Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
4 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
25 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
38 jours

Hamilton : Leclerc numéro 1 chez Ferrari, une bonne idée ?

partages
commentaires
Hamilton : Leclerc numéro 1 chez Ferrari, une bonne idée ?
Par :
10 oct. 2019 à 18:10

Alors que la Scuderia Ferrari se trouve dans l'embarras quant au statut de ses deux pilotes, Lewis Hamilton se demande s'il est judicieux pour elle d'emmener Charles Leclerc vers un statut de numéro 1.

Voilà bien longtemps que la Scuderia Ferrari n'avait pas fait face à pareil casse-tête quant à la gestion de ses pilotes. Après tout, ces dernières années, Sebastian Vettel avait naturellement l'ascendant sur son coéquipier, Kimi Räikkönen. Précédemment, ce dernier avait été outrageusement dominé par Fernando Alonso lors d'une confrontation annoncée explosive en 2014 ; l'Espagnol, lui, disposait clairement du statut de numéro 1 face à Felipe Massa depuis le début de la décennie.

Or, Charles Leclerc a beau n'être que dans sa seconde saison en Formule 1, il donne déjà du fil à retordre à son chef de file Sebastian Vettel. Ce dernier n'a jamais battu son jeune coéquipier en qualifications sur les neuf derniers Grands Prix, période lors de laquelle Leclerc a engrangé 143 points, à comparer aux 94 de Vettel.

Surtout, deux incidents mettant en péril la relation cordiale entre les deux hommes se sont produits récemment : en fin de Q3 à Monza, le Monégaque était censé donner l'aspiration à son partenaire, mais tous les concurrents ont temporisé pour ne pas être désavantagés en se retrouvant en tête du peloton, et la plupart d'entre eux (dont les Ferrari) ont franchi la ligne de départ trop tard pour lancer leur tour chronométré. Puis à Sotchi, Leclerc a bel et bien donné l'aspiration à Vettel au départ dans la longue pleine charge qui précède le premier freinage, mais l'Allemand a pris l'avantage et a refusé, contrairement à l'arrangement qui avait été établi avant la course, de laisser passer son partenaire.

Lire aussi :

D'après Lewis Hamilton, la Scuderia semble désormais favoriser Leclerc et ce n'est pas forcément une bonne idée : "Il y a là-bas une dynamique intéressante, car Seb était évidemment numéro 1, mais ce n'est clairement plus le cas. On dirait qu'ils essaient progressivement de mettre Charles dans cette position. Est-ce bien pour une écurie ? Je ne pense pas. Mais c'est la philosophie qu'ils ont depuis toujours [avoir un numéro 1 et un numéro 2, ndlr]. Nous ne nous plaignons pas, car nous avons une bonne philosophie qui fonctionne vraiment bien, et nous ne prévoyons pas d'en changer de sitôt."

Charles Leclerc, Ferrari et le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari sur le podium

Hamilton ne manque pas de souligner que la question de l'aspiration avait été bien mieux gérée par Mercedes lors de l'édition 2018 du Grand Prix de Russie, où les Flèches d'Argent monopolisaient la première ligne. "Quand nous avons pris ce départ, au lieu de donner l'aspiration au troisième, Valtteri l'a donnée au deuxième [Hamilton, ndlr], et nous avons travaillé ce scénario ensemble", analyse le Britannique. "Il a couvert l'intérieur, j'ai pris l'aspiration, nous avons monopolisé la première ligne [sic] et il a conservé la tête. Mais je pense que Charles a dit 'Je vais te laisser prendre l'aspiration' et ne s'est pas défendu, ce qu'il aurait dû faire, car on ne peut pas céder une place en s'attendant à la récupérer – moi, je ne ferais pas ça."

Similaire à la rivalité Alonso/Hamilton en 2007 ?

C'est en tout cas loin d'être la première fois qu'un jeune loup sème la zizanie face à un coéquipier réputé ; c'était notamment le cas quand Lewis Hamilton a fait ses débuts aux côtés du double Champion du monde en titre Fernando Alonso en 2007. Cela lui permet-il de comprendre la situation difficile dans laquelle se trouve actuellement Vettel ? "Je n'ai pas de certitudes, car nous observons [Ferrari] de l'extérieur, donc je ne sais pas ce qui se passe à l'intérieur, je ne sais pas ce que ressent Seb… c'est donc difficile de dire si c'est similaire à ce que j'ai vécu", répond l'ancien pilote McLaren.

"Bien sûr, quand j'étais avec Fernando, il avait été recruté pour être numéro 1, mais à la mi-saison ils nous ont mis à égalité au niveau de la charge en carburant [le carburant du premier relais de la course était alors embarqué en Q3, ndlr], puis on a commencé à voir du changement. La dynamique a évolué, et ça ne s'est clairement pas bien passé pour l'écurie. Mais je le comprends – quand on arrive dans une équipe, on veut être traité à égalité. Mais il y a des pilotes qui ont toujours voulu ce statut de numéro 1, c'est plus facile pour eux. Je préfère le gagner, mais partir sur un pied d'égalité. Et si l'on sait déjà que l'on est numéro 2, c'est un peu démoralisant, je pense, quant à l'approche du week-end."

Lire aussi :

Si la situation venait à dégénérer chez Ferrari, ce serait certainement à l'avantage de Mercedes, qui semble désormais accuser un léger déficit en performance pure. Cependant, Hamilton ne souhaite pas que cela se produise : "Je ne pense pas que nous ayons besoin d'aide. Ce n'est pas comme ça que je vois les choses. Nous voulons qu'ils soient à leur meilleur niveau pour les défier à leur meilleur niveau, et les battre n'en sera que meilleur."

Après la course, Seb semblait être dans un état d'esprit harmonieux.

Lewis Hamilton, au sujet du GP de Russie

"Beaucoup de choses ont été dites après la dernière course, mais j'ai vu Seb après la course et il semblait être dans un état d'esprit harmonieux. Ils ont une force formidable, ils font un travail incroyable en ce moment et ils vont être très durs à battre lors des courses restantes ; ils tirent le meilleur de ce package. Il sera intéressant de voir comment cela évoluera avec la voiture de l'an prochain. Espérons que la saison prochaine sera encore plus serrée."

Propos recueillis par Scott Mitchell

Article suivant
Photos - Jeudi à Suzuka

Article précédent

Photos - Jeudi à Suzuka

Article suivant

Journée de samedi annulée à Suzuka en raison du typhon

Journée de samedi annulée à Suzuka en raison du typhon
Charger les commentaires