativises-tu cela ?

Oui, c'est un passage difficile. J'ai beau dire qu'il faut être patient, au bout de cinq courses, est-ce qu'il faut être encore plus patient ? Je ne sais pas. J'ai quand même eu un point fort sur le week-end : j'ai senti quelque chose sur la moto, ce qui ne m'était jamais arrivé depuis mes débuts sur la KTM, donc c'est tout de même signe qu'il y a des choses qui peuvent se débloquer.

Mais là, j'ai quand même essayé de bien travailler sur moi-même, sur la concentration et toute l'application que je peux avoir sur un week-end de course et je pense quand même avoir bien bossé de ce côté-là, en tant que sportif : c'est un sentiment de travail correctement fait. Ensuite, les sensations se sont beaucoup dégradées en course et c'est cela qui m'a donné de la difficulté pour tenir le groupe.

Après, le moment le plus difficile de ma carrière ? Peut-être… Mais en tout cas, ça ne change pas mes objectifs et mes rêves.

Lire aussi :

Comment vis-tu la sixième place de Pol ? Prends-tu le bon côté des choses en te disant que la KTM fonctionne et qu'il faut trouver un moyen de le faire aussi, ou est-ce plus compliqué de voir son coéquipier tant dominer ?

Eh bien, il faut être content pour lui, content pour la marque, puisqu'il y a beaucoup d'investissement, et lui aussi il met beaucoup d'énergie et a eu beaucoup de blessures et de souffrances sur cette moto puisqu'il est parti de très, très loin. Après une grosse analyse technique, on peut comprendre pourquoi il arrive à bien s'en sortir. Mais moi, je ne peux pas faire tout à fait comme lui, parce que c'est comme si vous me demandiez de marcher ou courir un marathon en arrière : oui, c'est peut-être possible, mais ce n'est pas dans les habitudes de tout le monde, donc je n'ai pas envie de le faire pour l'instant !

Quand j'essaie, cela me perturbe, donc nous allons voir si on continue à faire avancer la moto pour me faire me sentir à l'aise, ou si moi, je dois tout révolutionner. Je préfère la solution technique d'adapter la moto à mon style, et moi de m'adapter petit à petit – et donc prendre du temps –, car tout changer n'est pas la solution finale pour être Champion du monde, selon moi.

Johann Zarco, Red Bull KTM Factory Racing

Tu disais viser le top 10 hier après les qualifications, es-tu déçu ?

C'est certain qu'il y a une pointe de déception, comme j'ai souffert en course. J'étais concentré pour bien faire et je pense que le départ et les premiers tours étaient une preuve des côtés mental et sportif prêts à se battre. Mais ensuite, le combat a été comme souvent plus avec la moto qu'avec les autres, donc j'ai dû ralentir le rythme.

Qu'est-ce qui allait mieux samedi par rapport à la course ?

La pluie [rires] ! La pluie. Cela m'a permis de prendre le temps de sentir de bonnes choses sur la moto car tout est beaucoup moins intense sous la pluie, tandis que sur le sec, l'écart est bien moins important entre tout le monde. L'effort n'est pas le même et donc aller essayer de trouver le bon point que j'avais réussi à sentir était bien plus difficile, parce que l'on est obligé de pousser la moto à une autre limite et que l'on a beaucoup moins de temps.

Cette moto peut-elle convenir au "style Zarco ?"

Seul le temps donnera la réponse à cela. Je ne peux pas le dire maintenant, je n'en ai aucune idée !

T'es-tu fixé un échéancier sur quand tu ferais un éventuel switch entre t'adapter à la moto ou toujours attendre qu'elle évolue à ton style ?

Cela viendra progressivement, donc pareil, je ne sais pas s'il faut fixer un échéancier. Mais je pense qu'après un an, on aura déjà des réponses assez claires…

Avec Léna Buffa

P. Pilote Moto Tours Écart Points
1 Spain Marc Márquez Honda 27   25
2 Italy Andrea Dovizioso Ducati 27 1.984 20
3 Italy Danilo Petrucci Ducati 27 2.142 16

Article suivant
Soulagement et premier podium en rouge pour Danilo Petrucci

Article précédent

Soulagement et premier podium en rouge pour Danilo Petrucci

Article suivant

Quartararo, une huitième place en alignant les tours qualifs

Quartararo, une huitième place en alignant les tours qualifs
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de France
Catégorie Course
Lieu Le Mans Circuit Bugatti
Pilotes Johann Zarco
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Guillaume Navarro