Course - Hamilton sur son nuage, Ferrari en plein cauchemar

Lewis Hamilton a survolé le GP de Styrie pour s'imposer pour la première fois de la saison 2020 au volant de sa Mercedes. L'écurie allemande s'offre un doublé grâce à Valtteri Bottas, devant la Red Bull de Max Verstappen.

Course - Hamilton sur son nuage, Ferrari en plein cauchemar

Même circuit, même horaire, même ambiance : non, ce n'est pas le jour de la marmotte mais tout simplement une première dans l'Histoire de la F1, qui organise deux Grands Prix à une semaine d'intervalle sur le même tracé. Avec 20°C dans l'air et 38°C sur la piste, les conditions sont plus fraîches que le week-end dernier mais surtout plus sèches que la veille. Vingt-quatre heures plus tôt, Lewis Hamilton a été impérial dans des conditions extrêmes : il s'élance depuis la pole position avec à ses côtés Max Verstappen ; Carlos Sainz et Valtteri Bottas forment la deuxième ligne. Romain Grosjean est bien au départ mais c'est depuis les stands qu'il doit partir, après avoir échappé à une disqualification

Lire aussi :

Les stratégies, elles, ont changé puisque les conditions des qualifications offrent le libre choix des pneumatiques. La majeure partie des pilotes, notamment les sept premiers, choisit les pneus tendres. Seuls Daniel Ricciardo, Sebastian Vettel, Daniil Kvyat, Kimi Räikkönen, Nicholas Latifi et Antonio Giovinazzi optent pour les mediums. Voici le décor planté, les feux rouges peuvent s'éteindre. 

L'envol d'Hamilton est parfait tandis que Verstappen doit dans un premier temps résister aux assauts de Sainz. Dans le peloton, la lutte est rude et c'est Ferrari qui en fait les frais lorsque Charles Leclerc tente l'intérieur sur Vettel et ne peut pas éviter le contact. Les débris sont nombreux et la voiture de sécurité doit intervenir. Pendant ce temps, les deux monoplaces rouges passent au stand : l'Allemand abandonne, aileron arrière cassé, tandis que le Monégasque reprend la piste après un changement d'aileron avant mais avec un fond plat sérieusement endommagé. Un tour plus tard, il se résigne à abandonner et il n'y a plus aucune Ferrari en course.

Peu après le restart, c'est George Russell qui gâche sa belle qualification avec une sortie de piste au virage 6 qui le fait repartir dernier, après un duel face à Kevin Magnussen. Bottas et Alexander Albon se débarrassent tous les deux de la McLaren de Sainz qui avait jusque-là conservé sa troisième position. Plus loin les deux Renault sont à la lutte avec leurs stratégies décalées, et après 20 tours Ricciardo prend finalement le dessus sur Ocon à la suite de plusieurs tentatives. En manque de rythme durant le premier relais, le Français regagne son box de manière définitive quelques tours plus tard et met pied à terre. L'équipe suspecte un problème de refroidissement.

Au 24e tour, Verstappen est le premier des leaders à passer par les stands, avec une énorme agressivité et un changement de pneus ultra rapide. Le Néerlandais chausse alors les gommes mediums dans l'espoir de mettre la pression sur les Mercedes. Mais rien n'y fait et Hamilton s'arrête trois tours plus tard, repartant devant la Red Bull avec une avance confortable. Bottas hérite de la tête et allonge son premier relais au maximum, jusqu'à la fin du 34e tour. 

Une fois le Finlandais passé par les stands, Hamilton récupère les commandes avec cinq secondes d'avance sur Verstappen et 13 sur son coéquipier. Dans le peloton, McLaren laisse échapper de précieuses secondes lors de l'arrêt au stand de Sainz en raison d'un écrou de roue récalcitrant. 

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W11 EQ Performance, devant Max Verstappen, Red Bull Racing RB16

Dans la lutte pour les places d'honneur, Sergio Pérez s'illustre au lendemain de son élimination en Q1. Le Mexicain profite d'une Racing Point en grande forme et parvient même à prendre le dessus sur son coéquipier Lance Stroll avant de doubler Ricciardo puis de se lancer aux trousses d'Albon.  

Les dix derniers tours de course permettent à Hamilton de gérer son avantage, d'autant que Verstappen souffre d'un aileron avant abîmé. Le pilote Red Bull doit davantage se préoccuper du retour derrière lui de Bottas. Le Néerlandais fait preuve d'une énorme résistance dans le combat rapproché, malgré des pneus dégradés et le DRS à disposition de son adversaire. Il s'incline finalement à quatre tours du but. 

Hamilton signe ainsi la 85e victoire de sa carrière devant son coéquipier. Ce doublé des Mercedes permet à Bottas de quitter l'Autriche en tête du championnat tandis que Verstappen ouvre son compteur avec ce premier podium.

Dans l'emballement des deux derniers tours, plusieurs luttes âpres surviennent : Pérez casse son aileron avant dans un contact avec Albon, tandis que Stroll plonge à l'intérieur de Ricciardo. Norris suit la lutte de près et c'est lui qui récolte les fruits de la bagarre pour aller chercher la cinquième place au nez et à la barbe d'un Pérez à l'agonie. Albon termine donc quatrième devant Norris, Pérez, Stroll, Ricciardo, Sainz et Kvyat. 

Austria GP de Styrie

P. Pilote Constructeur Tours Écart Points
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 71   25
2 Finland Valtteri Bottas Mercedes 71 13.719 18
3 Netherlands Max Verstappen Red Bull 71 33.698 15
4 Thailand Alexander Albon Red Bull 71 44.400 12
5 United Kingdom Lando Norris McLaren 71 1'01.470 10
6 Mexico Sergio Pérez Racing Point 71 1'02.387 8
7 Canada Lance Stroll Racing Point 71 1'02.453 6
8 Australia Daniel Ricciardo Renault 71 1'02.591 4
9 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 70   3
10 Russian Federation Daniil Kvyat AlphaTauri 70   1
11 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 70    
12 Denmark Kevin Magnussen Haas 70    
13 France Romain Grosjean Haas 70    
14 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 70    
15 France Pierre Gasly AlphaTauri 70    
16 United Kingdom George Russell Williams 69    
17 Canada Nicholas Latifi Williams 69    
  France Esteban Ocon Renault 25    
  Monaco Charles Leclerc Ferrari 4    
  Germany Sebastian Vettel Ferrari 1    

partages
commentaires
Leclerc, après l'accrochage avec Vettel : "J'ai fait le con"

Article précédent

Leclerc, après l'accrochage avec Vettel : "J'ai fait le con"

Article suivant

Pérez élu "Pilote du Jour" du GP de Styrie 2020

Pérez élu "Pilote du Jour" du GP de Styrie 2020
Charger les commentaires
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021