Course - Mercedes fait oublier les Ferrari championnes d'hiver !

Mercedes a fait oublier la domination de Ferrari lors des essais hivernaux sur le tracé de Barcelone, qui se sont tenus il y a seulement 3 mois, en signant un cinquième doublé en autant de Grands Prix 2019.

Course - Mercedes fait oublier les Ferrari championnes d'hiver !

Le départ est animé (voir la vidéo ici), les deux Mercedes et la Ferrari de Vettel arrivant de front au premier freinage. Sans aucun contact dans cette bataille roues contre roues, Hamilton, placé à l'intérieur, ne lâche rien et parvient à prendre les commandes du Grand Prix depuis la seconde place de la grille, tandis que Vettel, sur la ligne extérieure avec Bottas à sa droite, sort large dans le premier virage, gênant le Finlandais et provoquant un plat sur le pneu avant droit de sa Ferrari.

 

L'attaque manquée de Vettel permet même à Verstappen de gagner une position et de boucler le premier tour en troisième position, derrière Bottas. Lui aussi large dans le Virage 3, Gasly fait une petite excursion hors-piste et se positionne derrière la Ferrari de Leclerc, en sixième position, mais devant les Haas de Grosjean et Magnussen et les Toro Rosso de Kvyat et Albon. Pour Norris, 10e sur la grille, le départ est catastrophique : le pilote McLaren boucle le premier tour en 16e position, tandis que Räikkönen, 14e au départ, réalise une excursion dans les graviers pendant de longues secondes.

 

Hamilton fait le trou, Vettel en difficultés

Parti le couteau entre les dents, Hamilton ne donne aucune chance à Bottas de demeurer dans un sillage d'une seconde permettant d'activer le DRS en ligne droite pour tenter un dépassement. À l'entame du troisième passage, le Britannique dispose d'une avance de 1''9, qui monte progressivement dans les boucles suivantes, jusqu'à atteindre 2''3 au 7e passage et 3''0 au 10e.  

Par 20°C dans l'air et 42°C en piste au départ, les Mercedes se montrent immédiatement en mesure d'exploiter leurs enveloppes pneumatiques tendres choisies par tous au départ sauf Räikkönen, Stroll, Kubica, Russell et Hülkenberg, et de laisser les Ferrari et Red Bull derrière. À l'aise en troisième position, Verstappen apprécie un début de course calme devant les Ferrari.

Comme à Bahreïn, Ferrari se retrouve dans une situation embarrassante dans ce premier relais : Vettel, qui a lâché 3''0 à Verstappen en quelques boucles, semble retenir une nouvelle fois son équipier Leclerc, visiblement plus rapide, mais condamné à rester dans l'air perturbé de son leader et entamer la durée de vie de ses pneus avant. Au 10e passage, le Monégasque évolue dans la même seconde que l'auto de l'Allemand, déjà 10''0 derrière le commandement. Leclerc finit par passer dans les kilomètres suivants et distance immédiatement Vettel de deux secondes, se plaçant dans les chronos alignés par les Mercedes, avec cependant un déficit de 12''0.

Vettel menacé par la seconde Red Bull

À l'agonie, Vettel ne cesse de demander tour après tour à Ferrari de pouvoir passer aux stands pour changer ses pneus tendres. Incapable de garder le rythme d'un Leclerc se rapprochant de Verstappen, c'est même au rythme de la Red Bull de Gasly, 6e, que l'Allemand doit prendre garde. Néanmoins, Ferrari ne peut pas se permettre de s'exposer si tôt.

 

Devant, c'est un Hamilton serein qui dispose de 7''0 de marge sur Bottas au 19e passage, lui-même tranquillement devant Verstappen, lorsque Vettel est le premier à entrer aux stands et réaliser un arrêt mal optimisé à l'arrière gauche et ressortir derrière les Haas. Verstappen lui emboîte le pas au 20e tour en ressortant devant celles-ci, chaussé des tendres de nouveau, et ainsi voué à un second arrêt. Gasly l'imite au 22e tour, avec les mediums.

Contrairement à Vettel, désormais performant avec les pneus mediums, Leclerc se montre à l'aise avec son train de pneumatiques tendres et fait durer celui-ci, demeurant sur le plan A de son team. C'est au 25e passage qu'est opéré son arrêt, lui aussi perfectible au moment de chausser le train arrière gauche. Mais à la différence des Red Bull et de son équipier, c'est des endurants pneus durs que s'est équipé le Monégasque...

Maîtrise absolue chez Mercedes

Il faut attendre le terme du 26e passage pour voir Mercedes enfin immobiliser Bottas, puis le leader Hamilton dans le tour suivant. Les deux Flèches d'Argent iront au bout de la course en pneus mediums.

Avec 8''0 d'avance stable, Hamilton suit son propre rythme, tandis que la communication radio inexistante de Ferrari laisse une nouvelle fois sceptique à mi-course, alors que Vettel se trouve à son tour retenu par Leclerc, dont les pneus sont plus durs d'un cran. Il faut attendre le 36e tour et près de 3 boucles de trop pour voir les deux autos de Maranello inverser leurs positions, quelques kilomètres avant le second arrêt de l'Allemand au 40e passage.

