Miller, un abandon au plus mauvais moment...

L'Australien a enregistré un zéro pointé en Italie alors même que Danilo Petrucci remportait sa première course avec Ducati, et tout simplement en MotoGP. Des résultats qui pourraient inverser le rapport de force entre les deux hommes, jusqu'ici favorable à Miller, dans leur quête du second guidon de l'équipe officielle.

Miller, un abandon au plus mauvais moment...

Le Grand Prix d'Italie n'est décidément pas la tasse de thé de Jack Miller... Pour la quatrième fois en cinq participations, la course de l'Australien s'est soldée par un abandon, cette fois-ci à une dizaine de tours du drapeau à damier et alors qu'il semblait en bonne position pour aller chercher un résultat dans le top 5.

Les Ducati, a fortiori les GP19, ont exposé toutes leurs qualités à domicile, comme cela pouvait être pressenti, et le pilote Pramac n'a pas hésité à en user pour se mêler à la féroce bataille qui a eu lieu en tête de course. Les différents protagonistes de cette lutte, à savoir Miller, les pilotes officiels Ducati, Álex Rins et Marc Márquez, ont ainsi tous ferraillé en piste tout en essayant de ménager leurs gommes sur un tarmac à la température très élevée.

Voir aussi :

Mais il a bien fallu essayer de faire la différence dans les dernières encablures, et Danilo Petrucci a donc tenté une échappée alors qu'il ne restait plus que dix tours à couvrir. Le début des ennuis pour Miller... "Cela a été une belle course, j'ai pris beaucoup de plaisir car il y avait beaucoup de bagarres", a expliqué le numéro 43. "Comme vous avez pu le voir, il restait quelque chose comme une dizaine de tours à couvrir. Danilo était devant et il commençait vraiment à hausser le rythme. J'ai pu voir à dix tours du but que Danilo et Marc commençaient à attaquer dans les Arrabiata et à patiner un peu plus. Ils ont dès lors commencé à creuser un petit écart par rapport à moi."

Le meilleur tour en course, pour rien

Miller était plus ou moins parvenu jusque-là à limiter la dégradation de ses gommes, mais a lui aussi essayé de hausser le ton, chose qu'il n'avait pas osé faire il y a deux semaines au Mans, faute d'une confiance suffisante dans sa capacité à gérer justement ses pneus. Mal lui en a pris en Italie, puisque c'est en tentant de se rapprocher de Rins que l'Australien est parti à la faute en perdant l'avant. "Jusque-là, lors de la course j'étais juste en mode économie de pneus", reprend-il. "Le tour suivant, j'ai fait le tour le plus rapide en piste pour essayer de les rattraper, et j'ai voulu essayer de passer Rins dans le virage 1, mais je n'étais tout simplement pas suffisamment proche. Cela aurait été trop risqué. Rins a ensuite eu une glissade à l'entrée du virage 5, et j'ai donc freiné un peu plus tôt, ou un peu plus fort, et quand j'ai relâché les freins je n'ai rien pu faire, quand bien même j'ai essayé de sauver le truc avec mon coude. C'est une fin très dure compte tenu de la course solide que nous faisions, mais les choses sont ce qu'elles sont. J'ai pu me battre pour la victoire, et je suis content de cela."

Jack Miller, Pramac Racing, dans le tour de chauffe

Il s'agit de la deuxième chute cette saison de Miller en course, et de son troisième abandon. Un manque de constance qui l'empêche pour l'heure de viser plus haut que sa sixième place au championnat, où il totalise après six manches 42 points, à égalité avec Cal Crutchlow. Mais le plus embêtant reste la victoire, dans le même temps, de Petrucci, son adversaire direct pour l'obtention de la seconde Ducati officielle l'an prochain, et auquel il rend désormais pas moins de 40 unités.

Les deux hommes observent en effet des trajectoires inverses cette saison, Miller marquant le pas après des débuts tonitruants, là où son son rival italien semble gagner en confiance lors de chaque sortie. L'Australien, qui s'est dit en début de week-end peu stressé par les enjeux de cette année, devra néanmoins se reprendre au plus vite s'il souhaite rester l'un des acteurs clés de ce championnat 2019.

partages
commentaires
Rins : "Si Márquez me donne un peu de moteur, je lui donne un peu de châssis"

Article précédent

Rins : "Si Márquez me donne un peu de moteur, je lui donne un peu de châssis"

Article suivant

Vite fatigué au guidon de sa Honda, Lorenzo survit un peu

Vite fatigué au guidon de sa Honda, Lorenzo survit un peu
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021