Incompréhension chez Tech3 devant l'écart qui sépare ses pilotes

partages
commentaires
Incompréhension chez Tech3 devant l'écart qui sépare ses pilotes
Par :
18 avr. 2019 à 10:45

Alors que Miguel Oliveira semble peu à peu s'habituer au MotoGP, son coéqupier Hafizh Syahrin est quant à lui plus que jamais en difficulté sur la KTM.

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3
Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3
Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3
Hafizh Syahrin, Red Bull KTM Tech 3
Hafizh Syahrin, Red Bull KTM Tech 3
Hafizh Syahrin, Red Bull KTM Tech 3
Hafizh Syahrin, Red Bull KTM Tech 3
Hafizh Syahrin, Red Bull KTM Tech 3
Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3
Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3
Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3
Hafizh Syahrin, Red Bull KTM Tech 3
Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3
Hafizh Syahrin, Red Bull KTM Tech 3
Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3 race
Hafizh Syahrin, Red Bull KTM Tech 3

Le contraste par rapport aux saisons précédentes est frappant pour l'équipe Tech3. Troisième du championnat l'an dernier après la première tournée extra-européenne avec 43 points (et quatrième place en 2017 avec 47 unités au compteur au même stade de la saison), l'équipe française affiche cette année un premier bilan peu flatteur, avec seulement sept points marqués et l'avant-dernière place au championnat des équipes, devant Avintia.

Le passage d'un matériel Yamaha, que la structure de Bormes-les-Mimosas utilisait depuis son arrivée dans la catégorie reine en 2001, et plus généralement depuis 1999, à celui de KTM se révèle plus difficile que prévu, et les résultats peinent à arriver.

Lire aussi :

Oliveira limite les dégâts, Syahrin au fond du trou

Austin en a donné encore une parfaite illustration, avec des pilotes qualifiés 18e, Miguel Oliveira, et 21e sur la grille, Hafizh Syahrin, et des arrivées très lointaines. Car si le premier cité est parvenu à finir 14e en course et à inscrire deux nouveaux points, le gouffre qui sépare les RC16 alignées par les troupes d'Hervé Poncharal est particulièrement inquiétant.

L'écart entre les deux pilotes est par ailleurs un sujet d'interrogation au sein de l'équipe, alors que le rookie Oliveira n'a pas tardé à faire la loi sur son coéquipier, plus expérimenté d'une saison. Sous le drapeau à damier au Texas, ce sont en effet plus de 23 secondes qui séparaient les deux hommes, soit plus d'une seconde par tour rendue par le Malaisien au Portugais.

"Dans l'ensemble, cela a été un week-end difficile, et nous n'étions pas au même niveau qu'en Argentine", a reconnu le patron du team Tech3, Hervé Poncharal, qui a tenu à saluer la performance d'Oliveira dans ce contexte difficile. "Nous savions que venir ici ne serait pas facile, mais je dois dire que Miguel, comme d'habitude, a mis la tête dans le guidon, a gardé son calme et a très bien travaillé. Il s'est bien qualifié, et même si son départ a été difficile, il a pu rattraper quelques positions. Il s'est retrouvé juste derrière Johann [Zarco], et ils ont pu faire une course sur le même rythme, en se suivant tous les deux. C'était très intéressant pour Miguel de voir comment Johann travaille, donc je pense qu'il a appris plusieurs choses, tout en prenant deux points supplémentaires."

Lire aussi :

Le constat était en revanche bien différent sur Syahrin. "Hafizh a été une grosse déception, quand on connaît son potentiel", reprend Poncharal. "Parfois, il va deux secondes plus vite que le tour ou les essais précédents, donc ce sont vraiment d'importantes fluctuations et nous ne comprenons pas comment on peut avoir de telles différences de temps au tour. Nous sommes cependant très confiants dans le fait qu'il aurait pu faire une course solide, mais en dépit du fait que son départ a été bien meilleur que celui de Miguel, il est juste rentré dans le rang tour après tour. Je déteste que nous soyons derniers, mais c'était son cas et ce n'est pas une bonne position."

Des résultats en dents de scie pour Syahrin

Depuis son arrivée en MotoGP, le Malaisien s'est montré capable du meilleur (sa dixième place sur ses terres l'an dernier, par exemple) comme du pire (son passage à vide en cours de saison). Une inconstance qui se vérifie de nouveau cette année et qui laisse sceptique le patron de l'équipe tricolore.

"L'écart était important à la fin de la course. Nous avons pu voir qu'il n'avait personne devant lui, et la motivation s'est effilochée. Il y a encore du travail à faire pour lui, afin de comprendre comme piloter la moto et d'être plus régulier car plus que de la vitesse c'est de la constance dont il a besoin", reprend Hervé Poncharal, qui insiste sur la nécessité pour son pilote de se reprendre rapidement. "Nous en sommes encore au début de la saison, ce n'est que la troisième manche, mais nous avons vraiment besoin de voir Hafizh montrer des signes de progrès et d'amélioration, tout en réduisant l'écart par rapport à son coéquipier."

Lire aussi :

L'optimisme reste cependant de mise chez Tech3, où en attendant des jours meilleurs on préfère contempler les progrès de l'équipe officielle, tangibles sur le COTA, et où Pol Espargaró après s'être qualifié en cinquième position a réussi à rallier l'arrivée à la huitième. Preuve que de bons résultats sont possibles avec la RC16. "Vous ne pouvez pas vous plaindre du package quand vous voyez ses résultats. C'est un bon signe, et c'est l'objectif que nous devons avoir en tête", de conclure Poncharal.

Article suivant
Il y a 15 ans, la première victoire en Grand Prix de Dovizioso

Article précédent

Il y a 15 ans, la première victoire en Grand Prix de Dovizioso

Article suivant

Nouveau top 10 pour Nakagami, seul pilote Honda à l'arrivée à Austin

Nouveau top 10 pour Nakagami, seul pilote Honda à l'arrivée à Austin
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Catégorie Course
Lieu Circuit of the Americas
Pilotes Miguel Oliveira , Hafizh Syahrin
Équipes Tech 3
Tags poncharal
Auteur Willy Zinck
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu