Márquez redoute les contraintes sur son bras à Motegi

Marc Márquez a conscience que Motegi posera plus de difficultés à son bras droit que le MotorLand Aragón. Encore en manque de muscle, le #93 a du mal à enchaîner les tours.

Márquez redoute les contraintes sur son bras à Motegi
Charger le lecteur audio

Marc Márquez va franchir une nouvelle étape dans sa convalescence au Grand Prix du Japon. De retour sur sa moto il y a seulement deux semaines, au test de Misano, l'Espagnol a repris la compétition au MotorLand Aragón, un circuit offrant le contexte idéal puisqu'il comporte peu de virages sur la droite, ceux qui posent le plus de difficulté à un bras droit encore en manque de force. Márquez sait que la situation sera plus difficile à Motegi, ayant déjà prévenu que ce tracé plus physique pour lui pourrait le pousser à renoncer en cours de week-end. L'unique séance d'essais prévue vendredi offrira un premier verdict.

"Aragón était déjà vraiment exigeant pour moi", a souligné le sextuple Champion du MotoGP en conférence de presse ce jeudi. "Le test de Misano était une chose, mais un week-end de course en est une autre. À Motegi , ça sera la première fois que le bras droit sera très sollicité, parce qu'il y a beaucoup de freinages, longs et forts, dans des virages sur la droite. Il faudra bien gérer cette situation et ma condition physique. En Aragón, je disais que le dimanche ne serait probablement pas un problème et qu'ici, ça serait peut-être le cas. Je le comprendrai immédiatement en EL1."

L'humérus droit de Marc Márquez a été replacé dans le bon axe au cours de l'intervention chirurgicale pratiquée au début du mois de juin et ne devrait désormais plus poser problème. Le pilote doit néanmoins renforcer les muscles de son bras et sait que l'enchaînement des tours lui pose encore problème.

"En Aragón, j'ai eu beaucoup de mal dans la séance de la matinée mais l'après-midi, je me sentais beaucoup mieux. J'avais beaucoup de mal à être dans une position naturelle mais c'était nettement mieux dans l'après-midi. Je peux rouler comme je le veux sur un tour mais j'ai besoin de plus de muscle pour garder ce style de pilotage pendant plusieurs tours. On travaille pour y arriver lors des prochaines courses."

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Marc Márquez

Marc Márquez n'a pas pu véritablement tester sa condition physique dans la durée au Grand Prix d'Aragón puisque sa course n'a duré qu'un tour en raison de ses accrochages avec Fabio Quartararo et Takaaki Nakagami. Il reste frustré d'avoir peut-être laissé filer un bon résultat et une opportunité d'évaluer des choses à améliorer sur sa Honda, et pressent qu'il sera difficile d'avancer dans ce travail technique ce week-end, de fortes averses étant attendues pour chacun des trois jours à Motegi.

"Le but du Grand Prix d'Aragón était de faire des kilomètres et de finir la course mais malheureusement, elle n'a duré qu'un tour, après un départ incroyable. J'étais déçu parce que je me sentais prêt en rythme de course. Je n'étais pas mauvais, c'était mon point fort. Je gérais bien la dégradation du pneu arrière sur cette piste mais c'est comme ça, quelqu'un en a décidé autrement. J'ai manqué de chance mais en même temps j'ai été chanceux parce qu'il ne s'est rien passé [de grave] dans les deux situations."

"Maintenant il faut se concentrer sur Motegi. Ça sera différent, il fera humide. On aura d'autres courses pour essayer des choses sur la Honda mais c'est un week-end important parce que c'est l'un de nos circuits d'essais, l'équipe d'essais travaille beaucoup ici. On va continuer à travailler pour préparer 2023."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Quartararo ne pense pas être affaibli par ses brûlures au Japon
Article précédent

Quartararo ne pense pas être affaibli par ses brûlures au Japon

Article suivant

Bagnaia : "Je ne veux pas gagner parce qu'on m'a laissé passer"

Bagnaia : "Je ne veux pas gagner parce qu'on m'a laissé passer"