Miller a fait ses preuves chez Ducati, et il va devoir continuer

L'Australien aura déjà six ans de MotoGP à son actif lorsqu'il intégrera l'équipe officielle Ducati, mais son parcours a été plutôt atypique et pas toujours simple.

Miller a fait ses preuves chez Ducati, et il va devoir continuer

Jack Miller, qui fêtera ses 26 ans en janvier prochain, recevra en cadeau d'anniversaire un nouveau rôle, qui lui a longtemps fait envie, celui de pilote officiel. Une nouvelle fois cependant, il va devoir se contenter d'un accord d'un an, Ducati ayant fait le choix de ne pas s'aligner sur les accords passés chez Yamaha ou Suzuki, dont les pilotes factory ont été signés jusque fin 2022. Miller, lui, va devoir faire ses preuves dès qu'il intégrera sa nouvelle équipe pour espérer, sans doute début 2021, prolonger son engagement.

"C'est difficile d'obtenir [un contrat de] deux ans, mais je pense qu'il n'y a pas beaucoup de monde qui prend de gros risques avec des contrats pluriannuels pour le moment. Ça ne m'affecte pas tellement", assure le pilote australien auprès du site officiel du MotoGP. "J'ai des contrats d'un an depuis que j'ai signé avec Ducati en 2018. Je ne pense donc pas que ça va m'affecter du tout. Ça ne fait que me donner encore plus envie de faire en sorte que le contrat de l'année prochaine soit encore meilleur pour moi."

Lire aussi :

Arrivé en MotoGP en suivant un parcours peu commun, puisqu'il a fait le grand saut directement depuis le Moto3, le pilote australien aura mis un peu plus de deux ans à convaincre Ducati de lui faire confiance et de lui offrir ce guidon dont il voulait tant, après avoir échoué à obtenir la même récompense précédemment chez Honda. Mais cela a toujours été son objectif, dont il ne s'est jamais détourné.

"C'est quelque chose pour lequel j'ai travaillé depuis que j'ai rejoint le Championnat du monde en 2012. J'ai signé avec Honda pour passer du Moto3 au MotoGP, j'ai fait trois ans avec eux et je n'ai pas pu accéder à l'équipe officielle là-bas pour une raison ou une autre, sachant que j'étais assez jeune, mais chez Ducati j'ai vraiment trouvé une maison, je m'y sens à l'aise. Ils ont assurément vu quelque chose en moi et j'adore être là-bas, alors c'est génial d'avoir cette opportunité."

Beaucoup de choses à rattraper en 2018

Cette première partie de carrière dans la catégorie reine aura été singulière, marquée par une victoire sortie de nulle part dans la folie d'un Grand Prix des Pays-Bas passé à la postérité, mais aussi par un certain manque de maturité qui a sauté aux yeux des responsables de Pramac lorsqu'ils ont accueilli Miller. D'ailleurs, lorsque nous interrogeons Francesco Guidotti sur ce qui doit être la sixième saison de Jack Miller en MotoGP, le team manager de l'Australien rectifie dans un sourire : "Disons que c'est la cinquième et demie ! Je ne veux manquer de respect à personne, mais sincèrement quand il est arrivé chez nous en 2018, même s'il avait déjà fait trois ans en MotoGP il semblait en être à sa première ou à sa deuxième année."

"Là où il était précédemment, ils l'ont visiblement laissé un peu livré à lui-même. Il était très jeune et il n'était probablement pas très suivi", poursuit Guidotti auprès de Motorsport.com. "Quand il est arrivé chez nous, nous avons compris qu'il y avait un peu plus de travail à faire que ce que nous pensions, mais il a rapidement assimilé et compris ce qui était important."

Fantasque, Miller a aussi le verbe haut et il lui a fallu prendre ses marques au sein de l'équipe italienne en acceptant d'être recadré. D'abord cantonné à une machine inférieure à celle de son coéquipier tandis qu'il gagnait en maturité, il a été récompensé en 2019 par une Desmosedici identique à celle de l'équipe officielle et la spirale positive était dès lors enclenchée.

"La première année n'a pas été facile, nous avons eu des oppositions verbales assez fortes, mais dans le plus grand respect car nous avons toujours cru en son talent et son potentiel", assure Francesco Guiidotti. "Il a compris que ces désaccords avaient pour objectif que nous progressions ensemble et non de rejeter des fautes sur lui. À partir de là, je pense qu'il a compris la méthode de travail et qu'il a travaillé aussi à la maison avec son manager Aki [Ajo] pour progresser sur certains aspects où il en avait besoin. Il faut un tout pour atteindre son objectif."

Propos recueillis par Matteo Nugnes

partages
commentaires
Aprilia reprendra ses essais en juin à Misano

Article précédent

Aprilia reprendra ses essais en juin à Misano

Article suivant

Petrucci : "Ducati a décidé de ne pas poursuivre notre relation"

Petrucci : "Ducati a décidé de ne pas poursuivre notre relation"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021