Bilans Saison 2021
Dossier

Bilans Saison 2021

Bilan 2021 - Sergio Pérez, pour vous servir

Recruté pour seconder, protéger et aider Max Verstappen chez Red Bull, Sergio Pérez a rempli sa mission en 2021.

Bilan 2021 - Sergio Pérez, pour vous servir

Ces bilans 2021 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Sa déjà longue carrière en Formule 1 aurait pu s'arrêter dans la désillusion, sur un goût d'inachevé. Fer de lance des années Force India puis Racing Point, Sergio Pérez avait fait les frais du recrutement de Sebastian Vettel au sein de la nouvelle entité Aston Martin. Un temps sans volant pour 2021, il a toutefois convaincu Red Bull Racing de faire appel à ses services. Et la formule n'est pas anodine.

En écartant Alex Albon et en recrutant un pilote totalement extérieur à son programme, Red Bull a fait dans l'inédit, renonçant à la philosophie qui s'appliquait depuis de nombreuses années. Le choix de la raison, sans doute, avec la volonté d'avoir en son sein un pilote rapide, fiable, expérimenté et qui ne viendrait pas contester le leadership de Max Verstappen. Sergio Pérez semblait avoir le CV parfait, il l'a confirmé au fil de la saison.

Malgré la consécration pour le Mexicain de rejoindre un top team, ce qu'il n'avait plus connu depuis son échec chez McLaren en 2013, disposer de l'une des meilleures monoplaces du plateau pouvait aussi constituer un cadeau empoisonné. Demandez à Pierre Gasly… Avec également très peu de journées d'essais à l'intersaison, le nouveau venu a dû se mettre rapidement dans le bain.

En premier lieu, il a paru se fondre très vite dans l'environnement et la mentalité Red Bull, un point déterminant. Puis, sur la piste, il a fait ses devoirs. Son équipe ne lui demandait pas d'être au niveau de son coéquipier mais d'être un rempart tout en rapportant des points importants au championnat constructeurs. À ce titre, Sergio Pérez a connu des hauts et des bas, a commis quelques impairs parfois, surtout en début de saison, alors qu'il devait s'adapter à une F1 évidemment taillée pour son voisin de garage.

Sergio Pérez retient Lewis Hamilton à Abu Dhabi.

Sergio Pérez retient Lewis Hamilton à Abu Dhabi.

En revanche, il a dès le Grand Prix d'ouverture rappelé qu'il était un pilote du dimanche, capable de bien gérer ses pneus pour aller chercher un résultat. Parti depuis les stands après un problème technique, il a ainsi fait une remontée prometteuse jusqu'au cinquième rang. En qualifications, il n'a que très rarement existé, platement battu 20-2 par Max Verstappen. Encore une fois, ce n'est pas là qu'il était attendu.

Petit à petit, Sergio Pérez a pris ses aises, parfois avec de l'irrégularité, il est vrai, mais sa présence a souvent été déterminante. Plus d'une fois, par exemple, celle-ci a offert à Red Bull l'avantage numérique dans son combat stratégique face à Mercedes. Ce fut notamment le cas à plusieurs reprises et notamment lors des Grands Prix de l'automne sur le continent américain. Sergio Pérez était également là pour "assurer" le coup en Azerbaïdjan : sa seule victoire de l'année – sa deuxième en F1 – est héritée de la défaillance pneumatique qui a touché son coéquipier et de l'erreur de Lewis Hamilton au restart, mais ce jour-là, il a pris des points précieux pour Red Bull.

Le seul reproche qui peut sans doute être fait à Sergio Pérez, c'est de ne pas avoir rapporté suffisamment de points à Red Bull pour conquérir le titre constructeurs. Néanmoins, l'écurie de Milton Keynes a toujours privilégié le championnat pilotes et c'est cet intérêt qui est sans cesse passé en priorité au moment de recourir à son deuxième pilote. Il n'y a sans doute pas plus révélateur que son sacrifice et sa défense stupéfiante sur Hamilton à Abu Dhabi pour l'illustrer : une manœuvre qui aura fait perdre plusieurs secondes au Britannique, là où tout un chacun s'attendait à ce que la Mercedes ne le croque en un virage. Clairement, Sergio Pérez a apporté à Max Verstappen ce que Valtteri Bottas n'a que trop peu proposé à Lewis Hamilton.

Convaincant dans ce rôle, spécifiquement celui qui lui est demandé, Sergio Pérez a doublement persuadé Red Bull, qui l'a prolongé d'un an dès l'été. Il sera de nouveau le fidèle lieutenant du Champion du monde en titre en 2022, à n'en pas douter.

partages
commentaires
Button : "Dommage que McLaren n'ait pas persévéré avec Honda"
Article précédent

Button : "Dommage que McLaren n'ait pas persévéré avec Honda"

Article suivant

Mazepin se donne une bonne note pour sa première saison en F1

Mazepin se donne une bonne note pour sa première saison en F1
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021