Alonso enchaîne, Ocon "n'arrivait pas à suivre le rythme"

Comme la veille en qualifications, le bilan est mitigé et très opposé entre Fernando Alonso et Esteban Ocon au Grand Prix de Styrie.

Alonso enchaîne, Ocon "n'arrivait pas à suivre le rythme"
Charger le lecteur audio

Sur le plan de la performance globale, l'écurie Alpine est encore loin du niveau recherché mais elle a pu à nouveau compter sur Fernando Alonso pour cueillir des points précieux et entretenir une série qui demeure importante pour le moral des troupes. Qualifié dans le top 10, le double Champion du monde a livré une course solide qu'il a bouclée au neuvième rang, ajoutant deux unités à son compteur et enchaînant ainsi une troisième arrivée consécutive dans les points.

"Je ne pense pas que nous pouvions faire mieux que la neuvième place aujourd'hui, mais c'est bien de marquer quelques points de plus pour l'équipe", résume Alonso. "Nous avons pris un bon départ et nous nous sommes battus contre deux ou trois voitures dans le premier tour."

"Après le premier arrêt au stand, nous étions juste derrière Lance Stroll pour la huitième place et nous nous sommes bagarrés pendant le reste de la course. Au bout du compte, avec des pneus plus neufs, les Ferrari étaient tout simplement trop rapides pour nous. Nous allons de nouveau courir ici la semaine prochaine, donc nous allons tout analyser et essayer d'optimiser la voiture pour le week-end."

Lire aussi :

D'un point de vue comptable, la situation d'Alpine évolue peu, avec 31 points au compteur et toujours la septième place du championnat constructeurs à la clé. Sur ce total, Alonso a rapporté 19 unités.

"L'objectif aujourd'hui était de marquer des points", rappelle Davide Brivio, directeur de la compétition d'Alpine. "Nous avons parfois été malchanceux en nous retrouvant dans le trafic et nous avons perdu du terrain quand nous aurions dû attaquer, et nous terminons neuvièmes, mais Fernando s'est très bien battu."

"Du côté d'Esteban, c'était difficile en partant 17e. Nous avons tenté tout ce que nous avons pu, mais c'était une course sans heurt, sans véritable opportunité. Nous essaierons de tirer un maximum de leçons de ce week-end pour la prochaine course ici, dans seulement une semaine."

Si le ton est mitigé, c'est que la course d'Esteban Ocon a confirmé les difficultés rencontrées par le Français depuis le début du week-end, ponctuées d'une élimination en Q1 peu glorieuse. Quatorzième à l'arrivée, le Français tire un bilan similaire à celui de la veille, dans l'attente des réponses qu'apportera le travail à venir, mais il assure que le moral n'est pas affecté car "il y a eu pire".

"Ça a été une course longue, c'est sûr, pénible aussi parce que, forcément, on n'arrivait pas à suivre le rythme du train devant, tout simplement", reconnaît le Normand au micro de Canal+. "On perdait du terrain petit à petit et du coup, on n'arrivait pas à remonter. Il y avait quelques bagarres, c'est sûr, mais on n'est pas là où on veut avec la vitesse, tout simplement."

"On manque de vitesse en course, on manque de vitesse en qualifs. On a la chance la semaine prochaine de rouler à nouveau sur la même piste, donc on va pouvoir faire pas mal de tests, essayer de voir ce qu'on peut rectifier, parce que pour l'instant ça ne fonctionne pas, ça ne va pas dans le bon sens, donc il faut qu'on trouve la solution."

partages
commentaires
Leclerc : "Une de mes meilleures performances en F1"
Article précédent

Leclerc : "Une de mes meilleures performances en F1"

Article suivant

Verstappen ne s'attendait pas à une victoire si facile

Verstappen ne s'attendait pas à une victoire si facile
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021