Brawn pas très intéressé par l'avis de Russell sur les sprints

Alors que George Russell a fait valoir quelques arguments contre la course sprint de ce samedi à Imola, Ross Brawn a réagi en expliquant que l'opinion des pilotes mal classés n'était pas vraiment celle que la F1 recherchait.

Brawn pas très intéressé par l'avis de Russell sur les sprints
Charger le lecteur audio

Pour la première fois de la saison 2022, un Grand Prix s'est couru sous le format "sprint", où la séance cruciale du samedi est une course de 100 km visant à déterminer la grille de la course du dimanche, tout en attribuant des points. Toutefois, si le format a ses adeptes et ses détracteurs après une expérience globalement mitigée l'an passé, la crainte était qu'un circuit étroit et sinueux comme Imola ne soit pas le cadre idéal pour une telle épreuve.

Au sortir de la course, peu de réelle animation a été notée et les rares dépassements ont souvent été réalisés facilement grâce à l'unique et longue zone DRS sur la pleine charge comprenant la ligne droite de départ/arrivée. George Russell s'est notamment montré assez peu convaincu par le sprint, lui qui s'est retrouvé bloqué dans un "train DRS" en dehors du top 10. "Ces courses sprint sont délicates", a-t-il déclaré pour Sky Sports. "Je ne sais pas comment c'était pour le reste [du peloton] mais de là où nous étions, c'était une procession."

"La course n'était pas assez longue pour que les pneus se dégradent et que l'on ait quelques différences entre les pilotes et les voitures. [Chez Mercedes], nous avons du pain sur la planche. Je pense que la voiture est plus rapide mais nous n'avons pas encore la vitesse en ligne droite pour avancer et ici [à Imola], il y a ces petites courbes dans les lignes droites qui limitent les opportunités de dépassement, donc ça a freiné notre progression."

Des propos qui ont été rapportés au manager sportif de la F1 et grand artisan du tournant "spectaculaire" de la discipline, entraînant une réaction pour le moins cassante : "Chaque fois qu'un de mes pilotes a eu une mauvaise voiture, il s'est plaint de la course. Donc je pense que l'opinion de George, ou l'opinion de n'importe qui en fond de grille, ce n'est pas l'opinion que nous écoutons vraiment."

"Les opinions que nous écoutons sont celles des gars qui étaient vraiment compétitifs, qui se battent au milieu du peloton ou à l'avant. Ils [Mercedes] sont dans une position très malheureuse, mais je ne pense pas que leur position à l'arrière de la grille soit vraiment celle qui reflète la véritable situation de la course."

"Je sais juste de ma propre expérience que psychologiquement, un pilote du fond de grille a toutes sortes d'autres choses en tête", a-t-il ajouté par la suite. "Ce serait génial si des choses se passaient à l'arrière. Il y avait une Mercedes qui ne pouvait pas dépasser les voitures de devant, mais il y a eu beaucoup de dépassements en milieu de peloton et à l'avant. Donc, bien sûr, nous allons écouter, nous n'allons pas l'ignorer, mais je pense que vous devez garder une perspective sur ce sujet."

Sans doute Ross Brawn sera-t-il déçu d'apprendre que le pilote le plus en pointe au terme du sprint de ce samedi, à savoir Max Verstappen – qui l'a remporté après avoir dépassé grâce au DRS un Charles Leclerc en difficulté sur ses pneus –, ne désarme pas et continue de se montrer critique envers le format : "Non, ça n'est pas [particulièrement intéressant] pour moi. Je ne suis toujours pas un fan des courses sprint parce qu'au final, ça ne change rien. Peu importe que vous vous battiez bien pendant la course sprint ou pendant la course elle-même. J'aime juste le fait que le week-end entier se déroule mieux avec un programme normal."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Le programme du GP d'Émilie-Romagne F1

Hamilton : La Mercedes 2022 n'est "pas loin" de la McLaren 2009