Bilans Saison 2022
Dossier

Bilans Saison 2022

Bilan 2022 - Max Verstappen sans l'ombre d'un doute

En 2022, Max Verstappen a coiffé une deuxième couronne mondiale ne souffrant pas de la moindre contestation. Une saison pour l'Histoire.

Bilan 2022 - Max Verstappen sans l'ombre d'un doute
Charger le lecteur audio

Ces bilans 2022 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

On dit souvent que le premier titre mondial est le plus difficile à conquérir et métamorphose ensuite son détenteur. Max Verstappen, en doublant la mise cette année, est de ceux qui auront profité de cette dynamique, au même titre qu'Alain Prost, Ayrton Senna, Michael Schumacher, Mika Häkkinen, Fernando Alonso ou Sebastian Vettel, entre autres.

Pourtant, la défense du titre n'a pas débuté de la meilleure des manières quand, avec le changement de réglementation, la Ferrari est apparue comme la plus rapide et la plus fiable d'emblée. Pour Max Verstappen, il a fallu digérer deux abandons en trois Grands Prix qui, même avec une victoire entre les deux, laissaient présager d'une campagne potentiellement difficile face à Charles Leclerc. Sauf que dès Imola, la tendance s'est inversée et la Red Bull RB18 n'a plus trahi son champion, tout en bénéficiant d'un développement constant et réussi, doublé d'une précieuse cure d'amaigrissement.

Enchaînant les succès et les podiums jusqu'au début de l'été, le pilote néerlandais a impressionné mais devait encore faire face à des Ferrari très en verve. La Scuderia s'est toutefois fissurée, commettant des erreurs stratégiques, ou ses pilotes des erreurs en piste. Le cœur de l'été, marqué par le tournant décisif du Paul-Ricard, aura fini d'installer Max Verstappen dans une domination exercée jusqu'au bout, transformant la deuxième partie de saison du numéro 1 en une véritable razzia.

Ce deuxième titre mondial, Max Verstappen s'en est assuré dès le Grand Prix du Japon, mais ce sont les chiffres stratosphériques de sa saison 2022 qui en disent plus que n'importe quel long discours : 15 victoires (record battu), 7 pole positions, 17 podiums et une avance finale de 146 points sur son dauphin Charles Leclerc à l'issue de l'exercice. On est bien loin du final à couteaux tirés de 2021 face à Lewis Hamilton

Max Verstappen n'a laissé que des miettes à ses adversaires en 2022.

Max Verstappen n'a laissé que des miettes à ses adversaires en 2022.

Au-delà des stats, on retiendra l'impression de toute puissance dégagée par le tandem Max Verstappen-Red Bull, qui n'a pas été sans rappeler les dominations passées de Michael Schumacher avec Ferrari, de Sebastian Vettel avec Red Bull ou de Lewis Hamilton avec Mercedes. Rien ne semblait pouvoir arriver cette année au Champion du monde en titre qui, face à une concurrence qui s'est effritée, a pu afficher une maturité grandissante dans son pilotage tout en ne modifiant pas cette approche du "zéro compromis" lorsqu'il se retrouvait roue contre roue. L'accrochage avec Lewis Hamilton à Interlagos en témoigne.

Cette toute puissance s'est également manifestée en interne, une nouvelle fois, face à un Sergio Pérez qui a fait illusion lors des premières courses avant de rentrer dans le rang. Max Verstappen a infligé au Mexicain un 18-4 en qualifications suffisamment éloquent. Il a aussi relégué son voisin de garage à 149 longueurs au championnat, un gouffre.

Y a-t-il une ombre à ce tableau idyllique ? Certes, la fin de saison de Red Bull a été polluée par l'affaire du plafond budgétaire, dans laquelle l'écurie de Milton Keynes a été sanctionnée par la FIA. On pourrait également évoquer le refus de Max Verstappen de laisser passer Sergio Pérez à Interlagos afin de l'aider à terminer deuxième du championnat. Là encore, sans compromis, l'intéressé a assumé sa position et déploré la mauvaise image qui a pu ressortir de lui sans connaître le fond de l'histoire. Deux événements qui appartiennent indéniablement au récit de cette saison 2022 mais qui ne sauraient certainement pas jeter le discrédit sur une partition incontestable.

On retiendra surtout que rien, pas même ce genre de dossier, n'est venu perturber un pilote sûr de sa force et toujours intraitable en piste. Tant que son appétit aiguisé sera contenté par une monoplace au niveau, Max Verstappen demeurera un pilote à part et candidat au titre. Lui qui dit être peu intéressé par les statistiques ne peut pas totalement les ignorer : à 25 ans, ses deux titres et ses 35 victoires le placent déjà dans la catégorie à part des champions de ce sport. Son prochain défi sera de maintenir cette folle dynamique face à une concurrence qui est attendue plus forte, au moins du côté de chez Ferrari et de Mercedes, deux équipes qui, pour des raisons certes différentes, auront beaucoup à se faire pardonner en 2023. Rendez-vous est pris.

partages
commentaires

Vettel sur Webber : "On a toujours eu une bonne relation"

Les sanctions pour les drapeaux rouges en qualifs font débat