Haas défend la viabilité de l'accord rapide avec Rich Energy

partages
commentaires
Haas défend la viabilité de l'accord rapide avec Rich Energy
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
Co-auteur: Guillaume Navarro
26 oct. 2018 à 18:30

Les voitures de l'équipe Haas se pareront de noir et or en 2019 dans le cadre d'un accord de sponsoring-titre passé avec la marque de boisson énergisante, qui s'est fait à une vitesse éclair...

Günther Steiner, directeur de l'équipe Haas F1, est monté au créneau pour défendre la signature d'un accord de sponsoring-titre liant l'équipe américaine à la marque de boissons énergisantes Rich Energy à compter de la saison 2019. Celui-ci assure que l'équipe, qui passera aux couleurs noir et or la saison prochaine, a fait ses devoirs en prenant connaissance du contexte économique de son nouveau partenaire.

Lire aussi :

Rich Energy, une société dont les bilans comptables suggèrent un effort considérable pour pouvoir investir des millions par an en marketing, avait tout d'abord émergé dans le monde de la F1 en se portant candidate au rachat de l'équipe Force India. Le PDG de la société, William Storey, se trouvait dans le paddock d'Austin la semaine dernière, et a rencontré Steiner dimanche matin. Il a également été vu en conversation avec Williams et McLaren. Il n'a fallu que quelques jours pour que Haas n'annonce que Rich Energy deviendrait le sponsor titre de l'équipe en 2019, modifiant ainsi également drastiquement l'identité visuelle des autos pilotées par Romain Grosjean et Kevin Magnussen.

 

Des doutes sur la viabilité financière de Rich Energy et sa capacité à financer une équipe F1, ainsi que la vitesse à laquelle s'est mis en place le deal font bruisser le paddock, mais Steiner assure que Haas sait dans quoi l'équipe met les pieds.

"On ne fait pas ses mesures de vérification préalables lorsqu'on se trouve là avec la personne ; il y a d'autres manières de le faire", défend-il au micro de Motorsport.com. "Nous avons fait ce que nous devions. Nous devions le faire avant de le rencontrer. Pourquoi doutez-vous de cela ? Nous avons bien entendu fait ce qu'il fallait et nos conseillers juridiques étaient satisfaits."

Haas suffisamment reconnu pour partager son nom avec un partenaire

L'annonce est par ailleurs une surprise en raison du fait que Gene Haas s'était jusqu'à présent montré réticent à l'idée de voir ses F1 se parer de l'identité visuelle d'une autre marque que celle de sa propre société d'outils de machinerie, Haas Automation. Mais Steiner assure que le timing est désormais approprié en raison de la reconnaissance de l'équipe dans l'univers des sports mécaniques.

"Je pense que maintenant, après 3 ans, le nom Haas F1 est assez bien établi et que tout le monde est d'accord avec cela. Tout le monde sait ce qu'est Haas F1. Au début, ça n'aurait pas été le cas, il n'y aurait pas eu d'autre marque dessus. Mais quelle qu'en soit la raison, c'est maintenant [un nom] établi. Si un partenaire vient et contribue suffisamment pour faire quelque chose ensemble et que cela vous offre aussi des opportunités, pourquoi ne pas le faire ? Je pense que cela aidera l'équipe."

Steiner refuse de préciser si les ressources de Rich Energy seront des liquidités additionnelles dans le budget de l'équipe ou si cela permettrait simplement, avec un apport extérieur, de réduire l'investissement direct fait par Haas dans l'atteinte dudit budget. Le meneur de troupes explique cependant qu'il n'est pas prévu que l'équipe s'agrandisse l'an prochain.

"Même si nous employons plus de gens, nous travaillons toujours sur notre principe, qui est d'être efficaces. Ce n'est pas comme si nous prenions l'argent et disions : 'voyons les choses en grand, maintenant, employons 200 personnes, achetons un nouveau building et cinq tunnels de soufflerie !' Ce n'est rien de tout cela. Nous avons les pieds bien ancrés sur terre. Je pense que nous montrons que notre business model fonctionne plutôt bien. Il est loin d'être parfait, nous pouvons l'améliorer, mais nous désirons le développer là où nous le pensons faible. Je connais les zones de faiblesse et nous allons les changer et les développer, mais ça ne se fera pas à l'ancienne, en prenant 500 personnes en deux ans."

 

 

Article suivant
Hülkenberg n'a pas de compassion pour Haas et Force India après leur DSQ

Article précédent

Hülkenberg n'a pas de compassion pour Haas et Force India après leur DSQ

Article suivant

Wolff : Pour Ocon, "mieux vaut peut-être rester sur la touche"

Wolff : Pour Ocon, "mieux vaut peut-être rester sur la touche"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean Boutique , Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités