Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
48 jours
09 mai
Prochain événement dans
65 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
96 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
104 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
121 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
139 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
153 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
181 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
188 jours
12 sept.
Course dans
195 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
208 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
212 jours
10 oct.
Course dans
222 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
237 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
244 jours
07 nov.
Course dans
251 jours

Écarter Albon pour Pérez, la victoire "des faits" sur "l'émotion"

Christian Horner a expliqué que le choix d'écarter Alex Albon au profit de Sergio Pérez pour 2021 témoignait de la volonté de Red Bull de privilégier "confiance aux faits plutôt qu'à l'émotion".

partages
commentaires
Écarter Albon pour Pérez, la victoire "des faits" sur "l'émotion"

La semaine passée, Red Bull a annoncé que Sergio Pérez ferait équipe avec Max Verstappen en 2021 au sein de l'écurie mère, remplaçant Alex Albon, rétrogradé au rang de pilote d'essais et de réserve. Cela faisait désormais plusieurs mois que l'avenir du Thaïlandais était remis en question, pendant une seconde partie de saison dans la lignée de la première, à savoir délicate et loin de son équipier néerlandais en performance.

Pendant ce temps, Pérez réalisait une fin de campagne excellente, marquée évidemment par sa victoire au Grand Prix de Sakhir. Et pour Christian Horner, directeur de l'écurie Red Bull, l'amélioration "significative" d'Albon n'a pas suffi. "Vous faites avec ce que vous avez, n'est-ce pas ?", a déclaré le dirigeant britannique à certains médias, dont Motorsport.com, lorsqu'il lui a été demandé si Albon avait été malchanceux en pilotant une RB16 jugée difficile.

Lire aussi :

"Il est en Formule 1 et est arrivé en F1 grâce à Red Bull, ce dont il est très reconnaissant. Il fait toujours partie de l'équipe. La voiture de cette année était délicate. Je pense qu'elle s'est beaucoup améliorée tout au long de l'année, en particulier dans le dernier tiers de la saison. Mais, encore une fois, ce qui compte, c'est ce que vous en faites, n'est-ce pas ? Je pense que l'écart entre Alex et Max est globalement resté constant entre l'Autriche et Bahreïn 2 [le GP de Sakhir], clairement. Il a fait une bonne course à Abu Dhabi."

"Partout ailleurs, il a brillamment réussi. C'est un grand compétiteur, c'est un gentleman absolu au sein de l'équipe. Il est très populaire au sein d'une équipe parce que c'est un gars vraiment sympa. C'est ce qui a rendu cette décision plus difficile. Mais quand vous regardez les données et que vous faites confiance aux faits plutôt qu'à l'émotion, Sergio est le choix logique."

Un choix logique en vue de performances plus homogènes des deux côtés du garage de l'écurie de Milton Keynes. "Je pense qu'il est vital, si vous voulez être un challenger sérieux dans chacun des championnats, d'avoir deux voitures à un certain niveau de performance. Nous l'avons très clairement vu à Abu Dhabi, par exemple. Il faut donc cette constance, afin de pouvoir se battre contre des équipes comme Mercedes, que ce soit dans le championnat des pilotes ou des équipes."

Lire aussi :

Horner a par ailleurs affirmé qu'Albon avait été informé de la décision le jour même de l'annonce, même si des indices laissent penser qu'elle avait été prise au moins depuis le GP d'Abu Dhabi, saluant une réaction "incroyablement mature" au moment de l'apprendre. "Il est reconnaissant pour l'opportunité et le soutien qu'il a reçus cette année, et évidemment déterminé à faire du mieux possible pour revenir dans ce baquet en 2022."

"Il aura un rôle important au niveau du développement avec 2022 et les tests de pneus, et évidemment le développement de la voiture 2022 dans le monde virtuel. Nous verrons ce que seront les circonstances pour 2022, au sein ou à l'extérieur de Red Bull."

Voir aussi :

Bilan 2020 - L'interminable agonie du mariage Vettel/Ferrari

Article précédent

Bilan 2020 - L'interminable agonie du mariage Vettel/Ferrari

Article suivant

Ferrari installe un bâtiment réservé à Haas à Maranello

Ferrari installe un bâtiment réservé à Haas à Maranello
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sergio Pérez , Alexander Albon
Équipes Red Bull Racing
Auteur Fabien Gaillard
La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix Prime

La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix

Pour la beauté du geste avant l'interdiction définitive de nombreuses aides en 1994, Benetton voulait faire rouler en Grand Prix sa B193C en fin de saison 1993, ce qui aurait fait d'elle la première voiture à quatre roues directrices à prendre un départ en F1...

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Formule 1
24 févr. 2021
Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021
Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon Prime

Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon

Apparues en 2003 en Formule 1, les qualifications sur un tour suscitèrent controverse et bricolage absurde. Pourtant, elles auraient pu faire la part belle à quelques principes malheureusement vite oubliés.

Formule 1
21 févr. 2021
Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté Prime

Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté

Alors que Honda s'apprête à quitter la Formule 1 (encore une fois !) fin 2021, retour sur les exploits d'un autre constructeur japonais qui a dépensé trop d'argent, s'est adapté trop lentement, a trop peu accompli et est parti trop tôt à cause d'une crise économique...

Formule 1
20 févr. 2021
Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1 Prime

Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1

AlphaTauri a présenté son AT02, et une nouvelle livrée, avec la volonté de s'installer dans la bataille du milieu de peloton. Même s'il y a peu de pièces totalement nouvelles sur le rendu informatique, quelques indices indiquent sans doute des changements à venir...

Formule 1
19 févr. 2021
Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5 Prime

Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5

Dans son ascension vers la Formule 1, Esteban Ocon a fait une apparition en Formule Renault 3.5 en parallèle de sa campagne victorieuse en F3 Europe. Ses deux meetings dans la discipline n'ont pas été couronnés de succès mais lui ont beaucoup appris.

Formula V8 3.5
18 févr. 2021