Dakar Dakar

Loeb : "On perd beaucoup dans l'espoir de gagner beaucoup"

Sébastien Loeb assume pleinement sa stratégie qui l'a vu perdre plus de vingt minutes ce mercredi sur le Dakar, ce qui lui donnera une position de départ plus favorable pour l'étape 48h chrono.

#203 Bahrain Raid Xtreme Prodrive Hunter: Sebastien Loeb, Fabian Lurquin

Lorsqu'il jouait le titre en WRC, Sébastien Loeb s'est plusieurs fois agacé des jeux stratégiques visant à volontairement perdre du temps pour éviter une position défavorable dans l'ordre de départ le lendemain, surtout lorsque cela se faisait au sein de l'équipe Citroën et à son détriment. Ce mercredi, il a pourtant parfaitement assumé une tactique du même acabit sur le Dakar.

La courte étape entre Al-Hofuf et Shubaytah a en effet vu Loeb et son copilote, Fabian Lurquin, tout faire pour éviter de signer le meilleur temps : leur objectif était au contraire de lâcher plusieurs minutes en prévision de l'étape "48H chrono" qui débutera jeudi et se conclura vendredi.

Pourquoi une telle stratégie ? Les pilotes débuteront l'étape marathon dans l'ordre du classement de la cinquième étape, un désavantage encore plus important que les autres jours puisque les concurrents de la catégorie Autos n'emprunteront pas le même parcours que les motards, et ne pourront donc pas bénéficier d'une trace faite dans les dunes.

Chez Prodrive, les pilotes ont ainsi adopté des stratégies opposées, permettant à l'équipe de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Alors que Nasser Al-Attiyah a attaqué pour remporter sa toute première étape avec le Hunter, Loeb a volontairement perdu du temps et a même fait exprès de manquer un waypoint, point de passage GPS imposé, pour écoper d'une pénalité de 15 minutes. L'Alsacien a ainsi perdu un total de 21'13 sur l'ensemble de la journée.

"Nasser ne s'est pas posé de question", a commenté Loeb. "Il est parti dans l'optique de l'attaque. Il n'y a pas de gestion, il veut partir devant demain, il est confiant ! Moi, je ne l'aurais pas fait. Après, on n'a pas la même expérience du désert. Nasser, on ne va rien lui apprendre dans les dunes, il est sur son terrain, il la joue comme ça. Moi, j'ai préféré essayer de jouer la trace, derrière."

#203 Bahrain Raid Xtreme Prodrive Hunter: Sebastien Loeb, Fabian Lurquin

Sebastien Loeb et Fabian Lurquin

Loeb est passé du sixième au neuvième rang, et voit surtout son retard sur le leader du Dakar, Yazeed Al Rajhi, grimper de 23'50 à 43'03. Un pari assumé pour avoir une position de départ la plus lointaine possible jeudi : "Surprise ce soir, quand on verra les classement de la spéciale [et] qui part où ! C'était un choix. Effectivement, on a des choix très opposés. Nous, on perd beaucoup aujourd'hui dans l'espoir de gagner beaucoup demain. Lui, il se pose moins de questions, il y va. C'est comme ça."

Les 118 km de spéciale de ce mercredi ont également permis aux équipages de se familiariser à nouveau avec les dunes, qu'ils retrouveront dans les 572 km chronométrés des deux prochains jours.

"Pas facile de se remettre dedans", a reconnu Loeb. "Il faut reprendre le rythme et en même temps, on n'était pas dans une optique de grosse attaque parce qu'on savait qu'on voulait lâcher du temps. On ne va quand même pas se mettre en tonneau alors que le but est de lâcher ! Je l'ai pris cool mais c'était sympa. C'est déjà long 100 km, je pense que demain, ça va être long."

Une stratégie plus mesurée pour Peterhansel

Sébastien Loeb n'est pas le seul à avoir volontairement perdu du temps ce mercredi. Chez Audi, Carlos Sainz et Stéphane Peterhansel ont lâché un peu plus de neuf minutes, soit beaucoup moins que leur rival, et se sont temporairement immobilisés durant la spéciale.

"On s'est arrêté un petit peu", a confirmé Peterhansel. "On a fait un entre-deux, je crois qu'on s'est arrêtés cinq minutes. On n'a pas roulé très vite toute la spéciale et en plus, on s'est arrêtés cinq minutes. Je crois que personne ne sait vraiment quelle est la bonne stratégie. On n'est pas un très bon exemple parce que depuis le début du rallye, on est à l'envers de la stratégie ! Donc on va voir, je ne sais pas. Sincèrement, je ne sais pas."

#202 Team Audi Sport Audi RS Q e-tron E2: Stephane Peterhansel, Edouard Boulanger

Stéphane Peterhansel et Edouard Boulanger

Voir des pilotes faire tout leur possible pour ne pas s'imposer pourrait sembler contre-nature mais Peterhansel rejette la faute sur les organisateurs, qui pourraient facilement se prémunir de cette situation.

"Il faudrait qu'il y ait un règlement comme pour les motards, que ce soit plus clair. C'est à dire faire une spéciale de 120 km aujourd'hui et que demain, les 20 premiers soient dans l'ordre inverse, par exemple, que celui qui gagne aujourd'hui parte 20e. Ça inciterait tout le monde à rouler aujourd'hui et à faire une vraie course."

Malgré le rythme modeste adapté ce jeudi, Peterhansel a en tout cas pu constater les bonnes performances de l'Audi dans les dunes : "Le moteur est génial, ça roule bien. On n'a pas trop, trop poussé donc on a du mal à juger, mais la voiture va plutôt bien."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Autos, 5e étape - Al-Attiyah domine, Loeb perd volontairement du temps
Article suivant Joan Barreda accidenté et dans le doute pour la suite du Dakar

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France