Hamilton sans calcul, sans regret et beau joueur

Alors qu'il pouvait coiffer le titre mondial dès ce week-end, Lewis Hamilton a finalement dû se contenter d'une troisième place après une course où il n'a jamais cherché à gérer.

Hamilton sans calcul, sans regret et beau joueur
Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09 EQ Power+ derrière Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 et Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+
Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09 aux stands
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, devant Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+

Parti en pole position, Lewis Hamilton avait une belle chance de décrocher un cinquième sacre mondial dès ce dimanche à Austin. D'autant plus à l'issue du premier tour où, bien que dépassé par Kimi Räikkönen au premier virage, il savait son rival pour le titre, Sebastian Vettel, parti en tête-à-queue et condamné une nouvelle fois à remonter le peloton. 

Mais il était écrit que ce Grand Prix des États-Unis serait plus fou que prévu ! La faute (indirecte bien entendu) à la défaillance mécanique survenue sur la Red Bull de Daniel Ricciardo et ayant incité la direction de course à déployer la voiture de sécurité virtuelle. Après une valse hésitation, Mercedes a pris le pari de faire rentrer Hamilton au stand pendant cette neutralisation, quitte à s'imposer une stratégie à deux arrêts. Ce qui s'est produit en raison du cloquage des gommes tendres du Britannique à une vingtaine de tours du drapeau à damier. 

Lire aussi :

Reparti troisième, Hamilton a mené la charge derrière Räikkönen et Verstappen, tentant même l'extérieur sur ce dernier à deux tours de la fin, en vain ! À défaut de titre, celui qui n'est aujourd'hui encore "que" quadruple Champion du monde a fait preuve d'un certain panache, sans faire l'épicier. 

"Tout d'abord, un grand bravo à Kimi, il a fait du très bon travail aujourd'hui, pas d'erreur", a-t-il tenu à souligner, tout sourire en dépit d'un sacre reporté. "Il a pris un excellent départ et a très bien géré la course. Verstappen a fait du très bon travail aussi, il avait des pneus légèrement meilleurs à la fin. Nous pensions pouvoir faire mieux, mais finalement non. C'est bien d'avoir au moins pu faire la course. Nous devons continuer à travailler dur pour la prochaine course."

"La fenêtre d'arrêts au stand était très proche, l'arrêt faisait 12 secondes, mais finalement, ça m'a fait trop de retard à rattraper", a ajouté Hamilton au sujet du coup stratégique tenté par son équipe. "Il faut avoir suffisamment de vie dans les pneus pour faire la différence, mais le temps de rattraper 12 secondes, il n'en reste pas. Je suis vraiment content, nous avons quand même signé un top 3, Ferrari a élevé son niveau de jeu, donc nous devons travailler dur pour la prochaine course."

À la tête de l'écurie allemande, Toto Wolff a semblé se régaler devant le spectacle offert en fin de course, même si la fortune n'a pas tourné en faveur de son pilote. Rendez-vous est pris pour la semaine prochaine au Mexique !

"Nous manquions de rythme aujourd'hui. J'ai dit qu'il ne fallait pas crier victoire parce qu'ils [Ferrari] étaient encore très rapides. Kimi a gagné, c'est super pour Ferrari et pour lui. On passe à la suivante", a réagi le directeur de Mercedes au micro de Sky Sports. "C'est certes très dur de dépasser, mais je pense que la stratégie valait le coup d'être tentée. Nous devons l'analyser pour voir s'il y a quelque chose que nous aurions pu mieux faire. Nous avons fait le show tous ensemble, et c'est le plus important."

partages
commentaires
Championnat - Les classements après le GP des États-Unis

Article précédent

Championnat - Les classements après le GP des États-Unis

Article suivant

Räikkönen, vainqueur : "Bien plus content que si j'étais 2e"

Räikkönen, vainqueur : "Bien plus content que si j'étais 2e"
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021