Barcelone, J3 - Kvyat et Toro Rosso créent la surprise

Personne ne l'avait vu venir : Daniil Kvyat a signé le meilleur chrono de cette troisième journée d'essais hivernaux à Barcelone, au volant de sa Toro Rosso-Honda !

Barcelone, J3 - Kvyat et Toro Rosso créent la surprise
Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C38
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR14
George Russell, Williams FW42
Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S. 19
Sebastian Vettel, Ferrari SF90, avec des capteurs aéro
Max Verstappen, Red Bull Racing RB15, avec des capteurs aéro
Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19
La Haas VF19 de Romain Grosjean est ramenée à son stand
Pietro Fittipaldi, Haas VF-19
Carlos Sainz Jr., McLaren MCL34
Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W10
Sergio Perez, Racing Point F1 Team RP19
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10

Déjà, ce matin, Kimi Räikkönen avait démontré le potentiel naissant de l'Alfa Romeo – et le contraste marquant par rapport à ce qu'était Sauber il y a un an, avec un 1'17"762 quasiment une seconde et demie plus rapide que la référence fixée par la structure suisse il y a 12 mois.

Cet après-midi, Daniil Kvyat a surenchéri en 1'17"704 dans les derniers instants de la séance, alors que ces deux pilotes étaient les premiers à éprouver les gommes C5 (les plus tendres de la gamme Pirelli sur ces tests de pré-saison) dans ce qui peut s'apparenter à des simulations de qualifications.

Il est évidemment impossible d'en tirer des conclusions, mais cela mettra certainement du baume au cœur à ces deux écuries qui se sont classées huitième et neuvième du championnat des constructeurs 2018, et qui ont également engrangé de nombreuses données avec près de 140 tours chacune, soit quasiment 650 kilomètres.

Williams en piste !

L'autre temps fort de la journée, ce sont les premiers tours de roue de la Williams FW42, qui est arrivée à Barcelone au petit matin. George Russell a parcouru 23 tours cet après-midi à un rythme relativement modéré, puisqu'il est à huit secondes de la référence, et non sans une sortie de piste au virage 13, juste avant la chicane. Après ce semblant de shakedown, le plus dur reste à faire pour l'écurie britannique, qui va s'efforcer de rattraper le temps perdu lors des cinq prochaines journées d'essais.

Lire aussi :

Revenons toutefois à l'avant du peloton, avec un top 3 inédit : Toro Rosso, Alfa Romeo, Renault. En effet, Daniel Ricciardo a également réalisé un tour compétitif, lui en pneus C4, pour un total de 143 tours à l'actif du Losange (Ricciardo partageait son bolide avec Nico Hülkenberg).

Ferrari n'est cette fois que quatrième, mais Sebastian Vettel a continué de limer le bitume. L'assiduité de la SF90 en piste force l'admiration avec déjà 460 tours en trois jours, même si le quadruple Champion du monde est resté au garage pendant la dernière heure et demie. La Scuderia affirme qu'elle avait simplement terminé son programme pour la journée, mais il est légitime de se demander si une telle absence était véritablement planifiée.

Max Verstappen complète le top 5 à l'issue d'une journée discrète mais efficace chez Red Bull, avec 109 boucles au compteur malgré un long moment passé au stand ce matin pour des modifications aéro. Il est suivi par Hülkenberg et les Haas de Romain Grosjean et Pietro Fittipaldi.

Trois pannes chez Haas

Les Haas, parlons-en. Car la VF-19 a provoqué les trois drapeaux rouges du jour en raison de trois pannes ! Fittipaldi a subi la première, mais en a minimisé l'impact : "C'était un petit problème électrique, donc nous nous sommes juste arrêtés en piste par précaution. Il y a eu un rapide changement à effectuer et nous avons pu repartir, donc rien de majeur." Un deuxième arrêt a toutefois fortement restreint le roulage de Grosjean en début d'après-midi, et une troisième immobilisation a mis un terme aux festivités à 17h55.

Carlos Sainz et McLaren ont également connu des difficultés, en l'occurrence en début de journée, avec un problème de boîte de vitesses découvert dans la nuit, qui a contraint les mécaniciens à la changer. Sainz a dû attendre une heure et demie pour prendre la piste ce matin mais a ensuite rattrapé le temps perdu, même s'il s'est fait remarquer par un tête-à-queue à haute vitesse au virage 13. Il est parvenu à s'extirper des graviers sans provoquer d'interruption de séance.

Sergio Pérez et Racing Point prennent la dixième place avec des performances à nouveau discrètes, suivis par les Mercedes. Le positionnement de Valtteri Bottas et Lewis Hamilton dans la hiérarchie peut étonner, mais les Flèches d'Argent sont restées fidèles à leur philosophie : abattre autant de travail que possible sans forcément chercher la performance. Avec un chiffre stupéfiant de 182 tours parcourus (847 km), l'objectif est atteint.

Lire aussi :

Spain Barcelone - Jour 3

  Pilote Écurie Temps (pneus) Tours
1 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso 1:17.704 (C5) 137
2 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 1:17.762 (C5) 138
3 Australia Daniel Ricciardo Renault 1:18.164 (C4) 80
4 Germany Sebastian Vettel Ferrari 1:18.350 (C3) 134
5 Netherlands Max Verstappen Red Bull 1:18.787 (C3) 109
6 Germany Nico Hülkenberg Renault 1:18.800 (C4) 63
7 France Romain Grosjean Haas 1:19.189 (C3) 69
8 Brazil Pietro Fittipaldi Haas 1:19.249 (C4) 48
9 Spain Carlos Sainz McLaren 1:19.354 (C3) 90
10 Mexico Sergio Pérez Racing Point 1:20.102 (C3) 67
11 Finland Valtteri Bottas Mercedes 1:20.693 (C3) 88
12 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 1:20.818 (proto) 94
13 United Kingdom George Russell Williams 1:25.625 (C3) 23

Pour rappel : cinq types de pneus slicks sont disponibles pour ces tests. Ils sont classés du plus dur (C1) au plus tendre (C5).

partages
commentaires
Vettel : Les ailerons avant plus larges sont "vraiment laids"
Article précédent

Vettel : Les ailerons avant plus larges sont "vraiment laids"

Article suivant

Russell : "C'était purement un shakedown"

Russell : "C'était purement un shakedown"
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021