Guide F1 2018
Dossier

Guide F1 2018

Guide F1 2018 - Alfa Romeo Sauber, le début du mieux ?

L'an passé, nous avions titré notre guide de la saison de l'écurie suisse ainsi : "Sauber, la transition permanente". Il pourrait être réutilisé à nouveau cette année sans perdre de sa pertinence.

Guide F1 2018 - Alfa Romeo Sauber, le début du mieux ?
Sauber

Après une saison complète sous la gestion de Longbow Finance et avec un moteur Ferrari 2016, Hinwil n'a pas fait de miracles. Le fait qu'elle soit entrée par deux fois dans les points apparaît même presque comme une chose incroyable, tant le rythme de la C36 a souvent été assez loin du compte.

Il aura fallu un pari stratégique et pneumatique osé en Espagne ainsi qu'une course très mouvementée en Azerbaïdjan pour que la structure ne voit pas son compteur bloqué à zéro. Et comme fin 2016, c'est le pilote qui a inscrit les seuls unités de l'écurie qui se retrouve cette année sur la touche, Pascal Wehrlein ayant été renvoyé à ses études en DTM.

Mais surtout Sauber a vécu, en 2017, d'importants changements en interne : tout d'abord, exit Monisha Kaltenborn qui dirigeait l'écurie depuis 2012 et qui avait pris le pari de signer un accord de fourniture moteur avec Honda en vue de 2018, et bienvenue Frédéric Vasseur, ancien directeur de Renault Sport F1, dont l'une des premières décisions aura été d'annuler le contrat avec la firme nippone, pour assurer au contraire le maintien d'une unité de puissance Ferrari, tout en garantissant qu'il s'agisse de la toute dernière spécification en date.

Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37

Plus encore, les liens entre Sauber et la Scuderia se sont renforcés de façon spectaculaire puisque, outre la fourniture des blocs turbo hybrides, le groupe FIAT a également fait d'Alfa Romeo le sponsor titre et le partenaire technique du constructeur suisse. Et pour juger de l'importance de cet accord, il suffit de se rappeler que Sergio Marchionne en personne l'a officialisé et a annoncé lui-même le line-up d'Alfa Romeo Sauber lors d'une conférence de presse organisée... en Italie. 

L'alliance s'est entre autres choses matérialisée par l'arrivée dans les rangs des titulaires de Sauber de Charles Leclerc, Champion F2 en 2017 et surtout pensionnaire de l'Académie des jeunes pilotes Ferrari. Comme Stoffel Vandoorne avant lui, le Monégasque est très attendu au sortir de son titre dans l'antichambre de la F1 et, à n'en pas douter, ses débuts et sa progression seront très suivis par Ferrari, à l'heure où les jours de Kimi Räikkönen en rouge semblent comptés.

De l'autre côté du garage, il y aura Marcus Ericsson. Si ce dernier ne bénéficie globalement pas du même crédit que son équipier, il bénéficie d'une belle expérience. Aussi, il convient de se souvenir que c'est tout de même grâce à sa présence que Sauber a pu sortir la tête de l'eau en 2016, avec l'apport financier de ses sponsors, qui demeurent à la barre. Son maintien au sein de l'écurie n'était toutefois pas totalement acquis puisque Ferrari a fait le forcing pour qu'Antonio Giovinazzi soit également titulaire. Le Suédois devra donc sans doute sortir de sa série très négative de 48 GP sans le moindre point pour espérer avoir un avenir au sein d'une écurie qui pourrait bientôt avoir moins besoin de ses deniers.

Les essais hivernaux n'ont pas vraiment dessiné de grand mieux dans les performances des monoplaces d'Hinwil. Certes, elles ont beaucoup roulé (786 tours), mais le comportement et la vitesse en piste laissent songeur. Les deux pilotes ont connu d'ailleurs plusieurs sorties de piste chacun ; de là à conclure que la voiture n'est pas tout à fait accommodante ou qu'il faut aller au-delà de la limite pour essayer d'en tirer le meilleur, il n'y a qu'un pas.

Conclusion

À nouveau, 2018 va être, indubitablement, une saison de transition pour Sauber. Le partenariat avec Alfa Romeo ne donnera sans doute pas son plein potentiel dès cette saison, quand bien même il devrait participer à un développement plus important et, peut-être, plus efficace. Toujours est-il qu'en attendant, on voit mal la structure fondée par Peter Sauber jouer mieux que des coups face à une concurrence qui se densifie et se renforce en milieu de peloton. Comme l'an passé, la moindre opportunité devra être saisie rapidement, en attendant que toutes les pièces s’emboîtent pour l'avenir.

Points forts Points faibles
 La relation approfondie avec Ferrari  Trop tôt pour que la relation avec Alfa porte ses fruits
 Une situation saine  Essais hivernaux relativement discrets
 Leclerc, grand espoir de la F1  
Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37
Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37
1/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37
2/20

Photo de: Glenn Dunbar / Motorsport Images

Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37
3/20

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37 dans les graviers
Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37 dans les graviers
4/20

Photo de: Stefano Arcari

Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37 lâche des étincelles
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37 lâche des étincelles
5/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37
6/20

Photo de: Andrew Hone / Motorsport Images

Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
7/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37
8/20

Photo de: Joe Portlock / Motorsport Images

Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37
9/20

Photo de: Joe Portlock / Motorsport Images

Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37
Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37
10/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
11/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37 se crashe
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37 se crashe
12/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
13/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37
14/20

Photo de: Glenn Dunbar / Motorsport Images

Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37
15/20

Photo de: Glenn Dunbar / Motorsport Images

Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37
Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37
16/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37
17/20

Photo de: Mark Sutton

Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37
Marcus Ericsson, Alfa Romeo Sauber C37
18/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37
19/20

Photo de: Steven Tee / Motorsport Images

Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37
20/20

Photo de: Joe Portlock / Motorsport Images

partages
commentaires
Pirelli surveille de près le resurfaçage des circuits

Article précédent

Pirelli surveille de près le resurfaçage des circuits

Article suivant

McLaren fait sponsoriser son Halo par une marque de tongs !

McLaren fait sponsoriser son Halo par une marque de tongs !
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021