Marc Márquez avoue avoir "abandonné" la quête de la pole

Márquez a préféré se contenter de la troisième place sur la grille de départ du Grand Prix d'Espagne, au lieu de risquer de tomber et de compromettre ses prochaines courses.

Marc Márquez avoue avoir "abandonné" la quête de la pole

Il est rare de voir Marc Márquez quitter la partie à quelque moment que ce soit d'un week-end de course, mais samedi, à Jerez, le pilote Repsol Honda a décidé de piloter avec prudence et de se satisfaire d'une troisième position sur la grille de départ lui permettant ainsi de s'élancer depuis la première ligne.

Un objectif que l'Espagnol martelait avoir depuis le début du week-end et que la chasse à la pole position faisait passer comme étant certes accessible, mais secondaire pour celui qui souhaite avant tout se placer dans de bonnes dispositions pour la course de dimanche.

Ainsi, selon ses propres mots, le Champion du monde a "abandonné" en fin de qualifications et n'a pas cherché à se mettre dans une situation pouvant le faire se retrouver à terre, à l'instar de son rival Álex Rins, blessé en Q2 (voir la vidéo), ou encore de Jack Miller et Andrea Dovisiozo, qui ont tous tant poussé en fin de séance qu'ils en ont dépassé les limites. Il faut dire que l'Espagnol avait déjà goûté au tarmac en EL2 (voir la vidéo)...

"J'ai abandonné sur le dernier tour car il ne faut pas oublier que la saison ne fait que commencer et que plein de courses vont s'enchaîner", a-t-il déclaré au site officiel du MotoGP, en prenant du recul sur la situation. "Il faut saisir où se trouve la limite et je tenais déjà ce que je pensais être un bon tour."

"La première ligne était l'objectif le plus important pour moi. C'est la raison pour laquelle j'ai abandonné, parce que je me suis dit : 'OK, le boulot est fait'. Bien entendu, on cherche toujours à en trouver plus mais les pilotes Yamaha sont en mesure d'utiliser beaucoup de grip avec les pneus neufs et ils sont très rapides en qualifications", poursuit celui qui sait qu'il aurait ainsi dû se mettre sur le fil pour tenter de battre Quartararo et Viñales.

Lire aussi :

"Le plus important est demain [en course] et c'est la raison pour laquelle nous nous sommes concentrés sur le fait d'avoir un rythme régulier en EL4", poursuit celui qui ne perd pas de vue son objectif et sait que les Yamaha seront déterminées à attaquer d'entrée de jeu. "Il s'agira d'une course difficile car il nous faudra gérer les pneus et la condition physique. Il fait très chaud et c'est un circuit court et exigeant physiquement, mais je me sens bien."

"En EL4, j'ai tenté de réaliser des relais un peu plus prolongés, de sept ou huit tours, et ça m'a donné un bon ressenti. La moto a beaucoup changé [de comportement] entre le début et la fin. Le plus important demeure la course : nous verrons et ferons de notre mieux."

En forme et serein

L'Espagnol dit s'être concentré sur ses trajectoires avec assiduité depuis les essais libres et la compréhension de la manière dont il devrait compenser la chute de performance de ses pneus au fil d'une course qui s'annonce éreintante et sur laquelle l'une des erreurs pourrait consister à vouloir à tout prix se détacher immédiatement.

C'est par ailleurs sur le confort avec son package que se contre l'Espagnol. "Pendant la pré-saison, j'avais une moto différente mais avec les nouvelles règles, on a commencé à penser que ce n'était pas le moment d'essayer de nouvelles choses et on a estimé que ce n'était pas le moment de passer à autre chose. Nous sommes donc restés sur la moto 2019 évoluée."

"Le feeling n'était pas aussi bon [avant la saison] et j'ai découvert qu'il arrivait en EL4. J'ai commencé à mieux comprendre ce que la moto me demande pour être rapide. Les deux pilotes Yamaha disent qu'ils vont vite mais je me sens bien aussi. Vous savez, les choses sont différentes en essais et sur une course de 25 tours. C'est une moto que je connais bien de l'an dernier", prévient celui qui demeure l'homme à battre par tous non seulement sur une course, mais sur l'ensemble de la saison.

Et de rassurer sur son état physique, après une convalescence à 100% rendue possible grâce au concours de circonstances représenté par une intersaison allègrement prolongée. Son épaule comme son nerf sont parfaitement rétablis, assure-t-il, et le fait d'avoir été devancé par deux Yamaha ce samedi n'est pas justifié par l'Espagnol par une potentielle condition physique altérée. "J'ai pu voir dès le premier jour [à Jerez] que je peux avoir un style de pilotage normal et je n'ai aucun problème de condition physique. Je peux piloter la moto avec le même niveau de performance que d'habitude." Dont acte !

partages
commentaires
Poleman record à Jerez, Quartararo vise plus haut

Article précédent

Poleman record à Jerez, Quartararo vise plus haut

Article suivant

Viñales : Nous avons bien progressé face aux autres constructeurs

Viñales : Nous avons bien progressé face aux autres constructeurs
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021