Giovinazzi veut prouver qu'il n'est pas qu'un "pilote de simulateur"

Le réserviste de Ferrari, Antonio Giovinazzi, a déclaré qu'il était "très difficile" de ne pas courir en 2018 et il espère pouvoir prouver qu'il n'est pas "un pilote de simulateur" en étant titularisé en Formule 1 la saison prochaine.

Giovinazzi veut prouver qu'il n'est pas qu'un "pilote de simulateur"

L'Italien a terminé second du championnat GP2 en 2016 derrière le pilote Toro Rosso Pierre Gasly et a remplacé un Pascal Wehrlein blessé chez Sauber lors des deux premières courses de 2017, mais n'a depuis disputé que des séances d'essais pour Ferrari et Sauber, en plus de quelques essais libres pour Sauber et Haas.

 

Ferrari a fait de Giovinazzi son troisième pilote en 2017 et il est progressivement devenu un membre de l'équipe de course de la Scuderia au poste de pilote de simulateur, aidant l'écurie à évaluer certaines options de réglages à Maranello.

Giovinazzi a été salué publiquement par le quadruple Champion du monde Sebastian Vettel, mais il est déterminé à éviter d'être catalogué dans ce rôle. "Je ne suis pas pilote de simulateur – je veux être dans la voiture. C'est mon objectif pour l'année prochaine. Je veux avoir une opportunité et voir si je suis prêt. Je veux montrer que je suis là parce que je suis un bon pilote et pas [seulement] un pilote de simulateur."

"Je suis déjà un gars vraiment chanceux. Je suis déjà troisième pilote de la Scuderia Ferrari, là où pour certains pilotes c'est peut-être un rêve. Bien sûr, ne pas être sur la piste est très difficile, mais j'attends un an, j'attends, mais comme je l'ai dit, je veux juste une opportunité et montrer que je suis là parce que je suis un bon pilote."

Antonio Giovinazzi, Ferrari SF71H

Cette saison, Giovinazzi a pris part à deux séances d'Essais Libres 1 pour Sauber, écurie liée à Ferrari, et espère se servir de cette opportunité comme d'un tremplin pour un baquet dans l'écurie en 2019. "Je suis vraiment heureux avec l'équipe, ils travaillent vraiment bien chez Sauber. Pourquoi pas ? Mais il faut attendre."

"Notre attention est désormais focalisée sur le fait d'avoir un bon ressenti avec la voiture et d'essayer d'apprendre à connaître les gens dans l'écurie : les mécaniciens, les ingénieurs. Et ensuite, si ça se produit, je serai déjà prêt avec l'ensemble de l'équipe."

"Ça dépend des décisions des autres pilotes. Je pense qu'il y a beaucoup de rumeurs concernant des pilotes qui pourraient changer d'équipe ou partir. Il faut attendre. Bien sûr, l'objectif est d'être sur la grille. J'espère que je pourrai [y] être l'année prochaine."

partages
commentaires
Brawn : La Formule E, une "fête de rue"

Article précédent

Brawn : La Formule E, une "fête de rue"

Article suivant

Opinion - Pourquoi Pirelli peut encore éviter bien des maux à la F1

Opinion - Pourquoi Pirelli peut encore éviter bien des maux à la F1
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021