 

Dans sa propre division sur ce tracé-baromètre, le package Mercedes fait des miracles. La question du dernier tiers de GP semble devoir être de savoir si Verstappen, qui doit encore s'arrêter aux stands au 43e tour, peut rester devant les deux Ferrari et rester sur le podium. Un bon problème à avoir pour celui qui voyait ses mécaniciens changer son arbre de transmission juste avant le départ ! 

Safety Car avant les 20 derniers tours ! 

Mais l'arrivée de la Voiture de Sécurité au 45e tour change la donne pour les spectateurs du Grand Prix ! Quelques instants après le second arrêt de Bottas, un accrochage entre Lando Norris et Lance Stroll (voir la vidéo) neutralise la course et permet à Hamilton de lui-même réaliser son second pitstop avec sérénité. Leclerc profite lui aussi de ce temps-mort pour entrer dans la pitlane et chausser les tendres, désormais plus frais de sept tours que ceux de Vettel, passé devant lui en piste. 

 

 

Une importante quantité de graviers a été déposée à un endroit embarrassant dans la trajectoire du Virage 3. l'interruption dure un certain temps pour voir les pilotes retardataires intercalés entre Hamilton et Bottas repasser la SC et permettre un restart avec une compétition directe entre les leaders de la course.

Après 6 tours passés au ralenti, l'action reprend enfin. Au restart, Hamilton parvient à garder le contrôle sur Bottas et s'envoler de plusieurs secondes immédiatement. Verstappen garde son rang, tandis que Gasly porte une attaque échouée sur les Ferrari qui le place sous la menace de la Haas d'un Magnussen aussi aux prises avec Grosjean, qui n'a d'autre choix que d'emprunter la zone de dégagement et céder une place. On retrouve ainsi les deux Mercedes (tendres) devant des poursuivants en pneus mediums.

Les dix derniers tours de course sont tranquilles pour Hamilton, leader de bout en bout du GP, et auteur du meilleur tour. La course se conclut par un cinquième doublé consécutif pour Mercedes et la reprise des commandes du championnat par le champion en titre. Les choses sont bien moins calmes pour Grosjean, dont la bataille avec Magnussen puis Sainz le pousse à nouveau deux fois hors piste, et pour les pilotes Toro Rosso, pas avantagés par la période de SC et désormais sous la menace des Renault.

 

Une course néanmoins à oublier pour l'équipe d'usine franco-anglaise : pour ses pilotes, la chasse aux points aura été bien difficile. Parti bon dernier depuis la pitlane en raison d'une pénalité relative à une intervention sur son auto envers la règle du Parc Fermé, Nico Hülkenberg, dont la voiture a disposé d'une unité de puissance neuve complète, ne franchit la ligne d'arrivée qu'en 13e position. Parti 13e, lui aussi pénalisé de trois places sur la grille suite à son accrochage avec Daniil Kvyat à Bakou, Daniel Ricciardo a bataillé pour ne rallier l'arrivée qu'une position plus haut, lui aussi hors des points... 

Spain GP d'Espagne

P. Pilote Constructeur Écart Points
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes   26
2 Finland Valtteri Bottas Mercedes 4.074 18
3 Netherlands Max Verstappen Red Bull 7.679 15
4 Germany Sebastian Vettel Ferrari 9.167 12
5 Monaco Charles Leclerc Ferrari 13.361 10
6 France Pierre Gasly Red Bull 19.576 8
7 Denmark Kevin Magnussen Haas 28.159 6
8 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 32.342 4
9 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso 33.056 2
10 France Romain Grosjean Haas 34.641 1
11 Thailand Alexander Albon Toro Rosso 35.445  
12 Australia Daniel Ricciardo Renault 36.758  
13 Germany Nico Hülkenberg Renault 39.241  
14 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 41.803  
15 Mexico Sergio Pérez Racing Point 46.877  
16 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 47.691  
17 United Kingdom George Russell Williams 1 Lap  
18 Poland Robert Kubica Williams 1 Lap  
  Canada Lance Stroll Racing Point    
  United Kingdom Lando Norris McLaren    

partages
commentaires
LIVE F1 - Le Grand Prix d'Espagne en direct
Article précédent

LIVE F1 - Le Grand Prix d'Espagne en direct

Article suivant

Verstappen élu "Pilote du Jour" du GP d'Espagne 2019

Verstappen élu "Pilote du Jour" du GP d'Espagne 2019
Charger les commentaires
Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre Prime

Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre

Ce n'est qu'une hypothèse à ce stade, qui a pris corps ce mercredi dans la presse italienne. Quelle forme pourrait prendre l'éventuel retour de Jean Todt chez Ferrari en 2022 ?

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021

Après le Grand Prix d'Arabie saoudite, vingt-et-unième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
6 déc. 2021
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Formule 1
4 déc. 2021
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021