Formule 1 GP de Belgique

Pourquoi Stroll a dû utiliser les mediums en SQ2

Les écuries de F1 ont été surprises par la décision de la FIA concernant l'utilisation des pneus lors du shootout à Spa.

Accident pour Lance Stroll, Aston Martin AMR23

Les écuries de Formule 1 ont été surprises par une décision tardive de la FIA concernant le choix des pneumatiques à utiliser lors du shootout au Grand Prix de Belgique. Cette décision allait vraisemblablement à l'encontre du scénario qu'elles avaient prévu de suivre ; elle a obligé Lance Stroll à passer des pneus intermédiaires aux pneus mediums au lieu des pneus tendres sur une piste séchante. Par la suite, le pilote Aston Martin a été victime d'une sévère sortie de piste lors de son dernier tour.

Lire aussi :

Selon les règles du shootout, les pilotes sont obligés d'utiliser des pneus mediums en SQ1 et SQ2, puis des tendres en SQ3. Cependant, le règlement prévoit également que si la piste est déclarée humide par la FIA, ces règles ne s'appliquent pas et les pilotes peuvent utiliser n'importe quel jeu de pneus slicks au cours des trois séances. Le règlement en question se lit comme suit : "Si l'une des périodes de SQ1, SQ2 ou SQ3 est déclarée humide, la spécification, le kilométrage ou le nombre de pneus slicks qui peuvent être utilisés dans le reste de la séance de shootout seront à la discrétion des écuries".

C'est exactement ce qui s'est passé lors du dernier week-end sprint en Autriche, où la piste a été déclarée humide mais s'est en fait avérée sèche dès le début de la première séance, et où l'utilisation des pneus est devenue libre. Bien que la FIA ne soit pas obligée de déclarer la piste humide, les équipes ont supposé qu'avec la pluie attendue samedi en Belgique, la même procédure serait suivie. Dans ce scénario, si à un moment donné la piste s'asséchait en SQ1 et SQ2, elles auraient la possibilité de passer aux pneus tendres.

Certaines équipes ont donc choisi les pneus qu'elles ont rendus après les qualifications de vendredi en se basant sur la probabilité d'avoir besoin de plus de tendres et de moins de mediums. Elles ont également préparé la séance de shootout en se disant qu'elles passeraient des intermédiaires aux tendres si la piste s'asséchait dans l'un des trois volets de la séance.

Cependant, environ 15 minutes avant le début des essais, Steve Nielsen, directeur sportif de la FIA, a annoncé aux équipes par intercom que, malgré la pluie persistante, la piste ne serait pas déclarée mouillée. De fait, les équipes ont été contraintes d'utiliser des pneus mediums dans les sessions de SQ1 et SQ2 sur une piste qui séchait. Il semblerait que cette décision ait été motivée par les événements survenus en Autriche, où certaines équipes s'étaient interrogées sur la nécessité de laisser libre cours au choix des pneus slicks alors que la piste avait été déclarée mouillée.

En fait, la SQ1 est restée pluvieuse, mais avec l'apparition d'une trajectoire sèche, Stroll a suivi le choix de son équipe de passer aux pneus slicks dans les dernières minutes de la séance. Cependant, au lieu de passer des intermédiaires aux tendres, il a été contraint de prendre les mediums. Pressé de les faire chauffer pendant son tour de sortie, Lance Stroll avait clairement du mal à trouver de l'adhérence et, à mi-parcours, il a indiqué à son équipe équipe que "trop tôt". Son ingénieur lui a répondu que l'équipe était désormais fixée sur son choix et qu'il fallait "faire de notre mieux avec la décision que nous avons prise".

Les commissaires évacuent la monoplace de Lance Stroll, Aston Martin AMR23

Les commissaires évacuent la monoplace de Lance Stroll, Aston Martin AMR23

Il a donc entamé son tour de piste, mais au neuvième virage, il a été victime d'une grosse sortie de piste, ce qui a déclenché le déploiement du drapeau rouge et la fin de la SQ2. Après un délai pour évacuer l'AMR23 du Canadien, la SQ3 s'est déroulée sur le sec, avec tous les pilotes en gommes tendres.

Ce qui est inhabituel dans ce scénario, c'est que, bien que la FIA ait suivi ses propres procédures, c'est la première fois que le règlement oblige un pilote à passer des intermédiaires aux mediums sur une piste encore humide, alors que les tendres auraient été le choix normal pour une performance maximale. Selon la FIA, la mise en température des mediums est aussi rapide que celle des tendres, et le fait de s'en tenir à l'allocation des pneus prévue lors de la séance de shootout était donc un choix légitime.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Russell et Hamilton se sont gênés : shootout raté pour Mercedes
Article suivant Pat Fry chez Williams, sans lien avec les "peines et problèmes" d'Alpine

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France