Bottas : "Il faudrait un miracle" pour croire encore au titre

Valtteri Bottas a conscience d'être désormais dans une situation très compromise dans la course au titre, mais il prévient : "Pas question d'abandonner".

Charger le lecteur audio

Contraint à son premier abandon de la saison, qui constitue également son second résultat vierge après la première course de Silverstone, Valtteri Bottas a désormais conscience de ne plus vraiment être dans le match pour le titre mondial. Le Finlandais n'abandonnera pas, mais devant le constat mathématique dressé à l'issue du Grand Prix de l'Eifel, il sait aussi être réaliste. À présent, 69 points le séparent de son coéquipier et leader du championnat, Lewis Hamilton.

Lire aussi :

Parti en pole position, Bottas semblait avoir toutes les cartes en mains pour surfer ce week-end sur la vague de son succès de Sotchi, qui l'avait relancé. Mais il y a d'abord eu cette petite erreur commise au virage 1, offrant la tête de la course à Hamilton, puis cette perte de puissance annonçant une défaillance probable de son MGU-H et l'ayant finalement contraint à l'abandon.

"C'est une déception, naturellement", concède Bottas. "C'est très décevant, c'est le genre de chose pour lequel on ne peut rien faire. Évidemment, j'avais bloqué mes roues avant ça. Mais je crois que j'avais quand même encore une chance de gagner, car ça m'a obligé à basculer rapidement sur deux arrêts, et au bout du compte, je pense que la stratégie à deux arrêts était la meilleure. Je savais qu'il y avait encore tout à faire, même après ce blocage de roue à cause de la bruine. Après il y a eu ce truc avec le moteur, je n'y croyais pas…"

"Maintenant, je sais que l'écart de points avec Lewis est important. Il faudrait un miracle. Mais comme toujours, pas question d'abandonner. Il faut maintenir le cap et continuer d'essayer. Nous verrons bien. Décevant, c'est le meilleur mot."

Pour la première fois cette saison, la fiabilité a posé problème à Mercedes, alors même que les deux monoplaces bénéficiaient au Nürburgring d'une unité de puissance entièrement neuve. Directeur de l'écurie allemande, Toto Wolff a immédiatement présenté des excuses au pilote finlandais, lui aussi convaincu que la stratégie à deux arrêts lui aurait permis de jouer la victoire malgré sa petite erreur de pilotage.

"Nous avons eu une bonne discussion, je lui ai dit que j'étais désolé pour la défaillance", confie Toto Wolff. "Je crois que les deux arrêts, auraient en effet été quelque chose qui aurait pu fonctionner pour gagner la course. Mais c'est comme ça. La F1 reste un sport mécanique. Aujourd'hui, c'est nous qui l'avons laissé tomber."

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W11, dépasse Valtteri Bottas, Mercedes F1 W11

partages
commentaires
Gasly sixième : "C'était vraiment une super course"
Article précédent

Gasly sixième : "C'était vraiment une super course"

Article suivant

Red Bull explique l'abandon d'Albon au Nürburgring

Red Bull explique l'abandon d'Albon au Nürburgring