Ferrari défend son choix d'avoir laissé Vettel gagner à Singapour

Le directeur de Ferrari en Formule 1, Mattia Binotto, croit qu'offrir la victoire à Sebastian Vettel au Grand Prix de Singapour pour booster son moral et sa confiance dans l'écurie était la bonne chose à faire.

Ferrari défend son choix d'avoir laissé Vettel gagner à Singapour

Lors de l'épreuve de Singapour, Sebastian Vettel était troisième derrière le leader Charles Leclerc et Lewis Hamilton. L'Allemand a cependant été le premier à être appelé à son stand, bénéficiant alors d'un undercut décisif sur Hamilton et son équipier, ce dernier s'étant arrêté un tour plus tard et n'ayant pu que constater avec amertume que la Ferrari #5 était désormais en tête et aller y rester jusqu'au terme de l'épreuve. La Scuderia a en effet fait le choix de ne pas demander au quadruple Champion du monde de rendre la place.

Binotto a expliqué que Vettel était un "pilote clé", "au centre de notre projet" et que mettre fin à sa longue disette de victoires tout en démontrant que l'écurie souhaitait privilégier le travail d'équipe allait l'aider. "Il a été mal à l'aise avec la voiture au début de la saison, clairement au niveau de l'instabilité au freinage", a ajouté le technicien italo-suisse. "Je pense que le défi [représenté par Leclerc] pour lui a été une bonne référence également, parce qu'avoir un équipier aussi rapide lui a donné des migraines."

Lire aussi:

"Pour s'améliorer, il est toujours très analytique. Il aborde l'exercice sans être émotif, il regarde les données, pour comparer les secteurs, en regardant où il est plus lent ou plus rapide. Lors de la première partie de la saison, il a été mis sous beaucoup de pression. Je pense qu'il a très bien réagi lors la seconde moitié. La victoire à Singapour a été clé pour lui, pas seulement pour la victoire en elle-même, mais pour la confiance dans l'équipe. Il savait qu'il pouvait compter sur l'équipe pour aider, si nécessaire. Mais je pense que c'était une bonne chose, c'était le bon choix et le moment pour le laisser gagner."

En seconde partie de saison, globalement, l'amélioration de la Ferrari a certes offert à Leclerc ses premiers succès ainsi que quatre pole positions consécutives entre la Belgique et la Russie mais Vettel a également profité d'une SF90 dont les caractéristiques de virage l'ont aidé à mieux se qualifier, avec en point d'orgue une pole à Suzuka. "Quand il a eu plus confiance en la voiture, je pense qu'il a été très rapide. Et si vous regardez son rythme de course, il est très similaire à celui de Charles, qui a plutôt été plus rapide en qualifs. Donc je dirais bravo à lui pour la seconde partie de la saison, bien joué pour la manière dont il a réagi après une première moitié pas facile."

partages
commentaires
Bilan 2019 - Une saison et deux visages pour le quadra Räikkönen
Article précédent

Bilan 2019 - Une saison et deux visages pour le quadra Räikkönen

Article suivant

Pourquoi Sainz est devenu le "Smooth Operator" chez McLaren

Pourquoi Sainz est devenu le "Smooth Operator" chez McLaren
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021