Alonso ne se cherche pas une "excuse" après Imola

Selon Fernando Alonso, son manque d'expérience dans une monoplace de Formule 1 actuelle ne peut pas être utilisé comme une "excuse" pour expliquer sa contre-performance au Grand Prix d'Émilie-Romagne.

Alonso ne se cherche pas une "excuse" après Imola
Charger le lecteur audio

Après deux saisons d'absence, Fernando Alonso fait son comeback en Formule 1. Malgré un début encourageant au GP de Bahreïn, le double Champion du monde a eu plus de mal à Imola, le week-end dernier. Battu par son équipier en qualifications pour la première fois depuis 2017, Alonso est parti à la faute avant même le départ du GP d'Émilie-Romagne, dans le tour de mise en grille, puis a passé l'intégralité de la course en queue de peloton, profitant des abandons, des sorties de piste et des pénalités pour décrocher son premier point de la saison.

S'étant majoritairement déroulé dans des conditions pluvieuses, le GP d'Émilie-Romagne a mis en difficulté tous les rookies et transfuges, sans exception. Alonso le confirme en déclarant que les conditions humides délicates n'ont pas aidé ceux qui découvrent un nouvel environnement mais nuance son propos en précisant qu'il serait malvenu de s'en servir comme "excuse".

"Ici [à Imola], c'était une triple expérience", explique-t-il. "Du premier tour au dernier, les conditions de piste et le niveau d'adhérence n'ont pas cessé de changer. Il y a eu un drapeau rouge, un départ arrêté, un départ lancé, des choses qui prennent normalement quatre ou cinq courses. Nous avons tout comprimé en une seule course. Je suis donc content de ce que j'ai appris et de rouler dans des conditions humides, car c'était une première. Il y a donc beaucoup de leçons à tirer de cette expérience pour l'analyser."

Lire aussi :

"Du point de vue des sensations, du premier au 63e tour, je me suis senti mieux à 300%, ce qui montre à quel point je suis en confiance avec la voiture. Mais cela ne peut pas être une excuse pour dire que nous n'avons pas bien travaillé, que je n'ai pas bien travaillé. Je dois être mieux préparé pour la prochaine fois. Peu importe si vous avez peu de kilomètres dans la voiture, je vais essayer d'être meilleur la prochaine fois."

Avant le début de la saison 2021, Alonso ne s'attendait pas à vivre un retour facile en catégorie reine. Aujourd'hui, le pilote Alpine estime qu'il faudra patienter encore quelques courses avant d'atteindre un niveau de performance satisfaisant.

"Je suis là où je m'attendais mais vous voulez toujours être mieux placé et toujours plus confiant dans la voiture", précise-t-il. "Je n'étais probablement pas confiant à Bahreïn ou ici [à Imola], et je ne serai pas confiant à Portimão. Ce n'est pas quelque chose qui change du jour au lendemain, cela prendra du temps. Mais je suis ici pour travailler et pour m'améliorer. Et une course comme [le GP d'Émilie-Romagne] aide grandement parce que, dans des conditions très difficiles, vous apprenez beaucoup plus qu'une course normale."

partages
commentaires

Voir aussi :

McLaren vend son usine F1 pour près de 200 millions d'euros
Article précédent

McLaren vend son usine F1 pour près de 200 millions d'euros

Article suivant

Russell : Le crash avec Bottas n'abîmera pas ma relation avec Mercedes

Russell : Le crash avec Bottas n'abîmera pas ma relation avec Mercedes
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021