MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Des progrès puis une chute pour Zarco

partages
commentaires
Des progrès puis une chute pour Zarco
Par :
29 juin 2018 à 15:29

Dixième aujourd'hui, le pilote Tech3 attend la deuxième journée pour confirmer les progrès accomplis d'une séance à l'autre.

Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Conférence de presse, Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Jorge Lorenzo, Ducati Team
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Conférence de presse, Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3

Johann Zarco admet ne pas être pleinement heureux de sa performance au terme de la première journée du Grand Prix des Pays-Bas, mais tout de même confiant de pouvoir retrouver le premier groupe lorsqu'il mettra en application les enseignements des deux premières séances d'essais libres.

Une première journée marquée par une petite chute, survenue à un quart d'heure de la fin des EL2. Et en dépit de commissaires qu'il taquinera pour ne pas avoir été assez rapides à son goût pour le ramener au stand, cette glissade n'a fait ni chaud ni froid au pilote Tech3.

"À la sortie du virage 8, l'arrière bougeait un peu. C'est une piste rapide mais tous les virages s'enchaînent très vite, or le fait de bouger un peu dans le virage 8 m'a un peu gêné au freinage du virage 9, donc j'ai freiné plus tôt et, avec cette trajectoire différente, quand j'ai essayé de relâcher les freins et de tourner c'était trop agressif pour la moto et j'ai perdu l'avant", relate-t-il.

Cette instabilité de sa M1 a été au cœur du travail de Zarco aujourd'hui. Après une matinée ardue, soldée par le 13e temps, l'après-midi a permis au Français de "mettre le doigt sur les bonnes choses" et de progresser.

"[La] première séance [a été] difficile, avec une moto qui glissait beaucoup immédiatement. Pas moyen de régler cette glisse pendant la séance du matin, alors qu'on a fait deux arrêts au stand donc on a pu essayer deux choses différentes. Je ne sentais pas la solution venir et le fait que la moto glisse un peu trop la rend très nerveuse et dure à contrôler."

"En revanche, l'après-midi, je sens qu'on a pris le problème autrement et ça a permis de finalement régler pas mal de choses et ça m'a fait plaisir", poursuit-il. Quels ont été les changements ? "Techniquement, je ne sais pas vraiment", explique le pilote. "J'ai vraiment essayé de ne pas me concentrer uniquement sur le grip. C'était le principal problème, mais je me suis dit que si je restais concentré sur ce problème je n'allais pas trouver la solution. Je l'ai dit au team et je crois qu'ensuite on a analysé différemment les commentaires et que cela a fait la différence."

C'est alors qu'il était remonté au sixième rang que Zarco est parti à la faute, ce qui l'a ensuite empêché de terminer la séance avec sa moto principale, réglée en fonction des leçons qui venaient d'être tirées.

"C'est dommage que je sois tombé, parce que je crois qu'avec ce qu'on a trouvé, on retrouve une moto que je sens être mienne et je peux faire mon travail de pilote", souligne-t-il. "Je sens qu'il faut maintenant retravailler pour faire ces petits ajustements. On avait une base, pas mauvaise, mais pas ultra top pour finalement [pouvoir] dire 'Je fais mon boulot de pilote et je fonce'. Je sentais qu'en tant que pilote je ne pouvais pas faire ce que je voulais, or là ça commence à revenir et je pense que c'est de bon augure."

"Comparé à l'an dernier, on a un pneu plus soft à l'avant, or il est trop soft à mon avis. Je me vois donc faire la course au moins avec le medium – peut-être pas le hard, mais le medium ne devrait pas trop mal passer. Sur l'arrière, demain on essaiera le soft plus longtemps, parce que là je ne l'ai passé qu'une fois : j'ai fait trois tours dessus, ça m'a fait le chrono en 1'34"1 [son meilleur du jour, ndlr], mais pas avec la bonne moto parce qu'après ma chute on n'a pas eu le temps de faire les bonnes choses sur l'autre moto."

Le top 5 pour objectif

Un an après avoir signé ici-même sa première pole position, Johann Zarco tentera donc demain de réunir toutes les pièces du puzzle pour mettre à profit les progrès accomplis aujourd'hui. Il lui faudra d'abord confirmer sa place dans le top 10 en matinée, essentielle pour éviter la Q1, puis profiter cette fois du soleil et non d'une piste humide pour espérer une nouvelle fois exceller dans l'exercice des qualifications. "Même si je suis dixième aujourd'hui, j'ai le sentiment que je peux progresser pour ensuite être dans le top 5. Ce devrait être un très bon endroit pour aussi se battre pour le podium dimanche", note le Français.

Une certaine prudence, ou peut-être un réalisme de la part du pilote satellite, qui semble constater qu'il a moins de marge de manœuvre que les officiels : "On sait que les équipes officielles, c'est un gros staff qui peut être attentif à plein de détails Or, la constance pneu-électronique est presque comme l'an dernier et pour ces équipes-là, c'est vraiment 'OK, on sait ce qu'on avait, on continue'. L'an dernier, on semble avoir bien utilisé ce qu'il y avait et, comme c'est quasiment pareil, c'est dur de faire beaucoup mieux. Je pense que ça peut être une raison − ça ne veut pas dire que ça rend la mission impossible."

Article suivant
Assen sous la chaleur, le défi de Michelin cette semaine

Article précédent

Assen sous la chaleur, le défi de Michelin cette semaine

Article suivant

Rossi : "Les comptes se font dimanche à 14h"

Rossi : "Les comptes se font dimanche à 14h"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des Pays-Bas
Catégorie Essais Libres - Vendredi
Lieu Assen
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3
Auteur Léna Buffa