Verstappen ne s'attendait pas à une victoire si facile

Max Verstappen a dominé le Grand Prix de Styrie, à sa propre surprise. Et il reste perfectionniste.

Verstappen ne s'attendait pas à une victoire si facile

"Nous avons un pilote néerlandais qui vole. Il ne conduit pas, il vole." Helmut Marko, conseiller sportif de Red Bull, ne tarissait pas d'éloges sur Max Verstappen à l'issue d'un Grand Prix de Styrie où le Néerlandais a remporté la 14e victoire de sa carrière, qu'il considère comme sa meilleure de la saison.

Lire aussi :

Ce n'est rien de surprenant : Verstappen avait signé la pole position avec une saine avance de deux dixièmes, puis a passé toute la course en tête avec un écart progressivement creusé à 18 secondes sur son rival Lewis Hamilton. En somme, le pilote Red Bull était intouchable sur la piste éponyme.

"C'est très positif", se félicite Verstappen sur F1 TV. "Je suis évidemment très content. Je ne m'attendais pas non plus à ce que ça se passe comme ça aujourd'hui, à vrai dire. Clairement, nous avons très bien géré nos pneus lors de cette course, j'en suis très satisfait. Lors du second relais en pneus durs, le rythme était bon et constant – rien de fou, mais nous avons vraiment bien géré nos pneus jusqu'à la fin."

Les communications radio ont toutefois mis en exergue un problème avec le frein lors de la course. Or, il ne s'agissait manifestement de rien de grave. "La pédale descendait un peu trop entre les virages 9 et 10, au freinage, et remontait après le virage 10", détaille Verstappen. "Nous allons étudier ça. Mais c'est arrivé deux fois, je crois."

Reste à savoir s'il sera possible de réitérer cette performance le week-end prochain sur le même circuit, au Grand Prix d'Autriche, avec des composés pneumatiques un cran plus tendres. "Bien sûr, cela ne va pas être complètement pareil, car les gens vont apprendre de ce qu'ils n'ont pas bien fait ce week-end, et nous allons faire pareil évidemment", répond Verstappen avec prudence. "Nous avons réalisé une course très positive, mais il y a toutes ces choses que nous pouvons mieux faire. Je m'attends vraiment à ce que ce soit plus serré, car d'habitude quand on fait un autre week-end [sur le même circuit], tout le monde est plus proche automatiquement."

Le podium échappe à Pérez de justesse

Valtteri Bottas, Mercedes W12, Sergio Perez, Red Bull Racing RB16B

Sergio Pérez, quant à lui, a vu le podium lui échapper. Le Mexicain occupait la troisième place avant la salve d'arrêts aux stands, lors de laquelle une roue arrière gauche récalcitrante a causé un arrêt de 4,8 secondes pour sa Red Bull. Valtteri Bottas n'avait plus qu'à concrétiser en changeant de pneus au tour suivant pour lui damer le pion. Par la suite, Pérez était à une seconde et demie de Bottas lorsqu'il a décidé de rentrer au stand une deuxième fois à 17 tours du but, après quoi il avait plus de 20 secondes à rattraper. Le pari a failli être gagnant : il était à une demi-seconde de la Mercedes sous le drapeau à damier.

Ce deuxième arrêt était-il judicieux ? "Oui, je pense que c'était la bonne chose à faire", assure Pérez. "Nous le rattrapions mais nos pneus avaient un âge très similaire. C'est bien que nous ayons essayé, mais malheureusement le trafic m'a un peu gêné. Il ne nous manquait qu'une demi-seconde à la fin. C'est assez dommage."

De manière un peu contradictoire, le pilote Red Bull reconnaît avoir lui-même bénéficié en rentrant au stand du fait que Bottas devait prendre un tour au peloton : "Il y avait beaucoup de retardataires, donc nous avons pu réduire l'écart très vite, mais malheureusement cela n'a pas payé autant que nous l'espérions."

"Malheureusement nous avons eu un arrêt lent aujourd'hui. Les mécanos ont été incroyables toute l'année avec les meilleurs arrêts, mais aujourd'hui cela a malheureusement été très coûteux. Mais nous sommes une équipe et nous reviendrons plus forts."

Au championnat des pilotes, Verstappen compte désormais 18 points d'avance sur Hamilton, tandis que Pérez, troisième, a maintenant dix longueurs de marge sur Norris.

partages
commentaires
Alonso enchaîne, Ocon "n'arrivait pas à suivre le rythme"

Article précédent

Alonso enchaîne, Ocon "n'arrivait pas à suivre le rythme"

Article suivant

Mercedes arrête le développement sans faire une croix sur 2021

Mercedes arrête le développement sans faire une croix sur 2021
Charger les commentaires
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021