Haas ne fera aucun pronostic sur sa position avant les qualifs de Melbourne

partages
commentaires
Haas ne fera aucun pronostic sur sa position avant les qualifs de Melbourne
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
8 mars 2017 à 08:30

Pas question pour Günther Steiner de spéculer, même approximativement, sur le rang occupé dans la hiérarchie par son équipe au regard de ce qu'il peut observer en tests.

Kevin Magnussen, Haas VF-17
Kevin Magnussen, Haas VF-17
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Pitstop pour Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1 Team, avec les médias
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17.
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17

G.N., Barcelone - Si l’on ignore le fait que Mercedes a établi un temps avec ses deux pilotes au cours de la journée de mardi, l’équipe Haas a été la septième plus rapide. Le team américain a réalisé sa référence en pneus tendres et a aligné un total de 81 boucles avec Kevin Magnussen au volant. Un kilométrage certes raisonnable, mais l’équipe avait prévu d’aller plus loin et de conclure une simulation de course complète dans l’après-midi. Quelques contretemps ont empêché cela de se produire, et c’est donc avec Romain Grosjean que l’on espère franchir ce cap aujourd’hui du côté de chez Haas. Selon le directeur d'équipe Günther Steiner, cela ne devrait être qu’une formalité.

"La matinée a été assez bonne ; bonne même", se félicite l’expérimenté ingénieur. "Dans l’après-midi, nous avons rencontré de petits problèmes mécaniques. Mais on se fait simplement les dents, ce n’est rien dont il faille s’inquiéterIl y a juste un peu de travail pour faire nos longs runs. On avait planifié une simulation de course mais on n’a pas pu. Mais ça ira, ce sera fait dans les deux prochaines journées."

Locomotive, ou wagon du peloton ?

On n’avait pas encore réellement observé le potentiel de Williams avant la très solide journée d’hier ; la lecture du potentiel de Force India, McLaren ou Toro Rosso reste aussi difficile actuellement ; et Renault pourrait aussi faire partie du groupe dans lequel se bat Haas. Steiner refuse pour le moment catégoriquement de positionner son team dans la hiérarchie, jugeant que la réponse n’est de toute façon pas chiffrable à ce stade des préparatifs.

"Il est trop tôt pour tirer des conclusions ; je suis prudent. Particulièrement parce que c’est très serré. Mon sentiment actuellement est que l’on ne le saura pas avant d’arriver aux qualifications en Australie. Trois ou quatre équipes ont une vitesse très similaire à la nôtre. Mais où sommes-nous exactement ? C’est dur à dire en raison du moment de la journée, de la quantité de carburant, des pneus… C’est très difficile de comparer à pneus, carburant et moment similaires. Presque impossible. Il serait totalement erroné de tirer des conclusions maintenant et nous allons attendre l’Australie, ce sera la surprise !"

Ferrari, le partenaire technique privilégié qui fournit son unité de puissance à Haas ainsi que de nombreux autres composants influant fortement la performance, démontre une solidité rassurante en ce début d’année.

"Ils sont dans le top 3, assure Steiner, sans oser se montrer plus précis. Pour le milieu de plateau, on ne sait pas vraiment qui est où, mais il y a de la compétition. Il est trop tôt pour dire qui a les deux derniers dixièmes qui font la différence. On ne peut pas savoir, les marges sont trop faibles. Mais à mon avis, la Ferrari a l’air bonne."

De même que le moteur procure beaucoup de satisfaction à ceux qui peuvent au moins compter sur une importante fiabilité de ce côté, que Honda et Renault peinent encore à garantir.

"Nous sommes très heureux du moteur. Ils ont fait un superbe travail avec celui-ci pendant l’hiver et l’on espère qu’il en sera de même pendant les trois prochaines journées."

Quant à la nouvelle recrue Kevin Magnussen, elle marque des points chaque jour dans le garage par son approche méthodique complétant l’expérience de Grosjean. "Il s’intègre bien. Il se plaît ici ; il progresse et est très analytique. Je pense qu’il apprécie le fait d’être avec nous", conclut Steiner.

Article suivant
Stats Barcelone - Le kilométrage des équipes après cinq jours

Article précédent

Stats Barcelone - Le kilométrage des équipes après cinq jours

Article suivant

Massa - Des F1 2017 "pas faciles" pour des rookies comme Stroll

Massa - Des F1 2017 "pas faciles" pour des rookies comme Stroll
Charger les commentaires