Márquez et sa stratégie au Qatar : "Attaquer pour me défendre"

Le numéro 93 a parfaitement géré sa première course de la saison sur le circuit de Losail, et a levé les doutes sur sa condition physique. Bien qu’il n’ait pas gagné, il en est passé tout proche, et cela est donc de bon augure pour le prochain Grand Prix, en Argentine.

Márquez et sa stratégie au Qatar : "Attaquer pour me défendre"

En 2018, Marc Márquez avait tout donné pour s’imposer face à Andrea Dovizioso et tenté un ultime dépassement dans le dernier virage qui n’avait pas suffi. L’Italien l’avait devancé de 0"027. En 2019, le même scénario s’est déroulé sous les yeux des spectateurs, et cette fois les deux hommes n’ont été séparés que de 0"023.

Lire aussi :

La situation de l’Espagnol était cependant différente cette année. "L'an dernier j'avais senti que j'avais plus de chances que cette année. [Là] j'ai tenté parce qu'il le faut bien, mais je le savais déjà [que Dovizioso allait gagner]", a expliqué Márquez. "Il freinait tard et moi, avec le pneu medium, je n'arrivais pas à arrêter la moto comme j'aime le faire, alors j'ai essayé pour voir ce qui allait se passer, j'ai aussi préparé la sortie et je crois qu'on a terminé quatre millièmes plus proche de lui mais ça n'est encore pas assez. En tout cas, on a essayé, alors je suis content."

Les conditions étaient également différentes puisque, contrairement à l’année passée, où les deux hommes s’étaient battus en duel, cette fois ils étaient tout un groupe à pouvoir prétendre à la victoire. "C’était également une façon de me défendre contre ceux de derrière. ‘Attaquer pour me défendre’, c’était un peu ma mentalité dans le dernier tour car nous étions en groupe", a commenté le numéro 93.

Week-end étrange

Si le final de l'an dernier s'est vu reproduit quasi à l’identique, l’ensemble du week-end a en revanche été plutôt particulier pour Márquez qui n’a pas eu les mêmes sensations que les autres années. "J'ai piloté d'une manière étrange ce week-end, pas à cause de ma condition physique mais plus par rapport à la piste et à ses conditions", a-t-il commenté auprès du site officiel du MotoGP.

"Sur un tour je pilotais à ma manière, mais ensuite j'avais beaucoup de difficultés et je détruisais beaucoup le pneu avant. C'est la raison pour laquelle on a changé et opté pour un set-up très étrange pour nous, qu'on n'avait jamais utilisé, un style de pilotage très étrange, mais ça a fonctionné. Je suis content parce que, lorsqu'on a besoin de survivre, on survit, et aujourd'hui on a survécu avec 20 points."

Il s'est avéré également que la course s'est disputée sur un rythme plutôt lent (elle a duré 2"2 de plus que l'an dernier et 8"4 de plus que le record de cette épreuve). C’est le choix qu’a fait Dovizioso, leader d’une grande majorité du Grand Prix. Mais son principal adversaire ne s’en est pas plaint, bien au contraire : "Avant la course j'ai prié pour qu'on ait un rythme lent et Dovi m'a donné un rythme lent ! À la fin j'ai tenté, mais mon pneu arrière était fini parce que je ne pilotais qu'avec l'arrière." Heureusement, il a pu compter sur les progrès effectués par Honda, qui n'a plus à rougir de son moteur : "Le moteur m'a donné la deuxième place. […] La dernière fois que j'ai utilisé le pneu medium ici, j'ai terminé cinquième, alors le moteur m'a donné ce quelque chose en plus pour finir en seconde position."

Regard tourné vers l’Argentine

Le rythme imposé par le pilote italien a permis à Márquez de ne pas trop forcer sur son épaule et de se maintenir ainsi plus en forme que s’il avait dû attaquer plus fort tout au long des 22 tours de course : "Pour moi [le rythme] était mieux, à la fois pour ma condition physique et pour les pneus. Concernant mon épaule, bien sûr je sens que les muscles travaillent différemment, mais maintenant j'ai deux semaines de plus pour bien me préparer. En ce qui concerne mon style de pilotage, ça va."

Lire aussi :

En effet, Marc Márquez sera de retour en piste le 29 mars pour la première séance d’essais libres du Grand Prix d’Argentine, une épreuve qui l’a souvent vu faire le grand écart dans ses résultats bien qu'il y soit particulièrement performant. Il y compte en effet deux victoires, mais aussi deux abandons sur chute et une arrivée hors des points l'an dernier, après un épisode des plus polémiques.

L’objectif est donc d’être de nouveau aux avant-postes au passage du drapeau à damier et de faire oublier les mauvais souvenirs de 2018. "L'an dernier, l'Argentine a été l'une de mes meilleures courses en matière de vitesse, mais ça avait aussi été l'une de mes plus grosses erreurs parce que j'ai fait plusieurs fautes pendant cette course. On va essayer d'analyser ce qu'on a fait l'année dernière et se concentrer, parce que c'est un circuit qui, normalement, me plaît et qui convient bien à mon style de pilotage", conclut l'Espagnol.

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Tech3 a "commencé à rêver" avec Oliveira
Article précédent

Tech3 a "commencé à rêver" avec Oliveira

Article suivant

Dovizioso : après les mauvaises sensations et les doutes, la victoire

Dovizioso : après les mauvaises sensations et les doutes, la victoire
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021